"Rdv Colonie 16 nov 19" par Amadou Bal BA

Rdv à la Colonie 128 rue Lafayette Paris 10ème métro gare du Nord le samedi 16 novembre 2019 de 14 à 16 h, autour du bien-vivre ensemble.

Au moment où le chef de l'État appelle à une «société de vigilance» à l’égard des racisés, rompant ainsi le pacte républicain et où les calomnies les instrumentalisations et les attaques à la carabine sont acquittées au bénéfice du doute, je vous invite, se samedi 16 novembre 2019, à 14 h, à une rencontre sur le bien-vivre ensemble à la Colonie, métro Gare du Nord.

Le président Macky SALL du Sénégal était venu à Paris témoigner de sa solidarité avec le peuple français à l'occasion des odieux attentats de Paris. Depuis l'attentat de Bayonne, au lieu de la solidarité, je n'entends que dénigrements et campagnes de haine de dénigrement.

Ceux qui nous parlent de laïcité ne défendent en fait que leur propre communautarisme et une démocratie ethnique dans laquelle seules la dignité et la vie de certaines personnes ont une valeur. Sinon comment comprendre ceux qui applaudissent et encensent un réalisateur, Roman POLANSKI, pédophile et violeur qui n'ose plus se rendre aux États-Unis ? Pourquoi défendre becs et ongles Alexandre BENALLA et son coffre, celui-là même qui avait tabassé des manifestants du 1er mai ? S'offusquent-ils du voile des femmes riches saoudiennes ou des riches monarchies arabes qui viennent dévaliser les grands magasins de luxe français ? Pourquoi les lieux de culte et écoles privées confessionnelles des autres communautés sont financées avec l'argent des contribuables alors toutes les constructions de lieux de culte de l'islam deuxième religion de France sont bloquées ?
J'ai l'impression que dans ces calomnies permanentes dont nous sommes l'objet, il y a des choses explicites qui reçoivent et des choses implicites, non dites qui sont le soubassement de cette islamophobie et négrophobie dont certains se délectent.

A commencer par la laïcité si cela veut dire, strictement, la neutralité de l'État à l'égard de toutes les religions, la liberté de conscience, c'est-à-dire de croire ou ne pas croire, alors la laïcité est un puissant levier du bien-vivre ensemble, garantissant le respect de chacun.


Or, dans les faits et bien avant la loi de 1905, il existait une sourde et puissante détestation des Protestants et des Juifs qui s'est reportée contre l'église qui soutenait les partisans de la royauté contre les Républicains.


De nos jours, les musulmans et les immigrés sont ont pris la place des Protestants et des Juifs. Cette haine incommensurable s'est accentuée avec la crise, les flots de réfugiés fuyant les guerres locales injustes entretenues par les Occidentaux et surtout cette lepénisation grandissante des esprits. Depuis la fin de la guerre froide, de l'intérieur c'est le multiculturalisme, donc le musulman et l'immigré.


Quand on parle d'assimilation et d'intégration, le discours est également ambigu. Si l'assimilation et l'intégration signifieraient la nécessité de comprendre les codes et la culture du pays où on vit, cela va de soi et ne peut que recueillir l'adhésion de tous.

Cependant si l'assimilation signifierait une hiérarchisation des cultures, et dans ces calomnies contre nous c'est ce qui est implicite, cela est condamnable et ne peut peut-être que rejeté avec force. De Gaulle disait «l'Algérie c'est la France». Pour l'essentiel les musulmans de France sont de culture française. En quoi les Roumains qui votent et sont éligibles aux locales seraient mieux intégrés que les originaires des anciennes colonies ?

A cette rencontre à la Colonie, sur le bien-vivre ensemble, il vous est proposé des axes d'organisation et de lutte pour notre dignité d'homme et de citoyens français :

1 - S'inscrire massivement sur les listes électorales tant que cette démocratie ethnique n'est pas prisonnière du Rassemblement national. Les hommes politiques ne craignent que les rapports de forces. Ces calomnies et ces mépris ne s'expliquent en grande partie que par l'organisation et le refus de participer à l'action citoyenne. Les communautés juives et chinoises, moins nombreuses, en raison de leur organisation s'en sortent bien.

2 - Lancer, à un moment que l'on définira, une grande action de désobéissance civile en refusant de nous rendre au travail. Cela permettrait de faire connaître à la communauté nationale notre réelle place dans cette société. Notre participation au développement et au bien-être de la société, depuis les temps de l’esclavage, en passant par la colonisation, puis pendant le 30 glorieuses et particulièrement de nos jours, est décisive.

3 Federer toutes les associations qui œuvrent pour le bien-vivre ensemble et elles sont nombreuses et isolées.

4 Lutter pour obtenir une maison commune où l'on se rencontre, pour mettre en commun notre synergie.

5 – Nous sommes aussi la France, nous voulons être respectés dans nos différences et pour le bien-vivre ensemble.

 Paris, le 16 novembre 2019, par Amadou Bal BA.

75450148-10158109856984301-8476924540629286912-n

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.