André Gunthert
Enseignant-chercheur, EHESS
Abonné·e de Mediapart

47 Billets

2 Éditions

Billet de blog 18 févr. 2012

André Gunthert
Enseignant-chercheur, EHESS
Abonné·e de Mediapart

Que protègent les droits d’auteur?

Gallimard a menacé hier d’une procédure en dommages et intérêts les éditions électroniques Publie.net, pour la traduction non autorisée par François Bon du Vieil homme et la mer d’Hemingway. L’affaire n’est pas un conflit juridique. C’est un conflit commercial et un abus de position dominante, ce qui explique mieux la tonalité des échanges.

André Gunthert
Enseignant-chercheur, EHESS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Gallimard a menacé hier d’une procédure en dommages et intérêts les éditions électroniques Publie.net, pour la traduction non autorisée par François Bon du Vieil homme et la mer d’Hemingway. L’affaire n’est pas un conflit juridique. C’est un conflit commercial et un abus de position dominante, ce qui explique mieux la tonalité des échanges.

Comme toujours, ceux qui brandissent les règles du droit connaissent bien peu la réalité de l’édition. Les droits exclusifs de traduction sont une drôle de coutume, puisqu’ils ne portent pas sur un texte publié, mais sur toute traduction possible du texte original dans une langue donnée. Que cette règle unanimement pratiquée, qui vise à éviter toute concurrence future au premier acheteur, soit jugée conforme à la loi dit assez à quel point celle-ci est distincte du bon droit.

J’ai commis autrefois une traduction pirate d’un texte dont les droits exclusifs étaient détenus par Gallimard. La maison d’édition a choisi d’ignorer cet affront, parce que l’écho d’une micro-publication à caractère scientifique ne lui semblait pas une concurrence suffisamment menaçante.

Il est donc tout à fait possible pour un détenteur des droits exclusifs, malgré ses engagements contractuels, de décider de faire ou non la police, et c’est la première bonne nouvelle: Gallimard considère Publie.net, et plus généralement l’édition électronique, comme un rival suffisamment dangereux pour brandir son gourdin. A la place de François Bon, je verrais ça comme un compliment.

Ensuite, il eut été évidemment plus correct de contacter directement le responsable de la publication, et c’est le choix de l’intimidation qui est en effet révélateur de la position dominante dont croit bénéficier Gallimard.

Dans sa Lettre ouverte à François Bon, Pierre-Alexis Vial s’étonne qu’«une si grande maison (…) ne soit finalement qu’un ensemble de bureaux dans lequel on s’acharne à remplir des chiffres dans un tableau excel». C’est à ce type de réaction qu’on s’aperçoit du bénéfice immense pour les marchands de vendre des produits estampillés du tampon “culture”. On s’étonne que l’entreprise Gallimard ait des comptables, on la croit attachée à défendre la littérature.

Là encore, un commerce un peu plus approfondi avec les acteurs du livre renseigne mieux sur leurs habitudes et leurs mobiles. Parmi mes travaux de jeunesse, il m’est arrivé d’écrire un monologue pour un théâtre national. D’abord projeté pour être une adaptation d’une nouvelle de Dostoïevski, le texte s’est éloigné au fil de la rédaction de son modèle, au point de devenir une œuvre autonome. Mais Gallimard, éditeur de la traduction française, ne l’entendait pas de cette oreille. Quoique l’œuvre de l’auteur russe appartienne depuis longtemps au domaine public, les juristes de la maison n’ont pas hésité à faire pression pour tenter de récupérer quelques sous. Il n’y a pas de petits profits.

Le monde de l’édition est composé de quelques médiateurs indispensables, qui nourrissent le feu de leur talent, sans compter les heures. François Bon est de ceux-là. Et il y a des entrepreneurs assis sur la pile des contrats signés par leurs ancêtres, qui gèrent la boutique. Heureusement – deuxième bonne nouvelle –, le bruit fait sur le web autour des mauvaises manières de Gallimard les a fait renoncer à leur procédure en dommages et intérêts. Espérons que cette affaire leur servira de leçon, et qu’elle éclairera aussi les naïfs sur ce que protègent en réalité les fameux “droits d’auteur”.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal — Gauche(s)
Au-delà de l’affaire Bayou, la vague écoféministe secoue les Verts
Les écologistes réunis en conseil fédéral ont pris date pour leur prochain congrès sur fond de sidération face à l’affaire Bayou. Plus profondément, la place du courant écoféministe incarné par Sandrine Rousseau bouleverse les habitudes du parti.
par Mathieu Dejean
Journal
Damien Abad à l’Assemblée : un retour en toute impunité
Alors qu’ils ont poussé des hauts cris à propos de l’affaire Quatennens, les députés de Renaissance affirment n’avoir aucun mal à accueillir l’ancien ministre des solidarités au Palais-Bourbon, malgré les accusations de viol ou de tentative de viol qui le visent. Une question, disent-ils, de « présomption d’innocence ».
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — International
Lula en tête, Bolsonaro résiste
Si Lula rassemble 48,4 % des voix au premier tour, Bolsonaro crée la surprise en dépassant les 43 %. La vigueur de l’extrême droite se retrouve aux élections législatives et des gouverneurs locaux qui se déroulaient aussi dimanche. Le mois de campagne qui reste s’annonce tendu.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost