Vivre la Rue résiste à l'appétit des promoteurs immobiliers Brestois

Nous sommes en 2016 après J.C. et toute la ville est occupée. Toute ? Non ! Car d’irréductibles Brestois résistent encore aux appétits des promoteurs immobiliers. Préserver le patrimoine populaire dans une ville en grande partie détruite par la guerre, voilà ce qui a amené Mireille Cann, jeune marionnettiste, à créer Vivre la Rue en 1989. Et ainsi de sauver de la destruction la Rue Saint Malot...

Vivre la Rue © AlterTour Vivre la Rue © AlterTour
Nous sommes en 2016 après J.C. et toute la ville est occupée. Toute ? Non ! Car d’irréductibles Brestois résistent encore aux appétits des promoteurs immobiliers. Préserver le patrimoine populaire dans une ville en grande partie détruite par la guerre, voilà ce qui a amené Mireille Cann, jeune marionnettiste, à créer Vivre la Rue en 1989. Et ainsi de sauver de la destruction la Rue Saint Malot, belle rue pavée, la plus ancienne de la cité. Véritable pierre angulaire de l’association, le café-culture Au Coin de la Rue est à la fois un espace de médiation et d’innovation sociale, un salon de thé, une épicerie bio-équitable et une bouquinerie. A la belle saison, les Beaux dimanches animent ce « drôle » de quartier. 4 générations se retrouvent lors de spectacles, concerts, expositions, projections et débats. Idem à l’occasion des P’tites Lessives autour du lavoir. Chaque année des milliers de promeneurs, touristes, étudiants et écoliers foulent les pavés d’une Rue Saint-Malo bien vivante !

« On veut simplement qu’elle survive, pour le plaisir de tous »

 « Ici, on essaye de bien vivre, de bien faire, de créer des espaces de liberté, de veiller au bien-être de tous. C’est ambitieux, mais pour cela nous faisons appel à des artistes capables d’apporter de la poésie, du rythme et de la joie dans ce monde de brutes. « La verrue », telle qu’on nommait la Rue Saint Malo, fait aujourd’hui partie intégrante de Brest. Même la municipalité la reconnait aujourd’hui comme un patrimoine à protéger : c’est un bien commun. On n’a jamais eu envie de se l’approprier, on veut simplement qu’elle survive pour le plaisir de tous. Nous sommes garants de sa sauvegarde et de son charme pour le plaisir de tous. Les gens viennent s’y ressourcer. Nous avons durant des années empêché sa démolition programmée. Nous avons mis du cœur à l’ouvrage et chaque jour nous veillons à son entretien. Aujourd’hui beaucoup disent que la Rue Saint Malo est la plus belle rue de Brest. »

Mireille CANN, présidente-fondatrice de Vivre la Rue

Extrait du Recueil des Alternatives de l’AlterTour 2016, disponible dans le numéro de juin de la Revue Silence.

Vivre la Rue accueillera l’AlterTour le 5 août 2016 à Brest (17, rue Saint Malo – 29200 Brest).

Inscritpions sur : http://www.altercampagne.net/?page_id=178

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.