Refuser le jeu

La décision de François Hollande, tout à fait unique dans l’Histoire de la 5ème République, ne peut sérieusement se résumer à un simple problème de personnes. Elle met au grand jour la crise de régime, la nécessité de refonder la démocratie.

 L’appel à remplacer la présidentielle par l’élection d’une Constituante (https://www.change.org/p/citoyennes-et-citoyens-de-france-présidentielle-non-constituante-oui) affirme la rupture nécessaire avec le système.

Si on regarde avec distance les évènements depuis plusieurs décennies, force est de constater que la fonction présidentielle s’est dégradée de façon permanente et pas seulement du fait de la qualité des acteurs. En fait, elle n’est plus capable de répondre aux défis auxquels le pays est confronté. Y-a-t-il d’ailleurs encore un intérêt national dans le cadre d’une Union Européenne fort peu concernée par la volonté des peuples des Etats-membres ?

Aujourd’hui, le pays a besoin de son propre peuple, de son action et non de sa passivité ou de son embrigadement. Ce n’est donc pas un hasard si le thème de la souveraineté populaire, si les appels à la reconstruction de la démocratie ont pris plus d’importance à chaque échéance.

Doit-on une nouvelle fois s’épuiser à chercher un hypothétique candidat miracle qui transformerait à lui seul la nature antidémocratique de la présidentielle ? Doit-on participer à des primaires censées révéler cette personne extraordinaire ? Va-t-on, au contraire, admettre enfin que la présidentielle n’est pas la solution, mais le problème ?

François Hollande a admis que sa personne n’était plus sur l’échiquier. Mais le jeu est toujours la même, dramatiquement inadapté aux enjeux auxquels la France doit faire face. Au-delà des choix électoraux des uns et des autres, l’Association pour une Constituante refuse de s’inscrire dans une compétition hors du temps et qui dévoie l’énergie des citoyens : elle entend n’utiliser le moment de la présidentielle que comme une caisse de résonnance pour reconstruire autrement la vie politique.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.