Scopie, l'imprimerie militante toulousaine

1968. Les pavés volent bas. Très bas. Dans la “chienlit”, 4 femmes et autant d’hommes tissent des liens sur une idée : diffuser de la critique sociale. Ils fondent l’Association pour l’Art et l’Expression Libre, AAEL. Affiches, tracts, livres, contre-journaux, tout est bon. Encore faut‑il les imprimer.

 © AlterTour © AlterTour
1968. Les pavés volent bas. Très bas. Dans la “chienlit”, 4 femmes et autant d’hommes tissent des liens sur une idée : diffuser de la critique sociale. Ils fondent l’Association pour l’Art et l’Expression Libre, AAEL. Affiches, tracts, livres, contre-journaux, tout est bon. Encore faut‑il les imprimer. Et c’est l’achat en 1973 des locaux et machines d’un imprimeur au 34, rue des Blanchers à Toulouse : Imprimerie 34 est née. Rapidement transformée en Scop, tout est partagé : bénéfices et… engueulades politiques ! Dur d’être libertaire ! Défense des mineurs de Longwy, anti-nucléaires et anti-militaristes, critique de la presse dominante et des prisons, défense des anti-franquistes et contre leur mise à mort par garrottage, xénophobie, migrants, pauvreté, Chiapas, la liste est trèèèèès longue.
I34 s’investit du Sud au Nord et d’Ouest en Est. OGM et mal-bouffe, pétrolier Erika, AZF, l’écologie est aussi une bataille imprimée par ces militants. Quelques cocktails Molotov et 3 dynamitages de locaux plus tard, I34 devient Scopie en 2013, mais reste l’imprimeur historique de l’AlterTour ! Inconditionnellement.

Pour rien au monde je ne repars dans le privé

“Aujourd’hui, notre gros problème, c’est le Net. Les gens sont habitués au “Tout-Tout-De-Suite-Low-Cost”. Ils envoient leurs fichiers à imprimer à l’autre bout du monde sans aucune vision des conditions d’impression autant environnementales que sociales ! Sans parler du transport… C’est le royaume de la déshumanisation. Nous, on privilégie le rapport humain. Chez Scopie, on entre dans l’atelier, tout le monde peut nous voir bosser. À l’image de l’agriculture, on est dans l’esprit du “Produire local”. SCOPIE est impliquée dans le RÉseau COopératif Travail Autogestion. Il défend l’égalité des salaires, l’équité Homme/Femme et la non‑exploitation des stagiaires. On travaille beaucoup avec les associatifs et militants : CNT, Faucheurs Volontaires, les Editions Libertaires,... C’est 2/3 de notre chiffre d’affaire. Et puis on fait gaffe à nos déchets : papier, toner d’encre, pièce mécanique, tout est recyclé. C’est notre logique de vie. Pour rien au monde je ne repartirais dans le privé avec sa hiérarchie et ses absurdité.”

Ludo, associé Scopien, ex-Imprimerie34

Extrait du Recueil des Alternatives de l’AlterTour 2017, disponible dans le numéro de juin de la Revue Silence.

Une rencontre avec Scopie est prévue sur l'AlterTour le 8 juillet 2017 à Ramonville. Pour plus d'infos consultez le programme.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.