Le bal masqué

Qui ignore que la haine tout comme le mensonge, la jalousie, le ressentiment, le non-pardon et toutes ses cohortes de calamités peuvent passer d’une génération à l’autre ? Leur contraire aussi, bien entendu.

Depuis quelque temps, la révélation que j’ eue à Marin-Suisse, en 2003 me reviens très souvent : Pour qu’ils deviennent des fils, il faut tout d’abord qu’ils sortent de la condition d’esclaves.

A l’époque, nous croyions avoir saisi et compris ce que l’Esprit voulait dire par là ! En fait, il nous prévenait simplement de la tenue du voyage que nous devions faire, mais que nous sachions d’avance quelle était la mentalité des gens de notre génération et qui étaient -ils en réalité ! Je me souviens que nous étions assez stupéfaits. Ce n’était rien. Comparé à tout ce que nous avions à découvrir au fil du temps et du chemin parcouru.

Si aujourd’hui , dire qu’il y a du pain sur la planche, c’est peu dire, puisque l’absurdité et l’obscurantisme de cette génération et de cette époque sont à leur comble. D’avoir, mystifié, spolié et trompé des peuples pendant des décennies, mène le monde aujourd’hui à une catastrophe sans nom. Les héritiers mêmes de ce pseudo « incivilisation » sont dépassés, ils se bornent à naviguer selon des plans préétablis durant des siècles, ça ne marchera plus comme sur des roulettes.

Ils s’arrachent les cheveux, serrent plus fort l’étau à ceux des peuples qui jadis obéissaient à l’œil. Facilitant ainsi les rapports entre dominants et dominés, entre corrupteurs – corrompus. Aujourd’hui, pour les uns comme pour les autres, le point d’overdose est largement atteint, peu importe laquelle là n’est pas la question.

Si l’on tient compte qu’ un jour, chaque être humain sans exception, a eue à tenir volontairement ou involontairement l'un ou l’autre de ces rôles, ne serait-ce que l’espace d’un instant, chacun sait aussi que tant que ces pratiques ont été tenues dans les limites de l'insupportable, on a vu que le monde a plus ou moins fait semblant de tourner rond.

Les uns se sont spécialisés dans la duperie, tandis que les autres se sont glissés dans la peau des dupée. Finalement, qui se joue de qui ? Peut-on indéfiniment se moquer des lois de la nature ? Ces lois qui ont fait, défait et qui soutiennent le monde ; ces lois qui ont établi l’ être dans son humanité, l’ont doté d’une volonté, des émotions et d’une intelligence.

Le monde finira se verra forcé d'arrêter sa course insensée. Il se rendra compte que c’est au-dedans de soi-même que se passent les plus grands jugements. Si l’on sait qu’à force d’ingurgiter de grandes doses d’alcool, l’on peut devenir alcoolique, pourquoi se voile-t-on les yeux ou le cerveau pour ne pas se rendre à l’évidence qu’à force de cultiver la haine, le mépris de l’autre, l’ injustice, l’on peut arriver à changer la configuration de son ADN.

Si vous avez des doutes, il vous suffira d’étudier quelques arbres généalogiques, pour comprendre les mécanismes biologiques qui régissent et influencent l’apparition ou la déperdition de certains traits de caractère façons de faire, schémas de réflexion, etc.… et comment ils naissent , s’héritent, et aussi comment les choisir ou les éliminer sans pour autant faire appel aux clonages et autres. La médecine se borne à ne parler que de maladies héréditaires.

Qui ignore que la haine tout comme le mensonge, la jalousie, le ressentiment, le non-pardon et toutes ses cohortes de calamités peuvent passer d’une génération à l’autre ? Leur contraire aussi, bien entendu.

On aura beau se voiler la face, se mentir à soi et ensuite aux autres, avancer des inexactitudes, ce qui EST finit toujours par remettre de l’ordre au milieu du chaos humain.

Ce qui revient à dire que, comme toute chose qui est partie d’ un début a nécessairement aussi une fin, notre époque tire en toute logique à sa fin.

Essoufflé, le bal masqué doit tirer à contrecœur la révérence, les acteurs de tous bords étant esquintés, au bord du précipice, n’en pouvant plus, ils n’ont d’autre choix que de se démasquer, se dévoiler pour pouvoir repartir sur des bases plus saines, plus justes, pour garantir la survie et le bien de toute l’humanité.

Après tout ce discours sortit d’un esprit en ébullition et en plein effervescence, je me permets un bon Chai noir, poser ma tête quelque part et essayer de dormir.

http://www.alphagrace.ch

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.