Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

158 Billets

2 Éditions

Billet de blog 8 avr. 2014

Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

République tchèque. Violences inouïes à l'égard des Roms

Dans la ville de České Budějovice (sud de la République tchèque), quand des enfants roms se réveillent effrayés au milieu de la nuit, ce n’est pas par peur de monstres imaginaires.De plus en plus souvent, des foules en colères attaquent leurs habitations et harcèlent les communautés roms dans le pays.

Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans la ville de České Budějovice (sud de la République tchèque), quand des enfants roms se réveillent effrayés au milieu de la nuit, ce n’est pas par peur de monstres imaginaires.

De plus en plus souvent, des foules en colères attaquent leurs habitations et harcèlent les communautés roms dans le pays.

La première manifestation d’hostilité à České Budějovice a eu lieu le 29 juin 2013. Plus de 1 000 membres de groupes d’extrême-droite se sont rassemblés dans le centre-ville et ont défilé jusqu’au quartier de Máj en scandant des insultes contre les Roms qui y vivent.

Ils criaient « porcs noirs » et « attrapons-les » en jetant des grenades incapacitantes et des bouteilles en verre sur leurs habitations et même sur les policiers qui essayaient de les en empêcher. 

« C’était horrible. Nous avions très peur […]. Nous regardions par les fenêtres et ils nous criaient dessus, en nous traitant de “porcs noirs” et en menaçant de nous tuer, a indiqué Michal, un résident rom âgé de 27 ans.   

« Je me suis dit que c’était peut-être comme ça du temps d’Hitler. »

La plupart des résidents roms ont regardé de leurs fenêtres les violentes manifestations sans pouvoir rien faire, complètement terrifiés, en espérant que la foule partirait.

Mais elle n’est pas partie.

Elle est même revenue presque tous les samedis pendant plusieurs semaines après cette fois-là.

 L’une des plus grandes manifestations a eu lieu le 6 juillet. La foule est arrivée alors que des parents jouaient avec leurs enfants sur l’aire de jeux du quartier.

« Ma sœur était à son balcon donnant sur l’aire de jeux et elle s’est mise à crier : “Rentrez vite, les revoilà !” Nous avons pris les enfants et commencé à courir. Ils ne comprenaient pas, ils pleuraient et demandaient ce qui se passait », a raconté Martina, l’une des résidentes.

À nouveau, la foule a scandé des insultes, jeté des pierres sur les habitations et menacé les résidents.

Les manifestations ont fini par cesser en octobre, mais les résidents ont toujours peur car des rumeurs laissent entendre qu’il pourrait y en avoir de nouvelles maintenant que l’hiver est terminé.

Angela, qui est arrivée à Máj de Slovaquie il y a 25 ans, a déclaré que la vie était devenue presque insupportable dans le quartier, les mères et les enfants ayant peur de sortir à cause des manifestations. Selon les résidents, la discrimination s’est accrue depuis ces événements, même de la part des autorités.

« Après la manifestation, j’étais stressée et effrayée. Mes enfants étaient inquiets. Ils m’ont demandé de ne pas aller travailler, mais il est important pour moi d’avoir de l’argent pour ma famille », a-t-elle expliqué.

Après la première manifestation, en juin, certaines mesures ont été prises par la police pour protéger les communautés roms prises pour cible. Cependant, le gouvernement central a mis du temps à condamner sans équivoque les défilés racistes à České Budějovice et ailleurs en République tchèque. 

***

Amnesty International publie aujourd'hui un nouveau rapport intitulé : "Nous réclamons justice. L'Europe doit protéger davantage les Roms contre les violences racistes". Ce document repose sur un travail de recherche mené en République Tchèque, en Grèce et en France.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol