Solidarité aux camarades condamnés pour les contestations au PD en 2012

Le PD, qui est aujourd'hui évoqué sur les places comme un mur anti-Salvini, montre une fois de plus, même dans cet épisode, son arrogance bien représentée par le Jobs Act, les décrets de Minniti et les politiques économiques qui ont toujours été anti-populaires.

Les condamnations sont arrivées en appel pour les "faits de la préfecture de Livourne" en 2012, des peines totales à 30 ans de prison pour 21 camarades dont certains de nos militants. En tant que Potere al Popolo (Italie), nous voulons exprimer notre solidarité totale et notre proximité avec tous ceux qui sont touchés par la répression.

Nous considérons qu'il s'agit d'une condamnation politique qui n'a touché qu'une zone connue et militante de camarades dans notre ville dans le cadre d'un cortège de milliers de personnes. Tout cela semble être une véritable vengeance de la part du Parti Démocrate (PD) qui, dans un consensus en déclin dans notre ville, voulait déterminer l'issue des primaires de son parti.

À la mi-novembre 2012, Renzi est arrivé en tournée à Livourne pour être élu secrétaire des primaires dont le premier tour aura lieu le 25 novembre 2012. Lors de sa visite dans la ville, il y a eu une protestation contre les politiques que le Parti Démocratique mettait en œuvre avec son soutien au gouvernement Monti et la mauvaise gouvernance de la ville.

Nous rapportons un extrait de la chronique des événements de Il Tirreno : “Pendant son discours, une trentaine de manifestants de la Coordination des étudiants de Livourne ont tenté d'entrer dans la salle. Les agents ont bloqué l'entrée et ont maintenu les manifestants à l'extérieur. Les mêmes manifestants ont alors eu une confrontation avec le maire Alessandro Cosimi, également présent à la fin de la croisière. En fin de compte, tout a été résolu sans problème”.

Dans la pratique, un différend normal, que le PD de Livourne a manifestement autorisé pour soutenir l'autre candidat Pierluigi Bersani. Il y a eu un deuxième tour de piste entre Bersani et Renzi le 2 décembre 2012 et Bersani le 30 novembre, il s'est présenté de la même manière à Livourne, toujours au même endroit : le terminal de croisière. Cependant, la réaction du Parti Démocrate et des forces de l'ordre a été totalement différente en ne voulant laisser aucune place au défi du leader choisi par le PD de Livourne. Tout ce qu'on leur a demandé de faire était d'afficher une banderole avec un groupe de travailleuses, mais au lieu d'accepter une protestation très normale comme lors de la venue de Renzi, il y a eu des accusations et des coups de matraque de la police et plusieurs camarades ont été blessés.

Afin de dénoncer cette attitude agressive de la police, un rassemblement a été mise en place le lendemain, 1er décembre, sur la place Cavour, qui a été à nouveau très violemment chargé par la police qui a matraqué tous ceux qui se trouvaient au milieu de nombreux passants ordinaires qui faisaient leurs achats de Noël et qui étaient choqués. Toute la ville a dénoncé la violence de la police.

Il était spontané pour les habitants de Livourne de participer à une procession pour dénoncer ce qui s'est passé et ce qu'ils ont vu. Le lendemain, après deux jours de violences policières contre les manifestants, des milliers de personnes de Livourne sont descendues dans la rue et ont refusé la énième provocation d'une force de police alignée avec des casques et des bâtons devant la préfecture. La police s'est alors retirée à l'intérieur du bâtiment et a fermé la porte derrière eux sans aucun contact, mais en jetant quelques barrières et pétards contre une porte fermée. Une fois le calme revenu, la procession a poursuivi son chemin, pour se terminer à nouveau sur la place Cavour.

D'un cortège de milliers de personnes, il a été décidé de condamner à un total de près de 30 ans de prison, uniquement les militants d'un domaine politique très spécifique qui ont payé le prix pour avoir poursuivi au fil des ans des pratiques de solidarité collective et avoir résolu de nombreux problèmes aux personnes en difficulté, des problèmes au travail aux problèmes à la maison, sans parler de la grande solidarité dans la période des inondations.

La colère du Parti Démocratique pour la défaite des élections de 2014 s'est manifestée, en même temps, dans une période de grande avancée des mouvements fascistes, racistes et xénophobes, des jeunes de plus ou moins 30 ans, toujours engagés dans le social et la recherche d'un monde meilleur pour tous, par la diffusion et l'application pratique des valeurs de solidarité et de justice sociale, sont condamnés à de nombreuses années de prison.

Alors que chaque jour se répètent les enlèvements d'armes des organisations néo-fascistes et les épisodes de violence quotidiens des mouvements d'extrême droite qui passent inaperçus et qui transforment ce pays en barbarie, égoïsme et haine des plus faibles et des plus pauvres, ceux qui cherchent un exutoire dans une société aux valeurs les plus nobles de justice et d'égalité sociale sont réprimés.

Potere al Popolo Livorno

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.