Lecture-rencontre avec Tassos Kourakis, poète et ministre grec, à Paris le 5 juin 2015

Chers tous,

vous êtes les bienvenu-e-s, vendredi 5 juin 19h à la Maison de la Grèce à Paris ( 9, rue Mesnil, 16e, mo Victor Hugo), pour la lecture-rencontre-débat avec Tassos Kourakis, poète et ministre, délégué au ministère hellénique de la culture, de l'éducation et des cultes. C'est avec une immense joie que j'ai traduit, avec l'aide précieuse du poète Michel Cassir, les poèmes de Tassos Kourakis qui vont paraître chez L'Harmattan -collection Levée d'ancre, la semaine prochaine !  Titre du recueil : "Le printemps est reporté jusqu'à nouvel ordre ".  (Το έαρ αναβάλλεται μέχρι νεωτέρας). Merci àTassos Kourakis pour sa confiance et pour sa présence et merci aux participent-e-s à la soirée, à savoir, M'hamed Kaki, président de l'association Les Oranges, Clémentine Autain, directrice de la revue Regards, Michel Cassir, directeur de la collection Levée d'ancre chez l'Harmattan ainsi que Joanne Furlan, comédienne.

Extraits du recueil de Tassos Kourakis

« Le printemps est reporté jusqu’à nouvel ordre »

à paraître fin mai 2015 chez Levée d’ancre-L’Harmattan,

traduit du grec par Anastassia Politi avec Michel Cassir.

 

Etat de guerre

 

Mais qui dit que la guerre est finie ?

Parce que vous ne voyez pas ceux qui sont morts, car on ne vous a appris à les reconnaître que par leurs tenues militaires souillées de sang ?

Or, ne sont-ils pas victimes de guerre ces chômeurs en rang dans les tranchées au petit matin à la recherche d’un emploi qu’ils ne trouvent pas ?

Ne sont-elles pas en tenue militaire ces loques humaines qui errent dans les rues à la recherche d'un morceau de pain ?

N’est-elle pas de sang la lettre de licenciement ?

Les bombardiers ne volent plus dans le ciel, ils ne jettent plus de bombes avec fracas et explosions. Les nouvelles armes sont les bourses financières, les lois qui apportent la misère, l'armée de réserve des chômeurs.

Les fours crématoires à Auschwitz ne sont pas éteints. Ils se remplissent tous les jours avec les rêves d’enfants et leurs espoirs devenus cendres dégageant une horrible odeur de chair humaine carbonisée. Leur système sent la chair humaine brûlée.

Qui vous a dit que la guerre est terminée ?

Parce que la télévision n’en parle pas ? Et parce que vous ne  lisez pas les journaux ? Ouvrez donc le quotidien à la page des petites annonces et vous lirez le communiqué militaire annonçant les pertes sur le front de guerre de la vie. Renseignez-vous encore sur le suicide des désespérées.

Renseignez-vous sur les immigrés et les réfugiés empilés dans les camps de concentration modernes. Apprenez à reconnaître les collabos d’aujourd’hui qui ont pactisé avec ceux qui détiennent les produits financiers et armes  pour spéculer et violer le corps du pays et de ses habitants.

Souvenez-vous enfin de la Résistance et rejoignez ceux qui refusent les rôles assignés car ils préparent leur riposte pour défendre

la vie. Aucune guerre n’est terminée. Nous sommes en état de guerre ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.