Amélie Poinssot
Journaliste à Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 févr. 2016

«This is not a coup», un documentaire grec à soutenir

« This is not a coup » est le nouveau projet du documentariste grec Aris Chatzistefanou. A vos dons! Le réalisateur de « Debtocracy », « Catastroïka », et « Fascism Inc. » fait appel à un financement participatif pour son quatrième film. Sortie prévue en mai prochain.

Amélie Poinssot
Journaliste à Mediapart

On se souvient de la poussée virale du hashtag #ThisIsACoup cet été sur twitter, au moment où Tsipras signait l'accord d'austérité à Bruxelles, alors que le pays était en pleine asphyxie bancaire en raison des mesures prises par la BCE. Le premier ministre grec aurait subi un coup d'Etat de la part de ses créanciers. Dans son nouveau projet documentaire, Aris Chatzistefanou propose une autre lecture de cette séquence : selon lui, ce n'était pas un coup d'Etat... C'est tout simplement ainsi que fonctionne l'Union européenne. « J'aurais pu appeler le film : this is not a coup, this is EU », nous explique-t-il depuis Athènes.

Le logo du film

Le titre sera finalement un peu plus court. Véritable réquisitoire contre l'UE. « This is not a coup » devrait comporter quelques pépites. Le réalisateur entend en effet raconter comment, dans différents pays membres de la zone euro, la pression des créanciers s'est imposée pour faire plier les gouvernements, voire les renverser. Avec quelques révélations au passage sur le revirement du gouvernement grec en juillet : le film doit mettre en scène le témoignage d'anciens ministres n'ayant encore jamais parlé à la presse de ces négociations. A travers différents interlocuteurs du continent - écomistes, politiques, anciens négociateurs -, Aris Chatzistefanou veut montrer comment, en Italie, en Irlande, à Chypre, au Portugal ou en Grèce, « ce sont les choix de la BCE qui s'imposent ». Le documentariste a rencontré par exemple Dimitris Christophias, l'ancien président chypriote en fonction au moment de la décote des dépôts bancaires à Chypre, au printemps 2013. Il a prévu également de remonter aux sources de l'euro, en interrogeant certains de ses fondateurs, comme le Belge Etienne Davignon. « Qui a construit l'eurozone? Dans ce film, je montre que cet espace est le résultat du lobby des multinationales, que l'euro est un outil pour les banques et les entreprises, qu'il n'a pas du tout été créé pour le bien des individus », nous explique Aris.

Comme ses précédents documentaires, engagés et militants, « This is not a coup » sera, à coup sûr, un film très politique. Pour Aris Chatzistefanou, l'Union europénne est à refaire de fond en comble. Et l'euro, selon lui, est forcément synonyme de rigueur budgétaire et d'absence de démocratie. On peut ne pas être d'accord avec cette vision des choses. Il n'empêche, chacun des films d'Aris apporte un éclairage nouveau sur les processus que notre continent traverse depuis bientôt six ans. Au départ centré sur la Grèce, son travail s'est élargi au continent. Et ses montages très réussis ont une force pédagogique rare lorsqu'on aborde à l'écran des sujets aussi peu « cinégéniques » qu'une crise financière ou des institutions européennes...

Comme les fois précédentes, le réalisateur grec fait appel au financement participatif. « En Grèce, je suis grillé par la plupart des médias », assure ce journaliste passé au long format pour qui « il est nécessaire d'être rémunéré pour ce travail. Je ne peux pas faire travailler toute une équipe bénévolement sur un film ». C'est ainsi que ses trois précédents films ont été financés, et ils ont connu un succès phénoménal sur la toile. A eux trois, ils totalisent à ce jour plus de 6,5 millions de vues... Ils ont également été diffusés dans des milliers de salles de cinéma, en Grèce, mais aussi en France et dans d'autres pays européens. Pour pouvoir ainsi être réalisé, diffusé, et ensuite disposnible en accès libre sur Internet, « This is not a coup » a donc besoin de soutien ! Vous pouvez faire un don ici.

Pour vous faire une idée du travail d'Aris Chatzistefanou - si vous ne le connaissez pas déjà ! - vous pouvez revoir ici ses précédents films, avec les sous-titres en français :

  •  Fascism Inc. (2014 ; film sur le parallèle entre la montée du nazisme dans les années 1930 et la montée de l'extrême droite en Europe depuis le début de la crise) :
Fascism Inc. © Infowar
  • Catastroïka (2013 ; film sur la vague de privatisations en Grèce, à l'image des privatisations menées dans l'espace post-soviétique après la chute du communisme) :
Catastroïka © Infowar
  • Debtocracy (2011 ; film sur les origines de la dette publique grecque et la nécessité d'un audit)
Debtocracy

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre