les handicapés payent le prix de l'austérité

Quand l'administratif prend le pas sur l'HumainMon propos ne concerne pas le personnel des différentes administrations qui lui aussi est soumis aux décisions politiques qui ne prennent pas en compte les conséquences humaines de leurs choix. Personnel qui doit faire de plus en plus avec moins de moyens.

Quand l'administratif prend le pas sur l'Humain

Mon propos ne concerne pas le personnel des différentes administrations qui lui aussi est soumis aux décisions politiques qui ne prennent pas en compte les conséquences humaines de leurs choix. Personnel qui doit faire de plus en plus avec moins de moyens.

Ma fille Valérie, est handicapée, elle perçoit l'AAH (Allocation Adulte Handicapé) et une aide du Conseil Général pour financer ses aides à domicile.

Pour renouveler sa situation, un dossier à été déposé en Juillet 2012 auprès de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) de Villeneuve d'Ascq. Au début de ce mois, aucun versement n'a été effectué sur son compte en banque. Le service départemental gérant le paiement m'a expliqué que l'autorisation était arrivée à échéance en Janvier 2013. 

À la MDPH il m'a été expliqué que les effectifs ne permettaient pas de traiter les dossiers dans un délai raisonnable et qu'il fallait être patient, probablement deux à trois mois!

À la CAF (Caisse d'Allocations Familiales) même cause même effet, sans décision de la MDPH, plus de paiement de l'AAH.

Ceci s'est fait sans précaution, sans prévenir, sans possibilités d'anticiper les problèmes bancaires. Si je suis à même de m'occuper de ma fille, qu'en est il pour ceux qui sont seuls, qui se retrouvent brutalement sans ressources.

 Les différents personnels sont bien conscients de la situation scandaleuse faite à ceux qui ont le moins de moyens de se défendre.

 Que ceux qui prennent des décisions aient la connaissance des conséquences pour les plus fragiles, ceux qui n'encombrent pas les médias avec leurs pseudo problèmes.

 Il y aurait la CRISE, justifiant tout. Mais la crise n'a rien de contingent, c'est une stratégie de la finance qui peut se permettre quelques pertes pour mettre au pas tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans la vision réductrice d'une vie régulée par le travail au détriment de la vie elle même.

 Comment ceux qui gouvernent, qui sont censés prévoir, ont ils laissé se mettre en place un système où la protection due aux plus faibles n'est pas respectée. Supposons que cette situation n'est pas été anticipée, soit, mais la perpétuer en connaissance de cause serait le début de la barbarie ( dans le sens de : manque de civilisation)

 Admettons que la situation administrative ne permette pas de régler dans les temps tous les dossiers de renouvellement, l'intelligence n'eut elle pas été de continuer les versements pendant la carence des services? Faudra t il qu'un drame se produise?

 Une intervention politique immédiate est nécessaire pour mettre fin à cette situation qui menace les plus faibles d'entre nous et met à mal les fondements de la civilisation.

 Alfred Leclercq père de Valérie 59000 Lille

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.