"JUPPÉ tacle Jupiter" par Amadou Bal BA

Face à la montée de la colère des paupérisés le président MACRON doit apporter une réponse forte, à la mesure de la colère qui gronde.

20181209-111313

 

Dans cette crise des Gilets jaunes, où le gouvernement a privilégié la répression, le président MACRON devant les dégâts qu'il a commis se cache et se bunkérise à l'Elysée. M. Alain JUPPÉ exhorte le chef de l'Etat à parler et à délivrer "une parole forte".

M. JUPPÉ recommande à M. MACRON "à avoir de l'empathie" et une communication claire. Il n'a échappé à personne que M. MACRON s'illustre, régulièrement, par son mépris et son arrogance. Dans sa communication désastreuse, Jupiter a pris les Gilets jaunes pour des cons. Le "Nouveau monde" de Jupiter se caractérise par ce qu'il est convenu d'appeler "la verticalité" qui a supprimé et déligitimé tous les corps intermédiaires (Syndicats et partis).

Par ailleurs, par une gouvernance d'horizontalité, Jupiter a saccagé la démocratie représentative. En effet, ses élus qui votent, mécaniquement, les lois, sont coupés de leur base. Maintenant qu'il a peur pour son avenir largement compris, Jupiter, subitement, sollicite "l'Ancien monde", qu'il avait snobé jusqu'ici, pour apaiser ce conflit, et pour le tirer du pétrin grave, dans lequel il s'est mis lui-même.

M. JUPPÉ recommande à Jupiter d'augmenter substantiellement les petites retraites et le SMIC et de supprimer la hausse de la CSG. Il y a une exigence d'un nouveau pacte social et fiscal. Il ne suffit pas de dire aux pauvres : "je vous ai entendus" et "il faut organiser la concertation et faire remonter les doléances". La demande des exclus est bien claire : augmentation substantielle du SMIC, revalorisation des retraites et aide à la ruralité. Il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut entendre. La charge fiscale doit être mieux repartie. Déjà le CICE c'est 40 milliards de cadeaux aux riches, sans aucune contrepartie. L'ISF c'est 5 milliards, pourtant la situation de l'emploi s'est dégradée. Pendant ce temps, Jupiter a cassé la SNCF, il a baissé les aides aux collectivités locales et veut maintenant saccager le statut de la fonction publique. J'ai encore, en travers de la gorge, son projet de prendre 5 euros d'APL aux pauvres et de célébrer le maréchal PÉTAIN. Il na pas hésité à organiser des funérailles nationales pour Johnny HALLYDAY qui devait 10 millions d'euros au fisc.

Jupiter avait damé le pion à François HOLLANDE, venu de la banque, mais il est incapable de comprendre la souffrance des exclus. Pourtant depuis des décennies c'est à la France d'en bas qu'on demande toujours des sacrifices. La colère finit par exploser et elle n'est pas prête de s'arrêter s'il n'y a pas de réponse concrète et acceptable.

Je suis profondément révolté contre la nouvelle loi sur l'immigration et l'augmentation, injustifiée et raciste, des droits d'inscription des étudiants étrangers passant de 170 à 3770 euros. Par ailleurs, nous attendons la vérité et la justice pour Théo et la famille d'Adama TRAORÉ.

Nous vivons une période inquiétante, qui peut basculer dans le meilleur, comme dans le pire. Au cours de la campagne des présidentielles de 2017, avec son concept de "Vieux monde", Jupiter avait jeté un discrédit profond sur la classe politique et les corps intermédiaires. Finalement, le "Nouveau monde", qu'il est censé représenter au pouvoir, n'est que duplicité et mensonge. En fait, Jupiter président des riches, est devenu Pluton, un Dieu de l'enfer pour les démunis. Mais les pauvres, qu'ils croyait résignés, ont décidé de se révolter. Le Roi est tout nu, il a peur et se cache, désormais, dans son palais.

Si M. JUPPÉ tacle le président MACRON, il faut rappeler, quand-même, que le premier ministre Edouard PHILIPPE est un de ses amis. Gérard COLLOMB, qui a du sens politique, s'est très vite aperçu que dans ce slogan fumeux "Ni de droite ni de gauche", M PHILIPPE a pris le leadership. Le premier ministre a mis un coup de barre, bien à droite. C'est une droite dure et féroce avec les faibles, mais obséquieuse et généreuse avec les gens du château.

En vue des prochaines échéances électorales (européennes 2919 et municipales 2020) il appartient aux forces de gauche, face aux menaces du populisme, de s'unir et de retrouver un leadership qui leur manque tant, pour défendre la République, l'égalité, la solidarité, la fraternité et la compassion. Aucun espace ne devrait être cédé aux fachos, qui ne sont, en fait, qu'une droite encore plus féroce !

Paris, le 9 décembre 2019 par M. Amadou Bal BA.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.