André Gunthert
Enseignant-chercheur, EHESS
Abonné·e de Mediapart

45 Billets

2 Éditions

Billet de blog 16 sept. 2012

Souvenons-nous du monde avant internet

Mon beau-père, allemand, m'a envoyé récemment un courrier pour me signaler l'exposition à Mannheim du plus ancien essai photographique conservé, le fameux "point de vue du Gras" de Niépce, montré pour la première fois en Europe depuis soixante-dix ans.

André Gunthert
Enseignant-chercheur, EHESS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mon beau-père, allemand, m'a envoyé récemment un courrier pour me signaler l'exposition à Mannheim du plus ancien essai photographique conservé, le fameux "point de vue du Gras" de Niépce, montré pour la première fois en Europe depuis soixante-dix ans.

Avec sa carte d'accompagnement et sa coupure de presse, cet envoi a la forme classique d'un signalement du XXe siècle (voir ci-dessus). L'effort mobilisé le réservait aux nouvelles d'importance. Je ne recevais que quelques envois semblables par an.

Les interfaces numériques et la mise en ligne des contenus ont permis de réduire à quelques clics cette opération, devenue la brique élémentaire de l'échange social. Si je tente d'évaluer le nombre de signalements dont je prends effectivement connaissance par le biais des réseaux sociaux, l'ordre de grandeur de la multiplication est largement supérieur à 1000.

Une comparaison terme à terme est évidemment impossible, car les outils de communication ont modifié l'ensemble de notre rapport à la connaissance. Mais si j'isole cette expérience devenue rare, c'est pour mettre en évidence le dénuement informationnel que le fétichisme de la déconnexion nous fait un peu vite oublier.

La déconnexion est un nouveau trend, dont le livre, Alone Together (2011), par Sherry Turkle, professeur au MIT, est l’étendard: les jeunes, constamment en train de s’échanger des like sur Facebook, perdraient tout intérêt pour les valeurs authentiques de la vraie vie, comme la science et le New York Times (lire notamment le commentaire de Nathan Jurgenson, "The IRL fetish").

Ces jeunes sont énervants. "Comment faisiez-vous avant internet?" demandent-ils ironiquement à leurs parents, qui n'ont connu cet outil qu'à l'âge adulte. Eh bien, il faut l'avouer sans détour: nous étions beaucoup plus bêtes qu'aujourd'hui, et nous n'en avions pas conscience. Réécouter une chanson entendue à la radio restait souvent un effet du hasard, retrouver la référence d'une bande dessinée ancienne était une entreprise insurmontable, et comparer des extraits de films un tour de force réservé à quelques virtuoses experts. D'où un principe contraint et forcé de modération de la curiosité, qui s'appliquait de façon très générale au spectacle du monde.

Cet été, à l'occasion d'un séjour à l'étranger, je me suis trouvé pendant une semaine en situation de déconnexion forcée. Ce qui a eu deux conséquences. La première, de laisser mon smartphone pendant presque toute la période sur le rebord de la cheminée (ben oui, il ne pouvait servir qu'à téléphoner). La seconde, d'affronter la vie comme si j'étais aveugle, sourd et muet. Quel temps fera-t-il demain? Quelle est la forme de la côte? A quelle distance suis-je du rivage? Comment s'appelle cet oiseau? Comment s'explique la configuration de ce massif? Quelle est l'histoire de ce quartier? Que signifie le nom de cette rue? Boulet a-t-il posté une nouvelle note? Ai-je des commentaires sur Culture Visuelle?

Pendant toute cette semaine, je me suis aperçu, médusé, de toutes les questions que j'avais pris l'habitude d'adresser à mon environnement, sachant que j'avais de grandes chances d'obtenir un résultat. La puissance documentaire d'internet a élargi le monde et augmenté notre vision dans des proportions inimaginables. Plus que des réponses, le savoir infini du web nous a appris à ne plus jamais refuser de nous demander comment, qui et pourquoi. Plus encore que la connaissance, il nous a apporté un émerveillement, une vigilance et un questionnement inépuisables. Alors chaque fois qu'un pédant vante la déconnexion avec les trémolos du retour aux sources, souvenons-nous de tout ce que nous aspirions à savoir, de tout ce que nous étions malheureux de ne pas comprendre, et de tout ce que nous n'osions même pas demander.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin
Journal
Huile de palme : les pays producteurs pris au piège de l’envolée des prix
L’Indonésie et la Malaisie produisent 85 % de l’huile de palme. Avec une demande qui ne cesse de grimper, ses prix connaissent aujourd’hui des records historiques. Mais les deux pays n’en profitent guère, confrontés à des problèmes structurels internes. 
par Gabrielle Maréchaux

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey