Amitie entre les peuples
Altermondialisme, antiracisme, antisexisme, laïcité.
Abonné·e de Mediapart

237 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 oct. 2019

Amitie entre les peuples
Altermondialisme, antiracisme, antisexisme, laïcité.
Abonné·e de Mediapart

IFOP et signes religieux ostensibles - Monique PLAZA

IFOP, FCPE et signes religieux ostensibles - Monique PLAZA

Amitie entre les peuples
Altermondialisme, antiracisme, antisexisme, laïcité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

IFOP, FCPE et signes religieux ostensibles - Monique PLAZA

cf : Les Français et la polémique sur l’affiche de la FCPE - IFOP
https://www.ifop.com/publication/les-francais-et-la-polemique-sur-laffiche-de-la-fcpe/

Extrait de :

Les citoyens français et le voile des sorties scolaires | Marianne

De la photographie de l’opinion publique fournie par le sondage de l’IFOP réalisé après «l’affaire de la FCPE» [11], il ressort que 66% des Français sont favorables à l’interdiction du port de signes religieux ostensibles aux parents accompagnateurs de sorties scolaires. Les hommes y sont plus favorables que les femmes (70-63), les plus de 35 ans que les moins de 35 ans (68-62), les travailleurs indépendants que les ouvriers (81-65). Au niveau des sensibilités politiques, les moins favorables sont les électeurs EELV (56%), les pourcentages de la France Insoumise et du PS sont comparables (63-60), celui de la REM est plus important que celui du RN (76% versus 71%) et les plus favorables sont les électeurs LR (83%). Les sondeurs n’ont pas traité la variable religion de façon exhaustive, ne mentionnant que les catholiques, les autres religions et les sans religion, ce qui ne permet pas d’évaluer l’opinion majoritaire des musulmans. Les résultats montrent que les catholiques sont autant favorables à l’interdiction que les sans religion, et davantage que les «autres religions» (68-67 versus 55). Le fait que 55% des «autres religions» rejettent la présence de signes religieux chez les parents accompagnateurs scolaires permet de faire l’hypothèse que la majorité des musulmans sont attachés à la « laïcité à la française», ce qui se confirme dans les trois points suivants.

En ce qui concerne la qualification de l’affiche de la FCPE, en effet,

- 69% des personnes jugent qu’elle flatte le communautarisme. Il y a peu de différences entre hommes et femmes, entre moins et plus de 35 ans, et entre électeurs de partis politiques. En ce qui concerne les religions, les catholiques et les sans religion sont plus nombreux à juger que l‘affiche flatte le communautarisme que les «autres religions» (72-68 versus 59).

- 65% des personnes jugent que l’affiche représente une atteinte au principe de laïcité. Il y a peu de différences entre hommes et femmes, moins et plus de 35 ans. En revanche, il y a un écart entre les électeurs de EELV (49%), ceux de la FI et du PS (58-56), ceux de la REM (67), de LR (72) et du RN (80). En ce qui concerne la religion, les catholiques non pratiquants sont plus sensibles à l’atteinte à la laïcité de cette affiche (74%) que les pratiquants (57%), les sans religion (61%) et les autres religions (53%).

- 55% des personnes jugent que l’affiche de la FCPE envoie un message de tolérance et d’inclusion, avec cette fois une différence entre hommes et femmes (48-61), entre moins et plus de 35 ans (67-51), entre sans diplômes et en cours d’études (50-72), et en fonction des sensibilités politiques (EEL 83, PS 69, REM 59, FI 58, RN 37, LR 36). Les catholiques (52%) et les sans religion (55%) y sont moins sensibles que les "autres religions" (71).

Il ressort de ces chiffres que l’école reste, pour une forte majorité de Français, un sanctuaire à protéger des idéologies religieuses et politiques

L'article complet sur

Les citoyens français et le voile des sorties scolaires | Marianne
https://www.marianne.net/debattons/forum/les-citoyens-francais-et-le-voile-des-sorties-scolaires?

XX

NB : Cet extrait de l'article de Monique PLAZA (féministe ex contributrice sur Médiapart) porte sur "une frontière" (autorisé/interdit) pour les porteurs et porteuses de signes religieux ostensibles de toute religion, tant homme que femme, et donc sur une base universaliste . Par ailleurs on comprend aussi, s'agissant d'une frontière, qu'il y a refus de "l'interdit partout". Ce qui n'empêche pas de voir que les problèmes d'une emprise religieuse intransigeante se posent ailleurs, dans les lieux institutionnels représentatifs (locaux ou nationaux : Assemblée nationale, Sénat) ou dans les entreprises privées et qu'il pourrait y avoir (vif) débat sur la frontière. Mais pas d'interdit partout !

Comme dans d'autres domaines : exemple : badges politiques interdits sur soi en entreprises privées et administrations publiques mais pas en espace public, ni en accompagnement de sorties scolaires fort probablement. Les gros badges syndicaux agrafés sur soi sont eux autorisés en entreprises privées et en administrations publiques mais dans certaines circonstances (activité syndicale, grève, etc). Le refus, circonstancié et non absolu, de badges syndicaux ne signifie pas nécessairement haine des syndicalistes ou des syndiqué.e.s. La présence syndicale est signe de démocratie, son effacement de "démocrature", son interdiction de dictature !

Christian DELARUE

Signes religieux ostensibles : interdire plus mais pas partout !

https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/271019/signes-religieux-interdire-plus-mais-pas-partout

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello
Journal — Terrorisme
Tuerie à la préfecture de police : « J’ai eu l’impression qu’il était possédé par le diable »
Mickaël Harpon se considérait comme frappé par une triple peine : handicapé, agent (administratif et non policier) et musulman. À l’issue d’une nuit folle où il s’imagine dialoguer avec Allah, l’informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris va tuer quatre collègues.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Discrimination des femmes : la Défenseure des droits met un carton rouge à l’Olympique lyonnais
Dans une décision dont Mediacités révèle la teneur, l’autorité indépendante, saisie par une ancienne joueuse, reproche à l’OL de ne pas respecter « les principes fondamentaux de non-discrimination fondés sur le sexe » et « la protection de l’intérêt supérieur des jeunes filles mineures ». Tout le football français est concerné.
par Justin Boche (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel