Macron, Bolsonaro même combat?

à un niveau tout différent, Macron fait la même chose que Bolsonaro. Edicter des lois qui piétinent le droit des peuples malmené par la loi des puissants.

 

Macron, Bolsonaro même combat?

« Donc Monsieur le maire, il a raison sur ses motivations », a déclaré Emmanuel Macron, alors que la décision du tribunal administratif de Rennes est attendue la semaine prochaine et que la justice est saisie à Rouen pour un cas similaire d’arrêté municipal dans l’Eure. « Je le soutiens dans ses intentions », a-t-il insisté.

« Il y a des lois, elle (la préfète) doit les faire respecter, donc je serai toujours derrière les préfets qui font respecter les lois », a d’abord plaidé Emmanuel Macron, en estimant que « la solution n’est pas de prendre un arrêté qui n’est pas conforme à la loi » mais plutôt « de mobiliser pour changer la loi ». En ce sens, le chef de l’Etat a souhaité « aller vers un encadrement des zones d’épandage de pesticides », en pointant « les conséquences sur la santé publique ».

Un préfet du Nord, en réponse à un de ses chefs de service, qui s’étonnait d’une décision lui répondit: « si le rôle d’un préfet était d’appliquer la loi un simple fonctionnaire suffirait »

De l’hypocrisie dans toute sa splendeur.

Cette réaction est assez inquiétante, elle montre que Monsieur Macron confond deux notions différentes: le droit et la loi. La loi découle du droit, donc toute loi qui porte atteinte au droit est illégitime.

La charte de l’environnement ayant valeur constitutionnelle dit que:

Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé.

Chacun a donc le droit de choisir de vivre dans un environnement qui ne soit pas saturé en molécules artificielles potentiellement dangereuses pour la santé. Chacun a le droit de demander aux fabricants et aux utilisateurs de démontrer que leurs produits ne causeront  ni aujourd’hui, ni dans le futur, des dommages à l’humain en particulier et à la biodiversité en général.

Mais le droit des peuples est malmené par la loi des puissants.

La loi a inversé la charge de la preuve ce qui permet aux marchands de doute d’affirmer, sans honte, qu’il n’y aurait pas de preuves de la nocivité des pesticides. Qui a oublié l’amiante qui a tué et qui tue toujours sans que ceux qui ont nié son caractère tueur soient seulement inquiétés grâce à la loi!

La loi permet l’épandage presque sans restriction.

La loi empêche les citoyens de faire respecter leurs droits.

Macron approuve ces lois illégitimes et leur donne la priorité sur le droit.

C’est toute l’hypocrisie de cette réaction, faire semblant de donner raison aux pollués tout en confortant les pollueurs.

Certes à un niveau tout différent, Macron fait la même chose que Bolsonaro. Edicter des lois qui piétinent le droit.

Pour revenir à un niveau national, le comportement des différentes institutions  concernant les enfants autistes participe à la même problématique. D’un côté on vante le droit de ces enfants à une inclusion scolaire et de l’autre les différents textes et les comportements s’opposent à une prise en compte effective des droits de ces jeunes.

La république fonctionne en mode dégradé, la démocratie est démonétisée. Les riches se portent de mieux en mieux. Merci Bernard!

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.