Bure STOP AlterTour 2015

« Confiner, limiter et retarder le retour des radionucléides à la biosphère ». C’est le cahier des charges du projet d’enfouissement de déchets nucléaires. Faut dire que l’histoire a commencé en 1987 : vingt-cinq sites sont approchés pour glisser sous le tapis herbeux, ni vu ni connu, 99,9% de la radioactivité à vie longue générée par nos incontinences énergétiques. Des années d’opposition parfois radicale ont suivi. Mais voilà, l’Etat a tout de même mis le grappin sur Bure, en Meuse, afin d’y installer un « labo » qui ne trompe personne. L’autorisation du stockage souterrain est prévue pour 2017. Les collectifs et associations de Bure STOP ! s’opposent au forage d’environ 300 km de galeries destinées à recevoir ces poubelles très particulières. À coups d’informations, de contre-expertises, d’actions juridiques et de manifestations, ils contestent, revendiquent et protestent... mais ne retournent pas leurs vestes ! Les citoyens sont en colère et ils annoncent « qu’elle n’est pas réversible » non plus.

A bon entendeur ?

« La peste ou le choléra, ça suffit ! »

« En 2013, on a réussi à faire capoter le débat public. En fait, tout était déjà décidé et en gros, on nous demandait de choisir la couleur des tuyaux des galeries, alors que nous voulions échanger de l’opportunité ou non d’enfouir, et même parler du choix nucléaire tout court. Le projet Cigéo, Centre Industriel de stockage GÉOlogique, comporte des risques insensés, immédiats et pour des générations. Pourtant l’Etat l’impose à Bure, sous un vernis scientifique abusif, à coup de millions d’euros et de promesses de développement local illusoire. Promouvoir encore aujourd’hui le nucléaire comme une énergie propre car moins émettrice de CO2, et donc bonne pour le climat, confine à la folie. Gérer ce type de déchets est mission quasi impossible. Ils ont installé une industrie sans avoir résolu son aval. C’est incroyable. Choisir entre la peste ou le choléra, ça suffit ! »

 Corinne FRANÇOIS, membre active de Bure STOP !

Extrait du Recueil des Alternatives de l'AlterTour 2015, disponible dans le numéro de juin de la Revue Silence

L'AlterTour rendra visite à Bure STOP ! les 18 et 19 juillet 2015 à Bure. Plus d'infos sur http://www.altertour.net

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Le probleme avec les citoyens sincères qui critiquent Bure c'est qu'ils ne proposent rien de mieux. Et pour cause, leur connaissance superficielle des solutions technologiques et économiques leur fait penser qu'un complot se trame et que les "générations futures sont en danger". Qu'une réduction de la consommation conjugée aux énergies renouvelables permettrait de sortir des fossiles pour un cout social acceptable. C'est bien sur faux et chacun peut le vérifier avec un peu de bonne fois. (voir sur http://www.manicore.com par exemple).

En effet ils écoutent le dernier démagogue qui a parlé, sont comme nous tous victimes des biais cogntifs qui font qu'on n'écoute avec attention que les idées qui nous conviennent et qu'on n'instruit pas réellement à décharge avec un esprit critique qui se veut objectif.

N'en déplaise aux environnementalistes, les ENR chaleur couplées au nucléaire restent, et pour longtemps encore en Europe, le meilleur compromis social et écologique. La GIII sera progressivement remplacée par la GIV après 2035, encore plus écologique (Superphenix, réussite technique arretée par le politique, aurait fait économiser 15 Mds €). Entre temps le solaire se developpera réellement...là où il y a du soleil et du stockage, c'est à dire pas tellement en Europe. Et on attendra le blackout causé par l'éolien pour comprendre que l'intermittence nuit à notre réseau.

Mais les angoissés resterons angoissés. Ca ne veut pas dire que les précautions ne doivent pas être prises bien sur.

Ils ignorent que le sol n'est pas vierge, et que la planète est déjà "sale" depuis l'origine...  Oklo nous rappelle que ces matières sont naturelles et ne migrent pas avant des dizaines de milliers d'années, elles sont alors inofensives. Cf http://www.iaea.org/inis/collection/NCLCollectionStore/_Public/40/065/40065258.pdf