André Gunthert
Enseignant-chercheur, EHESS
Abonné·e de Mediapart

45 Billets

2 Éditions

Billet de blog 25 mars 2013

Mediapart, un journalisme iconoclaste?

Pour ses 5 ans, l'actualité a livré à Mediapart la démission d'un ministre et la mise en examen d'un ancien président, tous deux mis en cause dans les colonnes du dernier-né des grands journaux français.

André Gunthert
Enseignant-chercheur, EHESS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour ses 5 ans, l'actualité a livré à Mediapart la démission d'un ministre et la mise en examen d'un ancien président, tous deux mis en cause dans les colonnes du dernier-né des grands journaux français.

Seul pure player par abonnement, l'organe dirigé par Edwy Plenel, qui prône un journalisme vigoureux et volontiers critique, est un phénomène singulier du paysage médiatique. Parmi ses traits spécifiques, je n'ai pas encore observé qu'on ait fait un sort à son rapport à l'image.

A une époque qui se décrit souvent comme une "civilisation de l'image", quand tous ses concurrents ont profondément inscrit le visuel dans la structure même de l'organisation éditoriale, il est pour le moins surprenant de voir un média de la dernière génération faire ostensiblement le choix inverse.

Dans une maquette à la dimension graphique travaillée, mais essentiellement inspirée par l'allusion à l'environnement papier, le spectacle n'est pas privilégié. Seul parmi les journaux numériques à comporter un format d'article qui n'impose pas systématiquement l'illustration, dépourvu du bandeau de Une caractéristique de l'univers en ligne, le jeune média a choisi de jouer la carte du texte et du document.

Même s'il arrive à Mediapart de céder au photojournalisme d'illustration, qui manipule l'image en vue d'orienter la lecture, une iconographie parcimonieuse évite la répétition trop appuyée de ce travers. Imposé par les choix budgétaires, l'abonnement à Reuters plutôt qu'à l'AFP est pour beaucoup dans l'identité visuelle du journal. L'absence du principal fournisseur de l'iconographie expressive "de qualité", dont l'influence s'étend sur l'ensemble du paysage médiatique, confère par défaut à Mediapart son originalité janséniste reconnaissable entre mille.

On ne trouvera qu'exceptionnellement dans les colonnes du journal l'allégorie compassionnelle si prisée par les photoreporters professionnels, pas plus que le diaporama sexy ou insolite, destiné à faire du clic et à renforcer les statistiques de fréquentation auprès de Médiamétrie. Comme la diffusion des enregistrements qui ont déclenché les affaires Bettencourt ou Cahuzac, comme les reproductions d'originaux en pdf qui émaillent les articles d'investigation, l'iconographie qui fait la signature du journal, c'est le document.

L'image emblématique made in Mediapart n'est pas une œuvre signée par un professionnel, mais la photo de vacances de Jean-François Copé dans la piscine de Takieddine. Avec les portraits de petit format ou les notes photographiques des journalistes dépêchés sur place, les formes visuelles privilégiées par Mediapart portent le sceau d'une austérité autant économique que morale.

Dans une profession qui a fait sien le slogan forgé en 1978 par Jean Cau pour Paris-Match ("Le poids des mots, le choc des photos"), les options iconographiques de Mediapart s'inscrivent résolument à contre-courant. Ce qui, de la part du meilleur organe d'investigation de la presse française, ne laisse pas d'interroger. Le photojournalisme est-il nécessaire au journalisme de qualité? A l'opposé du dogme, la réponse que suggère l'exception Mediapart fait réfléchir aux contradictions de la narration visuelle.

Billet initialement publié sur l'Atelier des icônes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg
Journal
Ultradroite : nos enquêtes
En France, six projets d’attentats attribués à l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.  La professionnalisation de ces groupes, leur facilité à s’armer et les profils hétéroclites des activistes inquiètent les services de renseignements.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Migrations
« On verra bien » : à la frontière polonaise, des réfugiées optent pour le retour en Ukraine
Depuis près d’un mois, des Ukrainiennes ayant trouvé refuge en Pologne choisissent de rentrer dans leur pays. Si chacune a ses raisons, toutes constatent que si le conflit s’installe dans la durée, leur ville d’origine semble désormais « plus sûre ».
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd