André Gunthert
Enseignant-chercheur, EHESS
Abonné·e de Mediapart

48 Billets

2 Éditions

Billet de blog 21 oct. 2022

André Gunthert
Enseignant-chercheur, EHESS
Abonné·e de Mediapart

Pourquoi montrer Lola ?

Dissimulée sous l'hommage, la récupération politique du meurtre de Lola emprunte les formes de l'agit-prop. Mais toutes les causes ne se valent pas. Faire de l'image de la petite fille le symbole du «Grand remplacement» n'est en rien une marque de respect.

André Gunthert
Enseignant-chercheur, EHESS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Manifestation du 20 octobre, Paris (Rémi Buisine).

L’écran affiche le portrait de la petite fille assassinée. Le 18 octobre, sur un ton désolé, l’animateur de la chaîne d’info CNews Pascal Praud résume le point de vue de l’extrême-droite: «La mort de Lola, 12 ans, est un miroir de notre société: barbarie gratuite, immigration hors-contrôle, Etat impuissant (…) Elle est sans doute une conséquence d’une politique qui laisse sur le sol de France des individus qui n’ont rien à y faire.»

D’origine algérienne, la principale suspecte a fait l’objet d’une Obligation de quitter la France (OQTF) pour défaut de présentation d’un titre de séjour valide. Inspirée par le Front National, la politique xénophobe de restriction des visas et de criminalisation des étrangers en situation irrégulière a conduit à une aporie taillée sur mesure pour susciter l’indignation: le crime n’aurait pas eu lieu si son auteure avait été reconduite à la frontière, comme la loi l’eût imposé (si elle avait été applicable). Fruit d’un imaginaire raciste désormais profondément installé dans les codes de la République, la récupération politique d’un meurtre aux causes énigmatiques, mais manifestement atroce, alimente un emballement médiatique qui accumule rumeurs et interprétations fallacieuses.

Conscient de l’effet de cette offensive sur son électorat le plus conservateur, l’exécutif réplique par la voix de ses ministres Gérald Darmanin et Eric Dupont-Moretti, qui dénoncent «le commerce indigne de la démagogie» et appellent à la «décence». Quelques jours après le deuxième anniversaire de l’assassinat de Samuel Paty, qui a vu l’instrumentalisation cynique de cette tragédie par un pouvoir incapable de protéger ses agents, cette condamnation ne pèse toutefois pas bien lourd.

Je me bornerai ici à l’examen des aspects visuels de ce meurtre qui a endeuillé le pays. Quelques jours après la découverte du corps, c'est la circulation du portrait de Lola sur les réseaux sociaux qui alerte sur la manipulation de l'émotion. Alors que l’incertitude règne encore sur les conditions du crime, et que chacun imagine la douleur de la famille, la mise en avant de l'image souriante d’une victime innocente, sous couvert d’hommage, vise à susciter un sentiment de compassion, d’injustice et à alimenter la colère.

La publication d’images de victimes s’inscrit dans un faisceau de conventions relativement étroit. Appliqué d’autant plus strictement que les victimes sont proches du public visé, le principe général est de ne pas diffuser les images de violence ou de souffrance des victimes, par respect pour celles-ci et pour éviter de choquer ou de provoquer des réactions de surenchère. C’est pourquoi nous n’avons pas vu l’image des victimes des attentats du Bataclan, ni celles des fusillades dans les écoles Etats-uniennes.

Cette règle connaît certains aménagements, en particulier lorsque les populations touchées appartiennent aux pays du Sud, ou lorsqu’il s’agit de minorités victimes de discriminations. Susan Sontag soulignait le biais raciste qui permet à un Occidental de voir sans ciller la photo d’une petite vietnamienne nue, fuyant les flammes d’un bombardement au napalm. Mais la question est plus complexe, car le non-respect de l’interdit est volontaire. Les images violentes sont diffusées dans un but d’alerte et de dénonciation. Les photos du petit Aylan (Alan) ou la vidéo de l’agonie de George Floyd visent à mettre l’émotion au service d’une cause. On notera que, dans le cas de la mort de George Floyd, des protestations se sont exprimées pour regretter la visibilité donnée à l’image du crime. J’ai moi-même justifié cette visibilité par la revendication de justice sociale qu’elle traduit, tout en étant conscient de la difficulté de ce choix. L’attribution d’une signification qui dépasse le cas individuel peut légitimer l’exposition d’une victime.

Anonyme, dessins pour Lola.

Une autre circonstance qui la justifie est le souhait de lui rendre hommage. Par la démocratisation des pratiques de citation visuelle, les réseaux sociaux ont largement contribué à encourager des formes de participation publiques au deuil, comme la modification des portraits de profil, qui a par exemple suivi les attentats de Charlie. Le choix se portera dans ce cas sur des images positives de la victime. A côté du portrait photographique, l’expression de l’hommage se traduit par le recours à des adaptations graphiques, qui embellissent le souvenir et manifestent l’iconisation des victimes.

Si l’hommage aux disparus et l’instrumentalisation politique devraient constituer des registres distincts, en pratique, cette séparation n’a guère de sens, puisque l’instrumentalisation consiste précisément en une réappropriation de l’émotion. Dans le cas de Lola, le recours à l’image emprunte les formes de l’hommage, mais les caractères de la production graphique et sa mobilisation dans l’espace public manifestent un investissement militant puissant. Il faut interroger ici le rôle du parti Reconquête d’Eric Zemmour, chef d’orchestre de la récupération politique du meurtre de la petite fille.

Exploitation politique du portrait de Lola.

L’ancien candidat à la présidentielle en théorise l’exemplarité par la création du néologisme «francocide». Zemmour explique qu’il s’est inspiré du terme «féminicide», qui transforme la perception de crimes individuels en phénomène social. Dans sa bouche, l’assassinat de Lola devient un «crime commis contre un Français par un étranger», une incarnation emblématique de la thèse complotiste du «Grand remplacement». Toujours selon Zemmour, «Lola a été tuée parce que c’est une blonde aux yeux bleus. Ce n’est pas un fait divers, c’est un fait politique.»

Cette lecture qui rencontre un large écho dans la mouvance suprémaciste est relayée par des médias comme CNews ou Valeurs actuelles, qui choisit d’afficher en couverture le visage de Lola. On notera que la récupération ne se limite pas à une interprétation opportuniste du crime. Par l’exploitation publique des images ou l’achat de noms de domaine composés à partir du prénom Lola, c’est la méthode de l’agit-prop, caractéristique de la gauche radicale et des mouvements citoyens, qui est copiée avec application par la galaxie zemmouriste. La lecture racialiste des traits de la petite fille agit comme une reprise en miroir de l’exposition du meurtre de George Floyd, où l’antagonisme du policier blanc et de la victime noire incarnent dans l’image la discrimination raciste.

Anonyme, affichage du portrait de Lola, 19/10/2022.

Peut-on mettre les moyens de l’antiracisme au service du racisme? C’est la méthode suivie avec constance par les mouvements néonationalistes, qui se sont approprié les revendications féministes ou les valeurs de laïcité pour mieux dissimuler un programme islamophobe. Mais contrairement à ce que voudraient faire croire les activistes, toutes les causes ne se valent pas. La revendication d’égalité ne peut pas s’allier avec la haine de l’autre. La récupération trop visible du crime par la mouvance suprémaciste a finalement suscité le malaise jusque dans les rangs de l’extrême-droite – conduisant le Rassemblement national à renoncer à participer à la manifestation pour Lola du jeudi 20 octobre. Brandir l’image de la petite fille en criant «Migrants assassins, politiques complices» est en effet une bien triste façon de lui rendre hommage.

MàJ du 21/10/2022: La famille demande que «cesse instamment, et soit retirée, toute utilisation du nom et de l’image de leur enfant à des fins politiques». Ses parents souhaitent «pouvoir honorer la mémoire de leur fille dans la sérénité, le respect et la dignité qui lui est due» (AFP).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP