amélie amblard
professeur de français et de cinéma
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 avr. 2020

Agriculture locale et durable: pas de migrants, des embauches!

Tous ces nouveaux acteurs de l’agriculture dans nos campagnes, je parle de ceux qui n’ont hérité d’aucune ferme, qui ont dû partir de zéro pour construire un nouveau modèle, ne sont pas aidés par l’État ni par la PAC et ce, depuis longtemps.

amélie amblard
professeur de français et de cinéma
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour une agriculture locale et durable : n’envoyez pas les migrants, aidez-nous à embaucher !

            Tous ces nouveaux acteurs de l’agriculture dans nos campagnes, je parle de ceux qui n’ont hérité d’aucune ferme, qui ont dû partir de zéro pour construire un nouveau modèle, ne sont pas aidés par l’État ni par la PAC et ce, depuis longtemps.

            Je vis dans une ferme, mon compagnon est né en région parisienne, n’avait aucun lien avec l’agriculture et est parti, soutenu par des prêts énormes aux banques, dans cette aventure nouvelle de l’agricole. Il a commencé seul, ne pouvant embaucher. Il s’est usé au jour le jour à nourrir, produire et vendre avec cette idée, qui plaît à tous et notamment avec le Covid-19, que l’on peut se passer du grand monde de l’agroalimentaire.

            À force d’épuisement et n’ayant jamais eu l’idée de fonctionner seul à vie, un apprenti est arrivé et a permis de nourrir les bêtes les jours de marché. Un laboratoire fait main (les clés en main étant un investissement exorbitant) a poussé dans la grange et il a fallu dans une ferme d’élevage faire le pari (insensé) d’embaucher un boucher, un ouvrier aux mains d’or qui méritait un vrai salaire. En attendant, mon compagnon ne gagnait rien et passait son temps à rembourser les banques. Quelle idée ! et souvent quand tous les week-ends il est absent car en train de vendre au marché, nos enfants ont rapidement demandé : Pourquoi papa n’est pas là ? Aucun week-end, des vacances prises suivant les années et jamais une semaine entière, une organisation familiale entièrement tournée vers la « réussite » d’une cause tellement belle et d’utilité publique !

            Former une petite équipe a été la marche supplémentaire, s’entourer de gens pour arrêter de tout faire. Un vrai bonheur ! mais un coût réel du travail sans aide, sans ristourne, sans planification étatique et européenne. Je parle de cette ferme que je connais, mais tous les agriculteurs en vente directe qui m’entourent, qu’ils soient bios, durables ou raisonnés (raisonnables ?), sont épuisés, passent leur vie à tenir une chaîne formidable mais laborieuse du soin à la commercialisation. Ces gens sont formidables et réellement héroïques mais nous les tuons à petit feu. Je n’ai aucune envie de perdre le père de mes enfants parce qu’il aura continué de nourrir la société avant, pendant et après le Covid-19.

            Nous le savons, les grandes entreprises sont réellement aidées et les PME qui emploient le plus de salariés finalement, toutes ces petites entreprises à taille humaine où chacun est respecté parce que connu, suivi, cette nouvelle famille au travail ne tiendra pas ! Nous ne souhaitons plus enrichir nos banques, les faire vivre d’une absence de trésorerie dont ils se gavent.

            Juste avant la pandémie du Covid-19, cette ferme formidable qui fait tant rêver d’un système différent a été mise en redressement par la MSA pour avoir trop embauché et trop vendu. Voilà ! nous y sommes ! Et vous me direz : ce n’est pas grave maintenant vous allez vendre, les gens vont acheter local, ils ont compris ! –Oui ! mais ce système formidable et héroïque ne nécessite aucunement une arrivée de migrants qui voudraient bien s’infecter à notre place en ramassant nos fraises (industrielles pour beaucoup !), mais d’une véritable équipe avec des salaires à hauteur de l’utilité sociale. Alors j’ai rêvé que l’état prenait entièrement en charge l’effort de solidarité salariale et patronale, et qu’il permettait à toutes ces petites fermes (non industrielles et vivant pour la plupart avec des aides dérisoires de la PAC) de prospérer et d’embaucher décemment les gens. J’ai rêvé d’un mode où le travail n’était plus héroïque mais une façon de gagner sa vie normalement.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
Le Squale, opérations secrètes
Basées sur des interceptions judiciaires ayant visé l’ancien chef des services secrets intérieurs, Bernard Squarcini, notre série de révélations met au jour l’existence d’un État dans l’État, où se mêlent intérêts privés et basse police.
par La rédaction de Mediapart
Journal — France
Le « Monsieur sécurité » du groupe LVMH écope de neuf mises en examen
Atteinte à la vie privée, trafic d’influence, violation du secret professionnel... : l’actuel directeur de la protection des actifs et des personnes de la multinationale, Laurent Marcadier, est mis en cause par la justice dans l’affaire Squarcini. Il dément « catégoriquement » tous les faits.
par Fabrice Arfi
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk