André Gunthert

Enseignant-chercheur, EHESS

Sa biographie
Enseignant-chercheur en histoire culturelle et études visuelles à l'EHESS, rédacteur en chef de la revue Etudes photographiques.
Son blog
115 abonnés Le regard oblique
Ses éditions
1 / 2
Voir tous
  • Les gilets jaunes et le mépris de classe

    Par
    En contradiction avec l’approbation des gilets jaunes par une majorité de la population, la réaction des élites a trahi un fort mépris de classe, au point de retourner cette arme contre elles. Car le mépris de classe ne fonctionne comme instrument de sujétion qu’à la condition de rester invisible. A partir du moment où il est désigné comme tel, il perd tout pouvoir et devient une faute.
  • Habermas et le chaton, de l'usage ponctué d'internet

    Par
    Média non disponible
    Banksy a exécuté récemment trois dessins dans les ruines de Gaza pour rappeler la situation misérable dans laquelle se trouve l’enclave depuis l’opération israélienne “Bordure protectrice” à l’été 2014, qui a fait plus de 2000 victimes palestiniennes et détruit 18.000 maisons.
  • Ceci n'est pas un nu

    Par
    Une très sage photo de nu en noir et blanc peut-elle encore attirer l’attention de la presse? En décembre dernier, l’opération de com de Kim Kardashian exposant son postérieur, photographié par Jean-Paul Goude en Une du magazine Paper, n’avait suscité qu’un soupir de lassitude des journaux sérieux, prompts à ranger ce cliché dans le tiroir de l’actu «racoleuse».
  • La défaite Charlie

    Par
    Plus importante mobilisation en France depuis la Libération, la marche de dimanche a-t-elle été l’«élan magnifique» d’un peuple qui redresse la tête face à la barbarie? Je voudrais le croire. Mais l’extrême confusion qui caractérise la lecture “républicaine” de l’affaire Charlie ne fait qu’accroitre ma tristesse et mon inquiétude.
  • Qui a éteint les Lumières?

    Par
    Après avoir affronté d’innombrables traumatismes, guerres, épidémies, catastrophes, la société occidentale paraît aujourd’hui plus pacifiée qu’elle ne l’a jamais été. D’où vient alors ce sentiment largement partagé de l’échec, du déclin ou de l’effondrement (pour reprendre le titre emblématique de Jared Diamond, Collapse, 2005) de ce modèle?
Voir tous
  • Édition Les observateurs 2012

    Une campagne pour rien

    Par
    Bilan d’étape. Après un mois passé à faire la campagne de Marine Le Pen, Sarkozy a récupéré de 3 à 4% de voix frontistes (et fait chuter d’autant la candidate FN, privée d’oxygène). Après Toulouse, annoncé comme le nième “tournant” de la campagne, on voit au contraire que la courbe plafonne. Elle ne tardera pas à redescendre, pour rester scotchée aux alentours d’un quart des votants.
  • Édition Les observateurs 2012

    La candidature Sarkozy? Un mème qui fait plouf

    Par
  • Édition Les observateurs 2012

    Portrait de Hollande en vainqueur

    Par
    Un discours peut-il tout changer? Magie des campagnes, ce moment où le verbe semble doté d'un pouvoir performatif sur les choses – si différent du cours habituel de l'exercice politique, où la volonté a tant de mal à se traduire en actes. Cinq ans après le discours du 14 janvier 2007, par lequel Nicolas Sarkozy donnait le coup d'envoi d'une dynamique victorieuse, le discours du Bourget de François Hollande lui répond mot pour mot.
  • Édition Les observateurs 2012

    L'aprésident

    Par
    Ça y est, c'est fini. Le soi-disant président pas encore candidat est en réalité tout entier candidat et déjà plus président. TVA sociale, taxe Tobin, commémoration de Jeanne d'Arc…: avec le mélange typique d'accélération du rythme, de signaux clientélistes et d'effets de contre-pied qui font l'ordinaire du Sarkozy en campagne, le Clausewitz de l'Elysée met clairement les outils de la présidence au service de sa réélection.
  • Édition Le bruit des images

    Sarkozy est-il bon pour le cinéma?

    Par
    Reprenant une photo déjà utilisée en couverture de Télé 2 semaines le 3 décembre, Paris-Match sacre à son tour Intouchables comme “phénomène”.