André Bellon
Président de l'Association pour une Constituante, www.pouruneconstituante.fr
Abonné·e de Mediapart

235 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2020

Attali suite, mais pas fin

Attali a l’art de se rappeler à notre bon souvenir. A chaque fois qu’on voudrait l’oublier, il trouve le moyen de sortir une énormité. Et il faut dire que la dernière n’est pas la moindre, … enfin, sera-ce vraiment la dernière ?

André Bellon
Président de l'Association pour une Constituante, www.pouruneconstituante.fr
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Toujours obsédé par sa vision transcendantale d’un gouvernement mondial dont il continue de se voir un des piliers, il nous assénait sans sourciller, dans sa rubrique de L’Express du 3 mai 2009, que la pandémie de H1N1 devrait aider à atteindre son objectif. En effet, disait-il, l’expérience aidant, on devrait, lors de la suivante, « mettre en place une police mondiale, un stockage mondial et donc une fiscalité mondiale. On en viendrait alors, beaucoup plus vite que ne l’aurait permis la seule raison économique, à mettre en place les bases d’un véritable gouvernement mondial ». La question de la légitimité d’un tel gloubiboulga, de son rapport à l’humain, de la démocratie, ne l’interpelle pas du tout. Ce qui compte, c’est qu’il entre dans les critères qu’il assène depuis des années dans des médias complaisants.

Comme nous l’avons déjà dit, l’actuelle crise sanitaire montre surtout à quel point l’oubli, et même le déni, de l’intérêt général en France comme ailleurs, a conduit à délaisser les services sanitaires, à détruire les hôpitaux publics. La crise actuelle contraint, au contraire, à retrouver l’intérêt national et le sens de l’Etat. Que, par ailleurs, elle conduise à réaffirmer la philosophie internationaliste, celle de Jean Jaurès, est vrai et positif. Mais c’est là l’opposé du mondialisme d’Attali. Car toutes les crises successives, économiques, géopolitiques et maintenant sanitaires, nous ramènent à l’intérêt général dans chacun de nos pays. L’internationalisme est la solidarité des nations, le mondialisme est la domination d’une élite auto-proclamée.

Extraordinaire, pour justifier sa théorie brouillonne, Attali nous fournit une lecture ahurissante de l’Histoire. « L’Histoire nous apprend, nous dit-il, que l’humanité n’évolue significativement que lorsqu’elle a vraiment peur ». Ainsi, toutes les grandes évolutions philosophiques, en particulier la Renaissance, la philosophie des Lumières, ne seraient que le résultat de grandes peurs. Pas celle de l’espoir ou de la volonté d’améliorer son destin. Quand on veut justifier un discours, on peut raconter n’importe quoi. « C’est d’ailleurs par l’hôpital qu’a commencé en France, au XVIIe siècle, la mise en place d’un véritable Etat », ajoute-t-il pour justifier son assertion. Tous ceux qui ont travaillé sur la naissance de l’Etat au travers d’Hugues Capet ou de Philippe le Bel doivent se tordre de rire.

Il faut vraiment être un idéologue pour tenter de profiter des malheurs du monde pour valoriser ses obsessions.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan