"La Tour Eiffel et ses 130 ans" par Amadou Bal BA

La Tour Eiffel inaugurée le 7 mai 1889, a 130 ans. Bon anniversaire à Notre Dame de Fer adorée !

 

Inaugurée le 7 mai 1889, la Tour construite par Gustave EIFFEL (1832-1923), a donc 130 ans. Bon anniversaire à notre vieille dame de fer, parisienne !

La Tour Eiffel a été construite en 1889, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889, pour célébrer le centenaire de la Révolution de 1789. La construction a duré 2 ans, 2 mois et 5 jours.

Initialement, la Tour Eiffel était vouée à la destruction au bout de 20 ans, et être démontée en 1909. Cependant, les expériences en matière de transmissions radiographiques et par la suite de télécommunication (de la Tour au Panthéon en 1898, radio militaire en 1903, radio publique en 1925, puis la télévision jusqu’à la TNT), l’ont pérennisée. Lors de la Bataille de la Marne, en 1914, des signaux étaient émis du sommet de la Tour, pour guider les troupes françaises. En 1960, le président Charles de GAULLE avait envisagé le démontage temporaire de la Tour Eiffel pour une exposition en 1967, au Canada. Puis le projet a été abandonné.

En matière architectural, le XIXème siècle innove avec cette masse de ferraille qui avait suscité, en son temps, des polémiques oiseuses. «Nous venons, écrivains, peintres, sculpteurs, architectes, amateurs passionnés de la beauté, jusqu’ici intacte, de Paris, pour protester de toutes nos forces, de toute notre indignation, au nom du goût français méconnu, au nom de l’art et de l’histoire français menacés, contre l’érection, en plein cœur de notre capitale, de l’inutile et monstrueuse Tour Eiffel, que la malignité publique, souvent empreinte de bon sens et d’esprit de justice, a déjà baptisé du nom de « Tour de Babel», écrivent des protestataires le journal «Le Temps» du 14 février 1887, une lettre ouverte à ALPHAND. Parmi eux, Charles GARNIER, Charles GOUNOD et Guy de MAUPASSANT. «J’ai visité la Tour énorme, le mât de fer en dur agrès. Inachevé, confus, difforme, le monstre est hideux, vu de très près» dira François COPPEE. «J’ai quitté Paris et même la France, parce que la Tour Eiffel finissait par m’ennuyer trop. Non seulement on la voyait de partout, mais on la trouvait partout, faites de toutes la matières connues, exposée à toutes les vitres, cauchemar inévitable et torturant» écrira Guy de MAUPASSANT dans «La vie errante». Dans «Le promeneur de Paris» Léon-Paul FARGUE écrira : «Tour, objet de ton blasphème, pourrait t’envoyer Polyphème, écraser tes os, tout en bas !».  C’est une tour de fer puddlé de 324 mètres de hauteur, 1710 marches, plus de 18 000 pièces d’acier assemblées par 2 500 000 rivets. La Tour est composée de trois étages : le 1er étage est à 57 mètres, le 2ème à 115 mètres et le 3ème à 276 mètres. Dans sa réponse aux protestataires contre la Tour Eiffel, l’ingénieur Jean-Charles Adolphe ALPHAND (1817-1891) «Pour la gloire de Paris ; et donc pour la France, ceux qui auront le courage de grimper au sommet de cette titanesque dame d’acier découvriront alors un paysage nul autre pareil, ils pourront alors admirer notre somptueuse cité dans tout son éclat, la découvrant d’un point de vue à un autre avec son éclatante beauté qui étonnera toujours les foules» dit-il.

Situé non loin du Champs de Mars, en face du Trocadéro, et le huppé 7ème arrondissement de Paris, la Tour Eiffel est, avec Notre-Dame, le Louvre, et l’Arc de Triomphe, l’un des grands monuments de Paris. Les fils d’attente peuvent durer plusieurs heures. Gustave EIFFEL, en visionnaire avait lui-même défendu son projet incompris à l’époque : La Tour «sera la preuve éclatante des progrès réalisés en ce siècle par l’art des ingénieurs. C’est seulement à notre époque, en ces dernières années, que l’on pouvait dresser des calculs assez sûrs et travailler le fer avec de précision pour songer à une aussi gigantesque entreprise. N’est-ce rien pour la gloire de Paris que ce résumé de la science contemporaine soit érigé dans ses murs ?» écrit-il, en février 1887, dans le journal «Le Temps». La Tour Eiffel symbolise, en cela, l’âge du fer, la puissance du modernisme et de ses technologies. La Tour, a pour prétention, de représenter, à elle seule, le modernisme, à cette Exposition de 1889. «Parce que nous sommes des ingénieurs, croit-on donc que la beauté ne nous préoccupe pas dans nos constructions et qu’en même temps nous faisons solide et durable, nous nous efforçons de ne pas faire élégant ?», s’interroge Gustave EIFFEL.

Un des symboles de l’attractivité touristique de la Tour Eiffel, est la présence de ces commerçants sénégalais ambulants, souvent sans papiers qui vendent tout autour, des objets de souvenirs. Ils sont nos héros du quotidien, mais aussi témoignent du caractère universel de cette tour.

J’avais accompagné, à la Tour Eiffel, ma tante Hawa Merry ANNE, venue de mon village séjourner à Paris. J’ai été étonné de toute l’attention et de sa forte concentration pendant toute la découverte de cette Grande Dame de Fer, un ravissement.

Paris, le 15 mai 2019, par Amadou Bal BA 

60251816-10157557474004301-9836974051426304-n

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.