André Bellon
Président de l'Association pour une Constituante, www.pouruneconstituante.fr
Abonné·e de Mediapart

234 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 juin 2019

Que dire du vote du 26 mai 2019 ?

A écouter les commentaires, la seule question qui vaille, est « qui a gagné ? ».

André Bellon
Président de l'Association pour une Constituante, www.pouruneconstituante.fr
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Marine Le Pen se présente comme vainqueur, ce qui n’est pas illogique vu qu’elle est en tête. Les thuriféraires d’Emmanuel Macron considèrent que c’est leur idole, arguant du fait que l’écart avec Marine Le Pen est très faible et que, surtout, les principaux concurrents d’Emmanuel Macron ont disparu du champ politique. Mais une question n’est jamais posée, une question essentielle : le vainqueur a gagné quoi ? Car enfin, il va régner sur un champ de ruines.

Marine Le Pen, dans ce contexte, se situe en embuscade d’Emmanuel Macron, attendant que celui-ci trébuche du fait des crises ou de ses erreurs. Elle représente une option fermée autoritaire.

Emmanuel Macron de son côté, appelle à toujours plus d’Europe considérant, sans qu’aucune contestation soit possible d’ailleurs, que plus d’Europe signifie plus de paix et plus de bonheur. Un bonheur autoritaire en quelque sorte !

Le monde, il est vrai, est confronté à des défis considérables : défis économiques, sociaux, géopolitiques, climatiques. Cela étant, la question reste : qui va régler ces problèmes ? Qui va y faire face ? Et là encore, de ce point de vue, une question tout à fait fondamentale est oubliée : nous sommes dans une crise philosophique majeure.

L’humanisme qui a rythmé la philosophie depuis des décennies, voire des siècles, est dans une crise profonde ; il est attaqué de toutes parts. La confiance en l’humanité, qui est à la base de l’humanisme, est contestée par nombre de responsables, de commentateurs, de philosophes qui ont plutôt une défiance vis-à-vis de l’humanité, au nom d’analyses plus ou moins fumeuses et qui, apparemment, ne se situent pas eux-mêmes dans l’Humanité. Le suffrage universel est attaqué par certains qui se verraient bien en guides des citoyens. La déclaration des droits de l’homme et du citoyen, la déclaration universelle des droits de l’homme qui servent de fondement à notre système juridique, sont insidieusement attaqués par des comités plus ou moins discrets qui tendent à émietter l’individu. La charte européenne des droits fondamentaux elle-même participe de cet émiettement et, beaucoup plus extraordinaire, dans son préambule, met sur le même plan les droits des capitaux et les droits des êtres humains.

Dans le cadre de cette régression philosophique, peut-on penser que nous allons vers autre chose que des régimes autoritaires ? La défiance vis-à-vis de l’humain ne peut mener qu’à cela.

Lorsque nous avons fondé l’Association pour une Constituante, il y a de cela un peu plus de dix ans, nous avons toujours dit que, certes, il faut poser la question des institutions, mais que le cheminement vers cet objectif était autant, sinon plus important, que l’aboutissement. Ce cheminement, c’est la recréation du citoyen libre et responsable, c’est la reconstitution du peuple en tant que corps politique constitué souverain. Et cette logique nous donne le droit de répéter ce que j’ai déjà dit à maintes reprises, que l’alternative devant laquelle nous sommes est inévitablement : autoritarisme ou constituante.

De ce point de vue, le vote du 26 mai 2019 est une défaite.

Voir aussi https://www.pouruneconstituante.fr/spip.php?article1642

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un complot a été monté par la droite toulousaine pour torpiller une candidate LREM
Manipulation du fisc, de la justice et des médias : une enquête judiciaire lève le voile sur le piège tendu à une candidate LREM à Toulouse. Des SMS consultés par Mediapart accablent la patronne de la fédération LR, Laurence Arribagé, un cadre du fisc et un magistrat.
par Antton Rouget
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint
Journal — France
IVG : les députés adoptent l’extension du délai, le gouvernement tergiverse
Dans une assemblée nationale clivée, la proposition de loi « visant à renforcer le droit à l’avortement » a été votée en deuxième lecture à l’Assemblée, mardi soir. Seulement, son adoption définitive reste incertaine dans cette mandature, faute de volonté du gouvernement.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Les partis politiques : détestés mais incontournables
Mal-aimés, les partis restent des rouages irremplaçables de la démocratie représentative. L’élection de 2022 illustre leur réduction à des plateformes logistiques et financières. C’est à gauche, où ils furent « l’arme des faibles », que l’impératif de réinvention apparaît le plus crucial.  
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/11)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl