Billet du week-end : Pourquoi les femmes intelligentes ont-elles peur des hommes cons ?

Ce billet est un billet en réaction aux articles que je n'arrête pas de voir passer intitulés Les hommes ont peur des femmes intelligentesCes articles sont d'un rare sexisme et surtout d'une rare imbécilité. Je m'étonne fortement que mes contacts féminins partagent cela. En effet les tests réalisés par des scientifiques (qui n'ont à priori que ça à foutre avec des budgets de recherche) montrent que les hommes seraient moins enclins à être séduits par une femme ayant des résultats supérieurs de QI aux leurs. 

Ce billet est un billet en réaction aux articles que je n'arrête pas de voir passer intitulés Les hommes ont peur des femmes intelligentes

Ces articles sont d'un rare sexisme et surtout d'une rare imbécilité. Je m'étonne fortement que mes contacts féminins partagent cela. En effet les tests réalisés par des scientifiques (qui n'ont à priori que ça à foutre avec des budgets de recherche) montrent que les hommes seraient moins enclins à être séduits par une femme ayant des résultats supérieurs de QI aux leurs. 

Histoire de bien débuter et comme c'est un billet spécial "week end", je vous propose un moment vintage avec cette grande série qui a marqué toute une génération: Code Lisa. La femme belle et intelligente, création de 2 geeks, à priori le fantasme masculin des années 90.

Code Lisa Generique © Rolly Tyler

Donc pour revenir à ce test (à la con) à aucun moment on ne demande le consentement des ces femmes. On peut aussi supposer que ces femmes ne sont absolument pas séduites par ces hommes (moins intelligents). La femme, aussi intelligente soit-elle, est dans une position d'objet. On ne demande que l'avis masculin. L'homme est-il séduit ou non ?

Alors en tant que femme, j'ai envie de dire à nos charmants scientifiques que je suis rebutée par un homme sans conversation. Mais avant d'en arriver là il y a déjà la rencontre. A ce stade je demande rarement le QI à ces messieurs et ils me demandent rarement le mien. Non la séduction c'est déjà quelque chose de réciproque mais aussi d'animal. Une alchimie qui se fait et qui donne envie de connaître l'autre. 

Mettons nous en conditions de test. Imaginons donc que dans une salle on me dise untel ou untel est intelligent. Déjà j'aimerais qu'on m'explique de quelle intelligence on parle. Etre intelligent ça ne veut rien dire pour moi. Typiquement je suis une littéraire, une passionnée de cinéma. Si je me retrouve avec devant moi un génie des mathématiques je n'ai pas grand chose à partager avec lui sauf éventuellement une attirance purement sexuelle si ce génie des mathématiques me plaît. Mais ça marcherait aussi bien avec un mécanicien auto (qui par ailleurs peut avoir un QI plus élevé que le mathématicien). Je ne vois pas en quoi le QI peut influer sur mon désir.

Donc il y a d'abord le visuel. Le coup de foudre ça existe. On voit un homme il nous plaît au premier regard sans le connaître plus que ça. Pour que ça marche il faut donc que ça soit réciproque. C'est le b.a.-ba sinon ça s'appelle du viol. Ensuite vient la discussion et c'est là que les choses se font. Il ne suffit pas d'être séduit ou pas. Il faut aussi s'entendre et se comprendre. Toute la difficulté de la relation humaine réside en ça. On arrive à ce qu'on appelle le référentiel commun. C'est le deuxième pas après le désir. On partage des éléments de compréhension communs qui nous permettent de faire connaissance. Si la personne en question est xénophobe, vaniteuse ou sans valeurs partagés, ça s'arrête là. Je me verrais mal entamer une quelconque relation avec un chasseur antisémite même si il a le plus gros QI de tout les temps. Car un gros QI ne préserve pas de la connerie. Des hommes intelligents il y en a. Cela ne les exempts pas d'être idiot. Les hautains, les prétentieux, les narcissiques, les je m'aime m'écouter parler et puis les faux intelligents, ceux qui te tartine une tonne en ne te débitant que des âneries et qui sont persuadés d'êtres des Einstein. Déjà tous ceux là, et quelque soit leur QI, tu n'as qu'une envie c'est de leur dire, écoute tu vois là j'ai un train à prendre. 

Edith Piaf and Theo Sarapo - A quoi ça sert l'amour? © margarethsim

Une fois toutes ces étapes passées vient la vie, la vraie. Là tu rentres dans l'acceptation de l'autre (ou pas). Tu découvres ses défauts et vice-versa. Il y a aussi une question de timing. Tu peux rencontrer quelqu'un soit trop tôt soit trop tard, les désirs ne convergent pas forcément sur la durée et puis il y a surtout sa propre capacité à faire des compromis, à vouloir avancer à deux, à respecter l'altérité de l'autre, ne pas le suffoquer, s'aimer soi-même suffisamment pour pouvoir aimer et ainsi de suite.

Tout ça n'a aucun rapport avec le QI. Les paramètres sont complexes et il n'y a aucune clef à la réussite. Et puis même si ça marche il faut savoir entretenir l'amour, ne pas sombrer dans la routine, accepter que l'autre évolue, évoluer soi-même et puis toujours tout remettre en question car les acquis ça n'existe pas (même les sociaux la preuve on est train de les perdre) et pour tout ça il faut être deux à chaque fois. La seule intelligence qu'on peut avoir au sein d'un couple est celle-ci et elle est de l'ordre de l'intelligence commune et non individuelle. 

Pour revenir donc au fameux test en lui même, il ne sert strictement à rien à part encore une fois à générer des complexes aux femmes et voire même d'inhiber les hommes. De manière intrinsèque il suggère aux femmes de se taire et de se faire belle. En période de chômage et de forte crise on sous-entend que pour être une femme heureuse ça ne sert à rien d'avoir des diplômes. On retrouve ce goût pourri d'american way of life des années 50. La femme se doit d'être séduite par l'homme et puis tant pis on ne vous demande pas si il vous plait ou pas. Soyez heureuse si vous êtes intelligentes qu'on s'intéresse à vous.

Et puis ce test on pourrait le reproduire à l'infini. Il suffit de changer le mot « intelligent » par brune, petite, grosse ou noire. D'un coup ça choquerait tout le monde. Imaginez donc le Point titrer Les hommes n'aiment pas les femmes noires, grosses ou brunes? . Là bizarrement ça ne choque personne avec le mot intelligent. Et si vous êtes brunes iriez-vous vous teindre en blonde à cause de ça ? (histoire de faire cliché un peu de Lio)

LIO - LES BRUNES COMPTENT PAS POUR DES PRUNES (clip officiel) © MASQ Music

Des hommes il y en a autant que des femmes, avec autant de différences que la planète compte de diversité. Il y a aussi des hommes qui aiment les hommes, des femmes qui aiment les femmes et puis ceux qui aiment tout le monde. Il y a des bruns, des blonds, des chauves, des petits, des grands, des cons à gros QI et des intelligents qui ne sont pas surdoués. Il y a des hommes qui partagent un bout de route, qu'on croise, qu'on recroise, qui nous font avancer et puis il y a toujours l'amour celui qui nous tombe dessus sans qu'on y fasse gaffe car dans la vie il y a un paramètre essentiel : apprendre à ne pas tout contrôler, à ne pas tout cadrer, à ne pas tout prévoir car au final il se passe toujours le contraire de ce qu'on attend.

Alors Mesdames ou Messieurs quelle que soit votre intelligence, la réelle ou celle que vous pensez avoir, une seule chose est sûre : vivez et arrêtez de vous poser autant de questions, la nature est ainsi faite qu'elle prend toujours le dessus, la véritable intelligence est là, et heureusement pour nous.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.