Le sens d’un acte héroïque

La mort du Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame est évidemment héroïque comme l’ont souligné tant de commentaires. Elle est sans doute plus que cela.

Le geste de cet officier manifeste un sens de la responsabilité dont la France avait perdu l’image. Après les centaines de morts dans les attentats depuis 2015, est-ce le signe qu’enfin émerge l’idée républicaine de l’intérêt général devant la menace ? Jusqu’alors, aucune démission, aucune sanction, n’avaient suivi les drames. Certes, les déclarations émues, les larmes officielles, ont rythmé les évènements. Rien de plus normal. Mais si les responsables ont « géré » la situation, personne, ni Président, ni ministre, n’en a été à la hauteur devant la nation. Et voilà un homme qui pouvait simplement participer à l’assaut final qui, tels les héros d’Alexandre Dumas, décide d’assumer à lui seul la situation et le paie de sa vie.

En s’incarnant dans un homme qui en assume les principes jusqu’à l’extrême, la République retrouve le sens de sa valeur collective.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.