André Bellon
Président de l'Association pour une Constituante, www.pouruneconstituante.fr
Abonné·e de Mediapart

235 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 févr. 2020

Science sans critique, le déclin

Il y a presque deux siècles, une « science » voyait le jour dans l’enthousiasme du milieu universitaire : la phrénologie. Celle-ci cherchait à trouver une association statistique entre la forme de la boite crânienne et les mœurs, en particulier lorsque ces dernières sont douteuses. Un de ses apôtres, Cesare Lambroso, développa même l’idée du criminel-né, reconnaissable par son crâne.

André Bellon
Président de l'Association pour une Constituante, www.pouruneconstituante.fr
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis plus d'un siècle cette discipline est qualifiée de pseudoscience, c'est à dire qu'elle est présentée sous des apparences scientifiques, mais n'en a ni la démarche, ni la reconnaissance. En fait, son succès temporaire fut autrefois lié à son utilisation de la systématique, méthode permettant de classer les choses et les personnes, sur la base de principes logiques. Il ne reste, pour sa popularité contemporaine, qu'un album de Lucky Luke, "Les collines noires" où se manifestent plusieurs spécialistes, plus ou mons crétins, de la phrénologie.

Si cette pseudoscience fait maintenant sourire par son simplisme, ce n'est pas pour autant que la méthode qui la soutenait a disparu.

On pourrait même dire que l'enthousiasme si répandu aujourd'hui vis-à-vis de l'"intersectionnalité" n'en est que le nouvel avatar.

En effet, on y retrouve la même obsession à classifier, dans des catégories de plus en plus fines, mais se référant à des critères immuables, certains négatifs-nés (blanc, raciste, masculin), certains positifs-nés (décolonial, racisé, concerné,...).

Autre caractéristique commune, la volonté d'affirmer un déterminisme moral originel, de faire entrer les faits dans les catégories préfixées. Il ne s'agit plus du criminel-né, mais de l'oppresseur-né. Une fois la catégorie créée, point n'est besoin de prouver, il suffit d'asséner et surtout de le faire en évoquant pèle mêle les catégories clefs. Ainsi, un groupe féministe publie-t-il dans les inrockuptibles que"l'hétérosexualité a avant tout une utilité économique,  alors elle va forcément s'insérer dans l'économie capitaliste qui est une économie racialisée et coloniale...le construction de l'hétérosexualité comme mode d'organisation de la vie désirable est infusée par la blanchité".

De telles théories fumeuses sont d'autant plus dangereuses qu'elles flattent des réflexes identitaires dans ce qu'ils ont de plus primitifs. C'est la fin du libre arbitre, les individus sont et restent dans des boites.

A ceux qui s'étonneront que l'université soit le vecteur de ces pseudosciences; on rappelera l'article d'Alain Sokal dans la revue "social texte" en 1996; dans son texte, Sokal proposait d'enrichir "l'enseignement de la science et des mathématiques (...) par l'incorporation des aperçus dus aux critiques féministes, homosexuelles, multiculturelles et écologiques". Ce texte aussi absurde que les scientifiques de Lucky Luke fut publié dans cette revue sérieuse sans un battement de cil. C'était le but de son auteur que de dénoncer la pesanteur idéologique.

On pouvait, après cela, s'attendre à plus de sérieux dans l'Université.

Et pourtant, plus de 20 ans plus tard, un canular du même ordre vient de mettre en lumière la vacuité des thèses « intersectionnelles ». Anna Breteau, dans lepoint.fr, révèle comment une thèse purement idéologique, mais surtout profondément antiscientifique dans sa méthode, a réussi non seulement à passer les barrages, mais à obtenir une des meilleures notes possibles. Le thème ainsi salué était « et si l'antisémitisme de Dieudonné n'était qu'une forme de résistance à la domination blanche dans la sphère publique ? » Commentaire du correcteur : « C'était bien, votre devoir, je vous ai mis une très bonne note. »

Lors des VII° rencontres Science et Humanisme, à Ajaccio en 2013, Jean-Marc Lévy-Leblond, physicien et philosophe reconnu, intervenant sur la nécessité du retour à la dispute universitaire, demandait qu'on prenne pour sujet d’enseignement une science qui s'est révélée fausse après des années de gloire -il citait la phrénologie- et qu'on amène les étudiants à développer ainsi leur sens critique. C'est ce qu'il appelle la pédagogie du refus.

Et si on prenait aujourd’hui, comme sujet de cette pédagogie du refus, la thèse de l’intersectionnalité ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik