André Gunthert

Enseignant-chercheur, EHESS

Sa biographie
Enseignant-chercheur à l'EHESS. Images, culture visuelle, nouveaux médias.
Son blog
150 abonnés Iconogrammes
Ses éditions
1 / 2
Voir tous
Voir tous
  • Édition Les observateurs 2012

    Une campagne pour rien

    Par
    Bilan d’étape. Après un mois passé à faire la campagne de Marine Le Pen, Sarkozy a récupéré de 3 à 4% de voix frontistes (et fait chuter d’autant la candidate FN, privée d’oxygène). Après Toulouse, annoncé comme le nième “tournant” de la campagne, on voit au contraire que la courbe plafonne. Elle ne tardera pas à redescendre, pour rester scotchée aux alentours d’un quart des votants.
  • Édition Les observateurs 2012

    La candidature Sarkozy? Un mème qui fait plouf

    Par
  • Édition Les observateurs 2012

    Portrait de Hollande en vainqueur

    Par
    Un discours peut-il tout changer? Magie des campagnes, ce moment où le verbe semble doté d'un pouvoir performatif sur les choses – si différent du cours habituel de l'exercice politique, où la volonté a tant de mal à se traduire en actes. Cinq ans après le discours du 14 janvier 2007, par lequel Nicolas Sarkozy donnait le coup d'envoi d'une dynamique victorieuse, le discours du Bourget de François Hollande lui répond mot pour mot.
  • Édition Les observateurs 2012

    L'aprésident

    Par
    Ça y est, c'est fini. Le soi-disant président pas encore candidat est en réalité tout entier candidat et déjà plus président. TVA sociale, taxe Tobin, commémoration de Jeanne d'Arc…: avec le mélange typique d'accélération du rythme, de signaux clientélistes et d'effets de contre-pied qui font l'ordinaire du Sarkozy en campagne, le Clausewitz de l'Elysée met clairement les outils de la présidence au service de sa réélection.
  • Édition Le bruit des images

    Apocalypse ou la trouille de l'histoire

    Par
    Face à la diffusion d'Apocalypse, Hitler, second volet de l'histoire colorisée du XXe siècle de Daniel Costelle et Isabelle Clarke, le 25 octobre dernier sur France 2, le scrupule paraît dérisoire. Ne doit-on pas se réjouir qu'un documentaire soit proposé à une heure de grande écoute et atteigne une audience de 6 millions de téléspectateurs, dépassant Les Experts sur TF1 et Desperate Housewives sur M6? Les historiens connaissent bien cette alternative, pas éloignée de celle que l'on prodigue au peuple grec: vaut-il mieux quelque chose plutôt que rien?