"Sabre d'El Hadji Oumar TALL restitué" par Amadou Bal BA

Cérémonie à Dakar de restitution du sabre d'El Hadji Omar Foutiyou TALL. Bien d'autres objets ont été confisqués par Louis ARCHINARD, à la chute de Ségou.

 

 

 

Le président Macky SALL a déclaré cette journée historique : «Oui, la symbolique est forte. De sa charge émotionnelle, parce qu’un sabre est plus qu’une arme. A travers les âges, et encore de nos jours, le sabre est symbole de fierté et d’élégance, d’apparat et de noblesse. De grands hommes en ont fait leur compagnon inséparable. Et les grands hommes, comme leur sabre, ne meurent jamais. Ils défient le temps à travers leurs œuvres» dit le président sénégalais. Dans cette requête de restitution des objets confisqués ou volés par le colonisateur, il s’agit de "s’élever au-dessus du tumulte» dit Macky SALL. Après les débats passionnés, «si la capture d’un patrimoine oblitère et efface la mémoire d’un peuple, pour nous sa restitution ne signifie ni contemplation béate du passé, ni repli étrique sur soi» dit Macky. C'est un rendez-vous du donner et du recevoir dans lequel le Sénégal célèbre en El Hadji Oumar Foutiyou TALL, le soufi, l'érudit et le résistant qui avait refusé de se soumettre : «le patrimoine rapatrié à sa source relie les peuples à leur histoire» dit Macky SALL.

 Le Premier Ministre Edouard PHILIPPE, qui a fait semblant de se méprendre sur le sens mémoriel de cette rencontre, a voulu, dans un paternalisme colonialiste, ramener cette rencontre à l’évocation de son amour personnel pour le sabre. Macky SALL, en stratège et national a remis les choses à l’endroit : "Je me réjouis de la restitution historique du sabre de El Hadj Omar Tall. Un symbole mythique de la résistance d’un grand érudit. Cette restitution ouvre une ère nouvelle, sur le plan culturel, entre la France et nos États, dans le cadre du rapatriement du patrimoine africain" dit dans un tweet le président Macky SALL.

Les restes du jeune Abdoulaye TALL, un saint-cyrien enlevé par Louis ARCHINARD, mort en France 1899, n'ont été rapatriés qu'en 1995 ; il est enterré au Mali, après des honneurs militaires au Sénégal.

Mais la France détient encore 517 manuscrits de la bibliothèque d’El Hadji Oumar TALL, et de nombreux autres objets au Musée Jacques CHIRAC, au Havre et aux archives coloniales, en particulier le fameux tapis de prière, tant convoité.

Le sabre d’El Hadji Oumar TALL a été accueilli, avec fierté, par ses descendants, aux cris de «Allahou Akbar» (Dieu est grand). Le premier Ministre de France ne s'est pas sauvé.


El Hadji Oumar Foutiyou TALL, chef du Tidjanisme avait fondé un vaste empire toucouleur qui s'étendait du Sénégal, à la Guinée, au Mali, au Burkina Faso et au Niger.

La musique de Tara, rappelle encore de nos jours, le vaillant combat pour la dignité et la liberté d’El Hadji Oumar Foutiyou TALL ; celui avait, jusqu’au bout, refusé la servitude et qu’on voulait effacer de la mémoire des Hommes. A ce titre, El Hadji Oumar TALL, ce géant de l’Histoire (voir mon article dans Mediapart), est le vrai grand et premier héros du Sénégal et de l’Afrique de l’Ouest. Tous les autres hommes en dépit de leurs qualités, ont été, en fait, montés en épingle, a posteriori, est ternes à côté de cet extraordinaire résistant. Espérons que des rues, des monuments et des lieux symboliques porteront le nom de cet extraordinaire combattant de la liberté.

Bravo à Felwine SARR et Benedicte SAVOY pour leur rapport  sur la restitution des objets culturels volés pendant la période coloniale.

Paris, le 17 novembre 2019, par Amadou Bal BA 

20191117-203002

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.