ils se sont retournés dans leur tombe

50000 français sont morts pour sauver la République, pour que leur sacrifice ne soit pas inutile le Conseil National de la Résistance  (CNR) a construit un programme que le libéralisme prôné par Macron détruit méthodiquement

ils se sont retournés dans leur tombe 

 

50000 français sont morts pour sauver la République, pour que leur sacrifice ne soit pas inutile le Conseil National de la Résistance  (CNR) a voulu (entre autre)

la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l'égard de l'État, des puissances d'argent et des influences étrangères. 

la liberté d'association, de réunion et de manifestation 

un rajustement important des salaires et la garantie d'un niveau de salaire et de traitement qui assure à chaque travailleur et à sa famille la sécurité, la dignité et la possibilité d'une vie pleinement humaine

Il est de bon ton aujourd'hui de la part de ceux qui ont livré la presse aux forces de l'argent de balayer d'un revers de main les conclusions du CNR.

mais ils se permettent de parader, de pérorer, eux qui livrent la presse aux puissances d'argent, qui foulent au pied le droit de manifester à ceux dont ils ont rendu la vie si difficile pour qu'une minorité puisse se gaver au nom d'un "progrès" destructeur. Ils peuvent signer, en notre nom, dépenser un "pognon de dingue" de l'ordre de 100 milliards d'euros par an conséquence de la pollution de l'air mais ils sont horrifier à l'idée de dépenser 10 milliards pour nos ainés. Que penser du plan autisme où après beaucoup d'esbroufe on donne généreusement 68millions d’euros par an soit 2,2% de ce qui est donné aux riches par la suppression de l’ISF. Telle est l’aumône que fait le Président Macron , 68 millions d’euros c’est environ ce que Bernard Arnaud a gagné chaque jour en 2017.

Quelle indécence, osez se référer à l'héroïsme de ceux qui ont donné leur vie pour une France républicaine et démocratique. Qu'en avez vous fait?

Le discours de Macron ressemble assez à ce qu'il a dit à Oradour-sur-Glane, 

«N'acceptons pas que les fruits de notre Histoire qui s'appellent République, démocratie, droits de l'homme et des citoyens, qui s'appellent liberté, égalité, fraternité, soient menacés ou contestés par les apôtres du néant, fanatiques en tout genres, extrémistes».

«Parfois, c'est chez nous, au sein de nos populations et de nos territoires que ressurgit la bestialité, l'infâme (...) qui dévastèrent Oradour», a-t-il relevé.

toujours ma même rengaine, rendre responsable ceux qui refusent de se soumettre au dictat du libéralisme financier.

le meurtre des 642 victimes d’Oradour est infâme. Mais qui a conscience que chaque heure 600 enfants meurent de faim dans le monde. Qui oublie cette infamie quotidienne en partie résultat de l’avidité de quelques milliardaires prêts à sacrifier des milliers d’êtres pour s’acheter un yacht plus grand.

plus près de nous l’infamie de ces industriels qui jouent avec les conditions de vie de milliers de citoyens pour honorer le dieu « Bourse »

contre cette infamie, même Jupiter se prétend désarmé, en fait il s’est désarmé par complicité. Selon lui les financiers prennent des risques avec leurs capitaux, il faudrait qu’ils en tirent un bénéfice. Mais les travailleurs qui prennent des risques avec leur santé, avec leur vie de famille, rien pour eux? Ces profiteurs du système qui se repaissent du SMIC, du RSA qui grignotent les bénéfices, ces travailleurs illettrés, ces chômeurs fainéants, ces nordistes alcooliques, ceux qui s’habillent de T-shirt….ils vont bientôt comprendre qui est Macron: finies les protections sociales le MEDEF n’en veut plus; le contrat de travail remplacé par un contrat de servitude, travailles et tais toi, accepte ce maigre salaire qui grève mes bénéfices. Et ne t’avise pas de manifester, bientôt la loi limitera ce droit. Il fut un temps, pas si lointain où les résistants étaient appelés des terroristes par les bien pensants, il se pourrait bien que cela se reproduise. Les médias dans leur grande majorité détourneront les yeux, ils appartiennent maintenant aux plus riches grâce justement à Macron, trahissant les combats de ceux qui sont morts pour la liberté de la presse.

pour tout bon néolibéral, la contestation relève de la déviation voire de la déviance.

seul le mensonge désormais appelé « post-vérité » a une valeur:

 

"le mensonge est souvent plus plausible, plus tentant pour la raison que la réalité, car le mensonge possède le grand avantage de savoir d'avance ce que le public souhaite entendre ou s'attend à entendre. Sa version a été préparée à l'intention du public, en s'attachant tout particulièrement à la crédibilité, tandis que la réalité a cette habitude déconcertante de nous mettre en présence de l'inattendu, auquel nous n'étions nullement préparés." Hannah Arendt: "Du mensonge à la violence"

« Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. » – Albert Einstein

1% de l’humanité vampirise le bien commun, déclenche des guerres pour maintenir leur pouvoir, utilise les médias pour convaincre les 99% que c’est dans leur intérêt qu’on leur tond la laine sur le dos

face à la falsification de la démocratie il faut avant tout conserver le courage d’agir.

Ce courage peut on le perdre comme on perd ses clés? (Cynthia Fleury)

Si on n'y prend garde c'est ce qui nous guette

On essaie de se battre et puis face à une société minée par le consumérisme, où le mensonge institutionnel entraine la violence et la barbarie, sournoisement, sans qu'on y prenne garde on perd la volonté de s'indigner, on finit par trouver normal de négocier avec l'inacceptable, que le pouvoir du peuple soit confisqué par ceux qui se prétendent agir pour l'intérêt général alors qu'ils sont  uniquement obnubilés par leur avenir d'élus.

Une chose est inéluctable, la disparition du courage ou pire encore son instrumentalisation 

signeront la fin de la démocratie, il faut apprendre le prix du manque de courage.

On peut se dire que l'on plie devant un abus pour mieux le contrer plus tard, si ce peut être une marque de clairvoyance, mais c'est aussi, hélas, le plus sur chemin vers la légitimation  de l'inacceptable. L'acceptation des uns fait le lit de l'abus des autres.

Le courage commence par le vouloir, il faut d'abord décider de vouloir pour pouvoir.

selon Stéphane Hessel:

« Je souligne toujours l’écart entre légalité et légitimité. Je considère la légitimité des valeurs plus importante que la légalité d’un État. Nous avons le devoir de mettre en cause, en tant que citoyens, la légalité d’un gouvernement. Nous devons être respectueux de la démocratie, mais quand quelque chose nous apparaît non légitime, même si c’est légal, il nous appartient de protester, de nous indigner et de désobéir. La notion de désobéissance est donc intimement liée à la notion de légitimité.

 

Que penser de son nouvel ami "Sarkozy"  qui apprécie beaucoup Victor Orban. Sachant que les amis de nos amis sont nos amis.....un invité pour le 14 juillet!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.