Traiter ou Soigner

Bien sûr les médecins et autres soignants ont l'exclusivité des traitements mais bien d'autres peuvent soigner au quotidien en faisant un tout autre métier; par exemple le "guérisseur" qui affiche cette disposition ou l'avocat quand il restaure la dignité de son client.

Est-ce un métier, une activité, une fonction, une disposition, une satisfaction, voire un besoin, une "vocation"?

Cette question est rarement posée à soi-même, et à autrui hors des colloques de psychologie médicale et des séminaires d'éthique. A un certain niveau, la réponse ne peut être qu'individuelle, voilà pourquoi je la pose de façon personnelle.

Dans ce contexte, je crois volontiers au développement précoce d'une capacité indifférenciée à soigner, par analogie avec l'hypothèse de Spearman, concernant le facteur "G" (général) de l'intelligence, transférée aux émotions.

Inscrite à partir d'apprentissages personnels, familiaux et sociaux, l'expérience de traumatismes et de la souffrance chez autrui, surtout quand les siens ont été épargnés, mais aussi les conditions éducatives et l'ouverture à la spiritualité dans ce qu'elle apporte d'humilité, nous prépare-t-elle à soigner un jour?

Beaucoup y échapperont, car "il faut une occasion pour faire le larron": un fils, un livre, un échec, peut-être même un modèle ou une rencontre.

Soigner, c'est apporter à celui qui est injustement touché par la maladie, forme la plus actuelle de malédiction, l'espoir de guérison ou de réparation, c'est lui communiquer sa part de confiance et de compétence, et en psychiatrie plus particulièrement lui rendre autonomie, estime de soi et respectabilité: on soigne parfois un malade mais toujours une personne.

Mais soigner, c'est également se restaurer soi-même dans un statut enviable de notoriété et de pouvoir; en nous les deux pôles cohabitent et la marge d'authenticité est étroite.

Bien sûr les médecins et autres soignants ont l'exclusivité des traitements mais bien d'autres peuvent soigner au quotidien en faisant un tout autre métier; par exemple le "guérisseur" qui affiche cette disposition ou l'avocat quand il restaure la dignité de son client. En fait, soigner est l'une des grandes modalités de notre trajectoire vitale, probablement en déclin par rapport au "produire" et au "gérer".

http://www.naturoafricaine.com

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.