Billet d'humeur : « Ode au communautarisme »

Oui oui vous avez bien lu. J'écris bien "ode au communautarisme". Comment ! me direz-vous ? Ce danger qui menace la France ? Cette chose immonde qui nous guette ?Ce mot est dans la bouche de la majorité de nos politiques depuis les événements tragiques du mois de janvier, et ce avec une connotation totalement péjorative. Il est repris par la presse comme synonyme de communauté. Grave erreur car la signification n'en est absolument pas la même ce qui entraîne aujourd'hui une grande confusion.

Oui oui vous avez bien lu. J'écris bien "ode au communautarisme". Comment ! me direz-vous ? Ce danger qui menace la France ? Cette chose immonde qui nous guette ?

Ce mot est dans la bouche de la majorité de nos politiques depuis les événements tragiques du mois de janvier, et ce avec une connotation totalement péjorative. Il est repris par la presse comme synonyme de communauté. Grave erreur car la signification n'en est absolument pas la même ce qui entraîne aujourd'hui une grande confusion.

C'est quoi donc le communautarisme ? Le communautarisme, avant d'être ce terme dévoyé (encore un) dans la bouche de nos politiciens, signifie tout simplement une communauté qui réclame des droits. Communautarisme vient du latin Communis (même origine que Communisme, oui oui) qui signifie se mettre ensemble afin d'affronter les problèmes. Jusque là rien de péjoratif, pas plus que communiste d'ailleurs (je sens l'attaque du troll qui va survenir en écrivant cela).

La différence majeure entre une communauté et le communautarisme relève de la défense des droits par l'engagement politique.

On va prendre un exemple simple : Facebook. On appelle communauté les gens sur FB, un ensemble de personne qui ont un point commun (être sur FB en l'occurence). Ca fait beaucoup de monde de tous horizons, de toutes nationalités et de toutes cultures. Comment une communauté FB peut se transformer en communautarisme ? Simplement. La Chine bloque l'accès de Facebook. Ceux qui politiquement se réuniront pour avoir un accès FB font donc du communautarisme (ça y est, vous voyez venir mon raisonnement?). Exemple peut-être simpliste mais ô combien parlant. Vous me répondrez liberté d'expression, etc....Non, on est purement dans la défense d'un droit par une communauté.

Maintenant d'où nous vient l'utilisation de ce terme qui finalement n'était pas si usité que ça il y a une dizaine d'années ? Il vient (comme beaucoup de choses) des USA. Et là on touche un point important. Les USA sont un pays à multiples facettes, beaucoup pas très glorieuses, quelques unes intéressantes et dans le rang des choses intéressantes à observer ce sont les communautés.

Les USA ont une histoire et un rapport compliqué avec ses diverses communautés. L'abolition totale de l'esclavage date de 1865, c'est-à-dire il y a pile 150 ans au mois de décembre de cette année. Suite à cela les noirs américains se sont rassemblés en communauté. Par la force des choses. Ces communautés forcées par la ségrégation raciale ont été mises dans des ghettos. Et ces ghettos ont abouti au communautarisme. La minorité noir-africaine s'est rassemblée dans un projet politique afin d'obtenir des droits égaux aux autres citoyens. Une série d'événements tels que le meurtre raciste de l'adolescent Emmet Till et la révolte de Rosa Parks en 1955 refusant de céder sa place à un blanc dans un bus ont été la goutte d'eau de trop, le déclencheur. Ensuite on se rappelle tous de Martin Luther King et son « I have a dream ».

Nous sommes donc en pleine définition de ce qu'est le communautarisme. On peut citer un tas d'exemple. Les droits LGBT, le droit de vote des Femmes, la fin de l'Apartheid. Toutes ces évolutions sociales et sociétales sont dues au communautarisme. Sans lui les choses n'auraient pas avancées. Le communautarisme est un moteur d'égalité car il se crée spontanément là où il y a un manque d'égalité dans les droits. Le communautarisme est le pur produit d'une société inégalitaire.

Dans une société égalitaire nous trouverons toujours des communautés. L'homme par nature se rassemble par affinité(s), qu'elles soient religieuses, culturels, sexuels ou autres. La communauté n'a rien de négatif en soi, nous faisons tous partie d'au moins une communauté sinon plusieurs. 

Une communauté va donc se transformer en communautarisme afin de défendre ses droits s'ils sont bafoués ou inexistants. L'idéal d'une France sans communautés, qui éviterait grâce à leur intégration, un communautarisme est du pur délire. Etre parfaitement intégré et faire partie d'une communauté sont deux choses totalement distinctes et sans rapport aucun. Vous pouvez être français depuis 1000 siècles et faire parti d'une communauté lambda (sexuel, religieuse, facebookienne) et être réfugié sans faire parti d'aucune.

A contrario certains groupes veulent enlever des droits aux autres. On peut citer pour exemple les événements qui ont rassemblés du monde pour empêcher le mariage homosexuel. On ne peut pas parler de communautarisme. Il n'y a aucun projet politique juste la volonté d'entraver l'égalité des droits des autres. Ils ne défendent pas leurs droits. Cela a été aussi vite dissous que construit. Un feu de paille.

En réfléchissant sous un angle différent, on se pose la questions de savoir pourquoi aujourd'hui le terme de communautarisme fait si peur et sans raison réelle? La réponse est simple, pour moi, cette peur est induite par un discours politique malsain mais volontaire car derrière le problème du communautarisme il y a le problème des inégalités. Faire croire donc qu'une communauté va se soulever afin de réclamer des droits différents résulte du pur fantasme et de l'imposture intellectuelle. Si une communauté se soulève c'est pour demander les mêmes droits. La France n'a jamais été influencée de manière forte par aucun communautarisme et c'est rassurant car cela veut dire qu'on a réussi à maintenir une certaine égalité. La peur qui existe de la part des politiques, c'est que les inégalités se creusent dans le futur et que cela provoque un mouvement de masse. Là on aura forcément apparition de ce communautarisme. Avant qu'il n'arrive, on diabolise l'autre. Et pendant que nous avons peur de ce soit disant autre qui voudrait nous imposer je ne sais quoi, on ne traite pas le problème de fond qui pourrait faire naître le soulèvement. Si un jour un véritable communautarisme apparaît, au lieu de le combattre nous devrions en chercher les origines. Nous serions devant une réelle crise républicaine car cela signifierait que la République n'assure plus aucune égalité en matière de droits à ses citoyens.

Certains politiques qui disent lutter contre le communautarisme sont donc des Don Quichotte, qui luttent contre les moulins à vent. Et plus on entretient la peur chez le citoyen, plus on gagne du vote en brassant de l'air. Mais à aucun moment les vraies problématiques ne sont abordées : économie, paupérisation, précarisation de masse, en gros tout ce qui crée l'inégalité.

Nous devons impérativement arrêter de nous tromper de peur et ne pas tomber dans les sirènes alarmantes que nous entendons ici et là. Réhabilitons le mot communautarisme, redonnons lui son sens premier et réapproprions nous le langage, le sens réel des mots pour lutter contre toute manipulation. Même pas peur!

Je vous donne rendez-vous dès le 07 octobre en salle, pour un film qui développe sur 1H42 la création de la peur par le discours politique. Ceci est ma meilleure réponse à une société qui se fragmente.

www.memepaspeur-film. com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.