V'la Choléra qu'arrive !

Paraît qu’on attend l’choléra, La chose est positive. On n’sait pas quand il arriv’ra, Mais on sait qu’il arrive....

Stello V'là le choléra qu'arrive Aristide Bruant Polydor 524 049 © 78-45-33 TOURS

 

V'là le choléra qu'arrive

 

Paraît qu’on attend l’choléra,

La chose est positive.

On n’sait pas quand il arriv’ra,

Mais on sait qu’il arrive.

 

V’là l’choléra ! V’là l’choléra !

V’là l’choléra qu’arrive !

De l’une à l’autre rive

Tout le monde en crèv’ra !

V’là l’choléra ! V’là l’choléra !

V’là l’choléra qu’arrive !

De l’une à l’autre rive

Tout le monde en crèv’ra

 

Les pharmaciens vont, répétant :

Il vient !… la chose est sûre ;

Ach’tez-nous du désinfectant…

Du sulfat’, du chlorure.

 

V’là l’choléra ! V’là l’choléra !

V’là l’choléra qu’arrive !

De l’une à l’autre rive

Tout le monde en crèv’ra !

V’là l’choléra ! V’là l’choléra !

V’là l’choléra qu’arrive !

De l’une à l’autre rive

Tout le monde en crèv’ra !

 

Les sacristains et les abbés

Répètent des cantiques

Pour attirer les machabé’s

Dans leurs sacré’s boutiques.

 

V’là l’choléra ! V’là l’choléra !

V’là l’choléra qu’arrive !

De l’une à l’autre rive

Tout le monde en crèv’ra !

V’là l’choléra ! V’là l’choléra

V’là l’choléra qu’arrive !

De l’une à l’autre rive

Tout le monde en crèv’ra !

 

On rassemble des capitaux

Pour fabriquer des bières.

On vendra des cercueils, en gros,

À la port’ des cim’tières.

 

V’là l’choléra ! V’là l’choléra !

V’là l’choléra qu’arrive !

De l’une à l’autre rive

Tout le monde en crèv’ra !

V’là l’choléra ! V’là l’choléra !

V’là l’choléra qu’arrive !

De l’une à l’autre rive

Tout le monde en crèv’ra !

 

Tous les matins, avant midi,

Dans une immense fosse,

On apport’ra les refroidis

Qu’on empil’ra par grosse.

 

V’là l’choléra ! V’là l’choléra !

V’là l’choléra qu’arrive !

De l’une à l’autre rive

Tout le monde en crèv’ra !

V’là l’choléra ! V’là l’choléra !

V’là l’choléra qu’arrive !

De l’une à l’autre rive

Tout le monde en crèv’ra !

 

L’bon Dieu, du haut du Sacré-Cœur,

Chante, avec tout’ sa clique,

Et les cagots reprenn’nt en chœur :

Crève la République !!!

  

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.