Anacharsis
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 févr. 2018

Le "Gazouillis des éléphants", une incitation à l’insurrection poétique.

Plus de cinquante ans après la publication du livre du photographe Gilles Erhmann, "Les inspirés et leurs demeures", qui fit découvrir des "environnements" populaires de poésie sauvage dont le plus connu est le Palais idéal du facteur Cheval, les éditions du Sandre font paraître un livre événement, "Le Gazouillis des éléphants" qui se propose d'en faire l'inventaire le plus abouti à ce jour.

Anacharsis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Plus de cinquante ans après la publication du livre du photographe Gilles Erhmann, Les inspirés et leurs demeures, livre pionnier (publié en 1962 et préfacé par André Breton) qui fit découvrir  l’existence d’un art d’autodidacte non réductible au Palais idéal du facteur Cheval ou aux travaux graphiques asilaires auxquels s’était intéressé Jean Dubuffet pour conceptualiser sa notion d’art brut, paraît aux éditions du Sandre un livre événement intitulé Le Gazouillis des éléphants, qui dans sa forme démesurée (plus de 1000 pages illustrées) et son intitulé, s’accorde parfaitement à l’énormité de son objet tel qu‘énoncé en sous-titre sur la couverture : tenter d’inventorier les environnements spontanés et chimériques créés en France par des autodidactes populaires, bruts, naïfs, excentriques, loufoques, brindezingues, ou tout simplement inventifs, passés présents et en devenir, en plein air ou sous terre (quelquefois en intérieur), pour le plaisir de leurs auteurs et de quelques amateurs de passage.

Son auteur, Bruno Montpied, n’est pas un inconnu dans le milieu des amateurs d’art singulier et brut. Lui-même chercheur autodidacte, il s’attache depuis une trentaine d’années à faire connaître par le biais d’articles et de publications, l’inventivité et la diversité de cette forme singulière de poésie populaire érigée en plein champ. Il est également l'auteur d'un blog dédié à l'art brut, naïf ou "spontané" intitulé Le poignard subtil:

http://lepoignardsubtil.hautetfort.com

Outre la prise en compte historique de l’approche de son auteur qui fait remonter l’histoire de ces environnements au XVIème siècle, l’originalité de sa démarche, contrairement à d’autres ouvrages qui traitent de ce type de créations, consiste à inscrire son travail dans une dimension sociale qui sans être formellement politique dans le sens où il n’y a pas ici de message revendiqué de cette nature, n’en souligne pas moins l’aspect subversif par les transgressions dont ces créations sont de fait les véhicules. Ces Inspirés du bord des routes, (selon cette belle expression reprise du titre du livre de Jacques Verroust et Jacques Lacarrière), remettent en effet selon Montpied, involontairement en cause la hiérarchie de ceux qui ont droit ou non à pratiquer l’art dans ce pays. Ils s’adonnent à la libre expression de leurs chimères, de leur fantaisie et de leurs désirs sous la forme la plus personnelle et la plus immédiate, avec inventivité et sans demander la moindre autorisation à quiconque, bricolant leurs langages dans le secret de leur laboratoire intime.

Gageons que les surréalistes et autres poètes se revendiquant du Merveilleux n’auraient pas désavoué un tel postulat. Les "sites" d’art populaire ingénu, plus ou moins émancipé de toute référence religieuse avaient en effet retenu leur attention depuis longtemps. Dès les années 30 le film de Brunius intitulé Violon d’Ingres ou les photographies de Denise Bellon faisaient par exemple déjà état de ce type de créations. Mais il semble que l’immédiate après seconde guerre mondiale a été un moment d’explosion de la créativité populaire qui se libérait de manière plus décisive encore des carcans religieux et de la tradition. Le livre de Bruno Montpied dresse ainsi une typologie très intéressante des sujets d’inspiration qui émergent alors dans l’imaginaire collectif des milieux populaires. Ces sujets sont liés au développement d’une culture télévisuelle et consumériste où les objets d’adoration représentés se rapportent, sur un mode quelquefois ironique, à l’actualité politique, sportive ou culturelle du moment. Si des scènes bibliques ou mythologiques peuvent certes, encore être souvent mises en scène sous forme de statues ou de bas-reliefs (Adam et Eve, des sirènes ou quelques autres chimères), ce sont également des hommes politiques, des champions sportifs ou des vedettes de variété qui viennent désormais prendre la place des divinités précédentes. Mais les sujets de vénération sont multiples. Dans cet inventaire qui recense plus de 300 sites classés géographiquement région par région, Montpied note en effet par ailleurs la récurrence de certains sujets de prédilection comme les bestiaires de manière générale et les éléphants en particulier qui semblent toujours émerveiller l’imaginaire populaire. On comprend mieux alors le sens de ces gazouillis des éléphants choisis en titre du livre : il peut arriver en effet qu’envouté par la découverte des univers enchanteurs qu’il nous propose, on croit entendre au loin, comme dans un murmure, le chant mélodieux du merveilleux qui sommeille en chacun de nous. Le livre de Bruno Montpied est ainsi autant une invitation au voyage et à la rêverie qu'une incitation à l’insurrection poétique.

Le Gazouillis des éléphants, Bruno Montpied, Editions du Sandre, 2017.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Fil d'actualités
Au Texas, au moins 21 morts dont 19 enfants dans une tuerie : Biden appelle à « affronter le lobby des armes »
Le président américain Joe Biden, visiblement marqué, a appelé mardi à « affronter le lobby des armes » pour prendre des mesures de régulation, alors que l’Amérique vient de replonger dans le cauchemar récurrent des fusillades dans des écoles.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflète, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours