AMARA MOHAMED
Sociologue
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 déc. 2021

L’instrumentalisation de la crise au Sahel

Au Burkina-Faso, au Mali ou au Niger, l’Etat s’écroule sous le poids des massacres, des séquestrations, des humiliations et des traumatismes.

AMARA MOHAMED
Sociologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Puritanisme idéologique

Aguelhoc, Banibangou, Binedama, Boulikéssi, Diabaly, Dinangourou, Dioura, Inata, Koulogon, Ogossagou, Ouatagouna, Sobane-Da, Solhan, Songho, Tahoua, Tamkoutat... Les noms des territoires burkinabé, maliens et nigériens, victimes du narcoterrorisme (Amara : 2019), sont interminables. Ces noms changent selon la volonté des maitres du jour : les groupes narcoterroristes. Mais, pour les narcoterroristes, auteurs des vies brisées, le sujet reste le même : opposer les populations pour provoquer la rupture de leurs liens avec l’Etat. Sur les réseaux sociaux, les images abjectes illustrent leurs stratégies de communication, nimbées dans un puritanisme idéologique mortifère : installer un nouvel ordre social et politique, basé sur la terreur. Au fond de chaque être humain, ces images de propagande réveillent le dégoût et le mépris. À tour de bras, dans les rencontres publiques, les Etats décrètent des deuils, suivis des minutes de silence, devenues normales. Le mal n’est toujours pas conjuré. Hélas !

Libertés assassinées

Évidemment, d'une certaine manière, les exécutifs actuels ont hérité de leurs prédécesseurs le narcoterrorisme. Néanmoins, les populations sahéliennes, en particulier celles du Liptako Gourma, se rassurent. Elles croient que leur honneur sera sauvé par leurs exécutifs, censés incarner leur nation. Cependant, tout cela pèse moins à côté des scènes d’horreur accablantes qui assassinent les libertés. Par exemple, le 3 décembre 2021 a marqué au fer rouge ce qui peut être analysé comme un emballement sécuritaire : 31 forains périssent dans l’attaque d’un bus par des narcoterroristes à Songho-Bandiagara. En référence à l’article 121 de la Constitution malienne, la population de Bandiagara a déjà désobéi pour dire non au massacre de Songho. S’agit-il d’un remake de la désobéissance civile de 2020 ? Mais tout ça n’efface pas un fait têtu : l’instrumentalisation de la crise par les narcoterroristes. Elle se traduit par leur capacité de manipulation des populations dans le but d’amener les populations à se conformer à leurs opinions, leurs modes de vie et de pensée.

Les exécutifs louvoient, le peuple tire le diable par la queue

Les narcoterroristes agissent sur les populations par le leurre. Le leurre d’un monde meilleur, d’une justice impartiale… Par conséquent, les meurtres de Songho, comme ceux d’autres villes du Sahel, s’inscrivent dans cette entreprise nauséabonde de leurre : attiser les braises des conflits intercommunautaires. Pour l’instant, ni les enquêtes, ni les ripostes des Etats n’arrêtent ces horreurs. Parce que tout simplement, les politiques des Etats ne rencontrent pas d’échos favorables chez les populations. A cause de l’éternelle manipulation de ces dernières par une partie des politiques, qui trompent le mieux possible pour les abuser sans qu’aucun crédit ne leur soit accordé. Honteux ! Or, nous le savons tous, les populations sont plus intéressées par la capacité d’anticipation des dirigeants sur la crise que par leurs tristes tribulations politiques. Conséquence immédiate : de Terra à Bandiagara, les rêves de vivre ensemble des populations s’évanouissent. Le peuple tire le diable par la queue, les exécutifs louvoient.

Le casse-tête sécuritaire

En fait, les classes dirigeantes et les populations vivent dans deux univers fort éloignés l’un de l’autre. Au Mali, le Conseil national de transition, faisant office d’Assemblée nationale, se fait l’apôtre du Mali refondé. À maintes reprises, il fait resonner les thèmes de l’indépendance, de l’autorité, de la transparence ou de la sécurité. Cependant, la question du désintéressement personnel et du sens de l’Etat reste à travailler sur les bancs. Mais ce n’est pas le moment d’insister. Car la priorité est de répliquer, historiquement, contre les massacres. Pour cela, l’urgence c’est régler le casse-tête sécuritaire en repensant la sécurisation des personnes et des biens. D’autant que selon un grand manitou des renseignements, un des effets immédiats du retrait de Barkhane de Kidal, Tessalit et Tombouctou, c’est la réorganisation d’Aqmi pour occuper le terrain. Un air de 2012 soufflerait sur le Sahel. Le contexte actuel est bien celui des rapports de force et des jeux d’intérêts. Dans ce cadre, les exécutifs doivent se faire entendre hors de la sphère des capitales pour donner plus de visibilité à leurs actions. Réalisme politique oblige ! D’autant que l’écho reçu par le massacre de Songho a suscité un élan de solidarité nationale et internationale à considérer pour sortir du sentiment d’inutilité de l’Etat, ressenti par beaucoup : Etat autocentré et fragmenté. En ce moment, pour mieux toucher les Maliens, la tenue du conseil des ministres à Kayes, Sikasso, Mopti, Bandiagara ou Gao permettrait de récréer les liens entre la classe dirigeante et les populations. Il y va de la vitalité de la gouvernance.

Goïta-Macron : ne pas perdre la face

Pour finir, la détérioration de la sécurité exige du sang-froid pour apaiser les esprits et se mettre au-dessus de la mêlée. Il faut éviter la traque de tout discours critique, qui est sans plus-value politique. Pour rappel, Moussa Traoré est tombé en 1991 à la suite du dialogue de sourd entre lui et son peuple. Son régime s’est embourbé dans la boue toxique de la dictature. Actuellement, les arrestations de certains artisans de la démocratie malienne tels que Soumeylou Boubèye Maïga ou Oumar Mariko pourraient susciter un rejet de l’exécutif par une partie des Maliens. Lesquels Maliens ont le sentiment qu’à Bamako on brasse du vent alors que le reste du territoire est sous pression narcoterroriste. Ces arrestations disent quelque chose des difficultés à concilier justice et droit. Cela fait grincer des dents. D’autres priorités, c’est le respect du calendrier des élections générales, pour éviter l’impasse des « […] sanctions économiques et financières […] » de la Cedeao. D’ailleurs, la rencontre de la semaine prochaine entre le président français, Emmanuel Macron, et le président de la transition malienne, Assimi Goïta, constituerait un moment important pour apaiser les relations conflictuelles entre Bamako et ses partenaires. Ce qui est sûr ni Macron (43 ans) et ni Goïta (38 ans) ne veulent perdre la face. Face aux Russes, il faut reprendre la main. Les expressions « […] abandon en plein vol […] » ou « […] légitimité du gouvernement actuel démocratiquement nulle [...] » seront mis sous le tapis. Le risque est trop grand. Diplomatiquement.

Mais, l’enjeu n’est-il pas de renouer le fil du dialogue et du rassemblement avec les Maliens ?

Quel modèle de coopération durable entre le Mali et la France ?

Mohamed AMARA-

Sociologue

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB