amadouba19@gmail.com
Le bien-vivre ensemble Littérature et Politique
Abonné·e de Mediapart

633 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mai 2019

amadouba19@gmail.com
Le bien-vivre ensemble Littérature et Politique
Abonné·e de Mediapart

"L'esclavage, un crime contre l'Humanité" par Amadou Bal BA

L'esclavage a été abolie depuis 171 ans. Et pourtant la mentalité colonialiste et esclavagiste est plus que jamais vivace. La République proclame que les "Hommes naissent libres et égaux en droit". Il reste donc un long chemin à parcourir une égalité réelle, dans le bien-vivre ensemble et le respect mutuel.

amadouba19@gmail.com
Le bien-vivre ensemble Littérature et Politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«14ème journée de célébration de l'abolition de l'esclavage, un crime contre l’humanité», par Amadou Bal BA.

 Le 10 mai est un jour hautement symbolique, à plus d'un titre. C'est le 10 mai 1914, qu'un énorme séisme s'est produit au Sénégal avec la victoire d'un Africain, Blaise DIAGNE, pour le poste de député à l'assemblée nationale française, contre CARPOT. Les Sénégalais votent depuis 1848, mais tous les députés représentant ce territoire, jusqu'à ce 10 mai 1914, étaient des Blancs ou Métis. Le professeur Iba Der THIAM avait parlé d'un «tremblement de terre». En effet, l'esclavage était aboli au Sénégal, depuis le 27 avril 1848, mais le colonialisme était jusqu'à cette date du 10 mai 1914, triomphant, arrogant et empêtré dans ses certitudes.

Le 10 mai, c'est aussi la victoire de François MITTERRAND face aux forces du conservatisme. La veille du 10 mai 1981, un député de droite affirmait, imprudemment, que son camp conserverait encore le pouvoir pour 50 ans. François MITTERRAND qui avait soulevé un énorme espoir pour le camp des vaincus, nous manque énormément en cette période de montée des populismes et des idées de la Discorde et du Chaos.

La Fondation de l'abolition de l'esclavage peine à trouver l'appui du mécénat et de l'État. On voit là ce double langage, cette grande hypocrisie et cette mentalité colonialiste et esclavagiste persistante. Pourtant, en deux jours, les gens du château ont trouvé plus d'un milliard d'euros pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris. Un projet sans doute noble et louable, mais rien n'est proposé par le président des riches aux démunis.

Nous réclamons un financement suffisant, et sans délai, à la hauteur des ambitions de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage, ainsi que la création d'une maison d'Afrique, à Paris, pour un bien-vivre ensemble dans le respect mutuel.

En ce 10 mai 2019, journée nationale des mémoires, de la traite et de l’esclavage, le président Emmanuel MACRON qui prononçait un discours pour la première fois dans les jardins du Luxembourg à Paris, a annoncé l'inauguration d'un Mémorial qui sera installé dans le jardin des Tuileries, en 2021. La Fondation pour la mémoire de l’esclavage sera installée, dans quelques mois, au Musée de la Marine, en face de la Place Concorde. Le Mémorial Acte de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, sera érigé en établissement public de coopération culturelle. Les programmes scolaires actuels seront révisés et «traiteront de façon approfondie du système esclavagiste de sa naissance au XVème siècle à son paroxysme au XVIIIème Siècle. Et les programmes de 1ère étudieront le long combat des abolitions jusqu'au décret de 1848» déclare le président MACRON.

Cependant, il y a encore de nombreuses raisons d’insatisfaction. En effet, la République pose le principe que les «Hommes naissent libres et égaux en droit». Or, dans les faits, l’esprit colonialiste et esclavagiste, est plus que jamais vivace. En particulier nous attendons toujours que vérité et justice soient rendues à propos de ces 114 jeunes étouffés à mort ou tués lors d'un contrôle au faciès (Adama TRAORE Bouna et Zied), que l'égalité réelle soit appliquée dans tous les lieux de décision, et qu'une plus grande solidarité nationale soit accordée à tous les démunis et à ceux qui souffrent.

L’esclavage et le colonialisme sont bien des crimes contre l’Humanité.

Paris, le 10 mai  2019, par Amadou Bal BA.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza