L’association Ortie de Secours organise des stages de permaculture

Sortir de ce monde de fous en utilisant, par exemple, les nombreuses qualités de l’ortie ! Cette « mauvaise herbe » est excellente à consommer en soupe, infusion ou à utiliser sous forme de purin dans l’agriculture. C’est donc sous ce symbole que cinq agriculteurs lorrains se sont réunis avec l’envie de partager leurs modes de vie et leur métier.

Ortie de secours AlterTour 2015

Sortir de ce monde de fous en utilisant, par exemple, les nombreuses qualités de l’ortie ! Cette « mauvaise herbe » est excellente à consommer en soupe, infusion ou à utiliser sous forme de purin dans l’agriculture. C’est donc sous ce symbole que cinq agriculteurs lorrains se sont réunis avec l’envie de partager leurs modes de vie et leur métier. Ils créent donc l’association Ortie de Secours en avril 2014 afin d’organiser des stages de permaculture. Chaque stage attire une vingtaine de personnes et permette aux participants comme aux organisateurs d’apprendre ou d’approfondir leurs pratiques agricoles. La jeune association touche également à plusieurs domaines comme en atteste l’organisation de chantiers participatifs ou le récent stage de construction de Rocket Stoves : des foyers à bois d’une efficacité énergétique incomparable pour cuisiner. Partager, se former : autant d’occasions de montrer que la (s)ortie n’est pas très loin !

 « Utiliser de mieux en mieux les bienfaits de la nature »

 « Tout petit, étant issu d’un milieu alternatif, j’ai été sensibilisé au sujet du changement climatique. J’essaye maintenant de faire changer les gens par l’exemple. J’essaye d’être autosuffisant. J’y arrive quasiment au niveau alimentaire. J’utilise de moins en moins de gaz en me chauffant au bois. J’utilise aussi le Rocket Stove pour cuisiner : c’est un foyer à bois qui permet de concentrer la chaleur et d’utiliser ainsi moins de combustible. La permaculture permet de piéger beaucoup de carbone : on enrichit la terre avant de l’utiliser, on crée plus de haies et d’écosystèmes variés qui piègent ce carbone. La permaculture permet également d’utiliser très peu d’engins à moteur, sinon de mieux les utiliser. On n’utilise pas d’engrais ni de pesticides chimiques. Le purin d’ortie peut s’utiliser comme désherbant, engrais ou répulsif naturel. Je pense qu’on sera amené à utiliser de mieux en mieux les bienfaits de la nature, bien plus que ce qu’on a fait au siècle précédent. »

 Robin DEHAYE, maraîcher-président d’Ortie de Secours

Extrait du Recueil des Alternatives de l'AlterTour 2015, disponible dans le numéro de juin de la Revue Silence

L'AlterTour rendra visite à l'Ortie de Secours le 21 juillet 2015 à Loromontzey. Plus d'infos sur http://www.altertour.net

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.