André Gunthert
Enseignant-chercheur, EHESS
Abonné·e de Mediapart

47 Billets

2 Éditions

Billet de blog 19 sept. 2022

André Gunthert
Enseignant-chercheur, EHESS
Abonné·e de Mediapart

Une Petite Sirène « woke » ?

Dans la prochaine version de « La Petite Sirène », Disney a opté pour une actrice noire. Un choix qui a suscité son lot habituel de condamnations et d’anathèmes. Mais la panique morale a cette fois rencontré une réponse inattendue.

André Gunthert
Enseignant-chercheur, EHESS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans le cadre des adaptations en live-action de leurs plus fameux dessins animés, les studios Disney ont diffusé le 10 septembre une bande-annonce de la future version de La Petite Sirène (sortie prévue en mai 2023). Alors que le choix de la chanteuse Halle Bailey pour incarner le rôle-titre était déjà connu, la vision de son personnage entonnant la célèbre chanson «Part of your world» a soulevé une vague de haine qui donne l’échelle du blasphème. Le personnage d’Ariel n’est plus une rousse «au teint diaphane», mais une jeune femme noire portant des dreadlocks. Après diverses tentatives souvent prudentes de renouvellement de personnages par la diversité, cette évolution est manifestement perçue comme un tournant. Pour la première fois, le rôle-titre d’un récit patrimonial remplace l’incarnation familière de la blanchité par les traits d’une minorité raciale dans une production hollywoodienne grand public.

Le débat qui a immédiatement envahi les réseaux sociaux a pris des formes bien connues. A l’accusation d’une trahison de l’œuvre d’Andersen répond la liste des personnages non-occidentaux joués par des acteurs ou des actrices blanc·hes, de Jésus à Othello en passant par Cléopâtre. A la justification de la blanchité d’Ariel par sa nationalité danoise est opposée l’origine méditerranéenne de la figure de la sirène. Plusieurs internautes entreprennent de démontrer que la jeune femme ne peut pas être noire en raison du filtrage des UV par l’eau de mer.

La polémique sur la légitimité de l’adaptation prend évidemment un tour savoureux dans le contexte des relectures des contes traditionnels par les studios Disney, dont la fidélité n’est pas la qualité première. La version de 1989 de La Petite Sirène convertit notamment un récit d’amour impossible en un mariage de contes de fées. Inspiré par le performer Divine, le personnage d’Ursula transforme radicalement le rôle de la sorcière, dans une interprétation par ailleurs plutôt réussie de la subversion des normes de genre à l’œuvre chez Andersen. Bref, l’adaptation a tous les droits – à plus forte raison quand c’est le studio auteur de la version originale  qui entreprend de la revisiter.

En réalité, le débat n’a rien de littéraire. Les adversaires de la nouvelle version appliquent une grille de lecture politique, visible derrière l’accusation de «wokisme» adressée aux studios. De même que les autrices d’une tribune transphobe dans Marianne préfèrent se justifier en expliquant qu’elles visent un «transactivisme» par définition néfaste, l’étiquette «woke» permet de métamorphoser toute prise de position inclusive en manifestation radicalisée d’un parti-pris idéologique. Une Petite Sirène «woke» n’est pas simplement le choix d’une race plutôt qu’une autre, mais une manipulation politique visant à donner le pouvoir aux minorités. Double effet Kiss Cool pour les chasseurs de wokistes: non seulement on évite de se faire traiter de raciste, mais on passe pour un chevalier (blanc) de la légitimité patrimoniale – et pour les plus habiles, on peut même aller jusqu’à fustiger le racisme des antiracistes (attention, cette cascade est réservée aux commentateurs aguerris).

Rompus à l’exercice, les studios ont réagi à la polémique par le super-argument «colorblind» (aveugle à la couleur): Halle Bailey n’a pas été choisie parce qu’elle est noire, mais pour son exceptionnel talent de chanteuse. Une façon à vrai dire pas très «woke» de défendre ce choix. Mais pendant que le hashtag #NotMyAriel déployait sur Twitter tout l’éventail de l’imaginaire raciste, comprenant notamment d’affreuses caricatures de l’actrice, une salve de vidéos montrait la joie de petites filles noires filmées par leur parents, surprises et ravies d’apercevoir sur la bande-annonce une Ariel «noire comme nous, maman!».

Brut, 15/09/2022. © Brut FR

Rediffusées jusque sur le compte Instagram de Halle Bailey, ces brèves séquences ont fourni la meilleure réponse aux attaques, en incarnant la réalité de la discrimination. Comme l’illustre le «test de la poupée» dans le documentaire Noirs en France d’Aurélia Perreau et Alain Mabanckou, qui révèle comment la haine raciale impose aux racisés eux-mêmes la détestation de leurs propres traits, la place réduite accordée aux modèles minoritaires joue un rôle majeur dans la formation des préjugés racistes.

En dépit de la visibilité sur les réseaux sociaux des opinions réactionnaires, le choix de Disney pour La Petite Sirène confirme les progrès de la tolérance raciale, en particulier chez les plus jeunes – le public concerné par les productions des studios. C’est bien parce qu’ils redoutent cette évolution que les chasseurs de «wokes» surjouent les paniques identitaires. Le sourire ébloui des petites filles devant le visage de la nouvelle Ariel montre qu’on peut en avoir une vision plus apaisée.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis