Anacharsis
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 janv. 2015

Les enfants perdus du nihilisme marchand

Anacharsis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au delà de l'émotion légitime suscitée par l'horreur des attentats de la semaine dernière, il convient quand même de se poser quelques questions sur les raisons d'un tel déferlement de violence froide. La justification théologique de l'exécution d'un fatwa ne saurait en effet suffire à l'expliquer, d'autant que le troisième larron s'est lui attaqué à une policière municipale et à des clients supposés juifs d'un magasin cacher. Diverses explications sur divers supports ont commencé à être esquissées par les uns et par les autres. Sans vouloir être exhaustif à leurs propos, j'ai lu ou entendu que certains voulaient y voir des raisons économiques ou sociales liées aux problèmes d'intégration des populations d'origine immigrées. D'autres mettent en avant les discriminations réelles dont celles-ci sont victimes. D'autres encore soulignent des raisons culturelles ou religieuses liées à l'Islam dont certains dogmes ou interprétations peuvent prêter le flanc à des lectures morbides. D'autres enfin font état de considérations historiques et politiques relatives au passé (et au présent) colonialiste de la France dont les gouvernants depuis cinquante ans s'obstinent à ne pas vouloir prendre la mesure. Aucune de ces argumentations séparées ou même mises en commun, pour pertinentes qu'elles puissent être sans doute en partie, ne sauraient cependant expliquer les raisons d'un tel passage à l'acte.

Après la sidération liée au symbole de la première fusillade (comme en Algérie il n'y a pas si longtemps, à travers l'assassinat de journalistes et de caricaturistes, c'est la notion même de liberté qui est visée) et plus encore après l'équipée solitaire de Coulibaly, j'ai été frappé par l'étrange ressemblance entre la violence aveugle de ces attentats, leurs modes opératoires, et les massacres collectifs dont on entend régulièrement parler aux États- Unis. Il semble qu'ici comme là-bas les tueurs aient eu une fascination pour les armes, les tenues et tous les colifichets militaires. Ici comme là-bas ils ont fait preuve d'une froideur, d'une maîtrise d'eux même et d'un mépris pour la mort (même pour la leur) qui fait littéralement froid dans le dos. Comme si dans tous les cas ces anges de la mort étaient déjà morts au monde dans lequel ils évoluaient. Pourtant assez étrangement cette similitude n'a pas été soulignée, sidérés que nous étions par la force des symboles (la liberté et l'Islam). Car au-delà des justifications religieuses ou politiques (qui n'en sont évidemment pas), il faut bien finir par se demander comment la société dans laquelle nous vivons et dans laquelle ils sont nés, dans laquelle ils ont grandi et ont été éduqués, a pu produire de tels monstres.

Nous touchons là au plus délicat car cela met en cause les valeurs, leurs distorsions ou leur absence propres à la modernité marchande. Force est de constater que depuis que nous sommes entrés dans la dernière phase de l'histoire du capitalisme (autrement appelée ultra libéralisme) dans les années 80, nous assistons un peu partout (quoiqu'à un rythme différent selon les pays) à un délitement complet délibéré et organisé des structures sociales qui permettaient auparavant aux hommes et aux femmes de se sentir une appartenance commune au-delà de leurs différences sociales ou ethniques. Conformément aux nécessités consuméristes qui consistent à cibler le client, et à un management qui isole et sépare les salariés pour briser les solidarités naturelles, nous sommes condamnés à des logiques identitaires, communautaires ou affinitaires qui nous rendent sourds et étrangers à nous mêmes. La violence sociale et quotidienne s'est répandue aussi rapidement que la démocratisation du marché des drogues, les mafias gouvernent, le cynisme est roi, l'atomisation sociale règne en maître, seule reste à partager ou à choisir l'adoration du veau d'or dans ses différentes variantes : l'argent ou Dieu (les religions comme fausse conscience critique) à moins que ce ne soit les deux ensemble unis dans une même détestation de la liberté. Les pauvres fous qui ont semé la mort sont ainsi les enfants perdus d'une humanité qui ne se reconnaît plus elle-même. Ils sont coupables de ces crimes, bien sûr, mais comme le sont également tous les idéologues du nihilisme marchand qui jouent aujourd'hui les pleureuses.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre