FRANCE 2 FAUSSE LE DEBAT DEMOCRATIQUE A 3 JOURS DE L’ELECTION PRESIDENTIELLE

En annonçant l’attentat contre des policiers et la mort de l’un d’eux sur les Champs-Elysées, en plein milieu de l’émission "15 minutes pour convaincre", France 2 s’est substituée aux chaînes d’information – pour des raisons de course à l’information et de concurrence entre médias -, et a faussé le dernier débat de la présentielle 2017 !

En annonçant l’attentat contre des policiers et la mort de l’un d’eux sur les Champs-Elysées, en plein milieu de l’émission "15 minutes pour convaincre", France 2 s’est substituée aux chaînes d’information – pour des raisons de course à l’information et de concurrence entre médias -, et a faussé le dernier débat de la présentielle 2017 !

Alors même que les autres chaînes généralistes ne le faisaient pas. Pour preuve, l’exemple de W9 qui jusqu’au bout a retransmis le match de football BESIKTAS ISTAMBUL-OLYMPIQUE LYONNAIS, qui n’en finissait pas avec des prolongations et des tirs au but, jusqu’à minuit.

Léa Salamé, la présentatrice de France 2, en rappelant lors de cette émission l’actualité immédiate – attentat contre des policiers entraînant  des blessés et la mort de l’un d’entre eux -, a stigmatisé l’attitude de Philippe Poutou (NPA) qui est très critique sur les interventions des forces de l’ordre en diverses occasions.

En revenant à plusieurs reprises sur cet attentat, les journalistes de France 2 ont, par contre, conforté le discours sécuritaire, xénophobe et raciste des François Fillon et Marine Le Pen, qui veulent durcir la politique intérieure et celle de la défense nationale. En proposant plus de moyens et d’hommes, tout en diminuant le nombre de fonctionnaires pour l’un et les budgets pour l’autre. Ces positions ont bénéficié d’un écho d’autant plus favorable qu’elles se sont exprimées pour certains d'entre eux, à nouveau, à la fin de l’émission, dans la conclusion.

Les explications embarrassées et confuses de Léa Salamé, ce matin sur France-Inter, n’étaient absolument pas convaincantes, cherchant à justifier une immixtion de l'actualité dans le débat entre les candidats, à 3 jours du 1er tour de la présidentielle.

Il faut savoir que ce genre de transgression de l’équité dans une élection, ajoutée à beaucoup d’autres - temps de parole des candidats inégalitaire, interventions médiatiques tendancieuses en faveur de tel ou tel candidat, auxquelles s’ajoutent des évènements propres à la campagne comme les conditions de propagande et du déroulement du scrutin -, peut justifier l’annulation de cette présidentielle.

Je suis bien placé pour le savoir, car candidat CCE aux européennes de 2009, j’ai fait un recours devant de Conseil d’Etat pour demander l’annulation de cette élection en Ile-de-France. Un recours non recevable au dernier moment pour des raisons de délais, alors que le bureau des élections du ministère de l’intérieur – lui-même -,  pourtant défendeur, considérait que mes arguments étaient tout à fait justifiés et pertinents, et mon dossier recevable en l’état…

Le CSA devrait rappeler à l’ordre la chaîne qui, par son comportement incongru - et ce n'est pas la première fois -, a faussé le débat démocratique en l’occurrence, favorisant les candidats du tout-sécuritaire, qui s’en sont donnés à cœur joie, sans retenue ni pudeur aucune, et en pénalisant d’autres qui n’en font pas une priorité face au chômage et à la pauvreté qui gangrènent la société française…

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.