Andre Menache
Vétérinaire
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

1 Éditions

Billet de blog 26 avr. 2022

Tous pollués, à qui la faute ?

Cela fait des années qu'il est de notoriété publique que notre corps -et surtout le corps des enfants- est pollué par plusieurs centaines de substances chimiques potentiellement dangereuses et persistantes. La Commission européenne aurait-elle enfin pris la mesure du problème ?

Andre Menache
Vétérinaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cela fait des années qu'il est de notoriété publique que notre corps -et surtout le corps des enfants- est pollué par plusieurs centaines de substances chimiques potentiellement dangereuses et persistantes. La Commission européenne aurait-elle enfin pris la mesure du problème ?

D'après Le Monde du 25 avril : « A l’échelle de l’Union européenne (UE), environ 300 millions de tonnes de substances chimiques sont produites chaque année par l’industrie (...). La grande majorité (74 %) est jugée « dangereuse pour la santé ou l’environnement » par l’Agence européenne pour l’environnement. Cela représente environ 12 000 substances. La plupart sont considérées comme des perturbateurs endocriniens potentiels. Et près d’une sur cinq est classée comme potentiellement cancérogène, mutagène et toxique pour la reproduction (CMR). » (1)

La "feuille de route" publiée ce même 25 avril par la Commission européenne vise à garantir un environnement sans substances toxiques à l'horizon 2030, ce qui suppose d'interdire plusieurs milliers de ces substances dans les prochaines années. Dans l'immédiat, le constat est accablant et devrait amener les autorités en charge de la réglementation à se poser la question suivante : comment tous ces produits toxiques ont-ils réussi à être autorisés à la vente ? La question est d'autant plus urgente que si de nouvelles substances doivent remplacer celles qui seront interdites, continuer à utiliser les méthodes d'évaluation de la toxicité en vigueur jusqu'à présent ne pourra évidemment pas garantir que les nouvelles substances seront moins dangereuses.

Les substances chimiques à usage industriel (plastiques, retardateurs de flamme, etc.) qui peuvent se retrouver dans les objets que nous utilisons quotidiennement  sont autorisées et encadrées par le règlement européen REACH, qui impose des essais de toxicité (dont beaucoup sur des animaux) pour chacune de ces substances (2). « Reach privilégiera désormais une approche « générique » de la gestion des risques, et non plus au cas par cas. Une évolution majeure qui permettra d’introduire des interdictions par groupe de substances, sans avoir besoin de démontrer un risque inacceptable pour chaque substance, comme c’est le cas aujourd’hui. Un processus qui paralyse le système européen d’autorisation. Sur environ 200 000 substances utilisées en Europe (une nouvelle substance est créée toutes les deux secondes par l’industrie), seulement 15 ont été interdites dans le cadre de la réglementation Reach depuis son entrée en vigueur en 2007. »

Deux questions doivent être soulevées. La première, c'est qu'aucune espèce animale n'est le modèle biologique de l'homme. La deuxième, c'est que les connaissances en sciences du vivant ainsi que les méthodes d'essais disponibles pour évaluer la toxicité des substances ont évolué depuis la conception de REACH il y a plus de vingt ans. Le « corps humain sur puce », pour ne citer que la plus sophistiquée de ces méthodes (mais il en existe de bien plus simples à mettre en œuvre et déjà validées par les autorités en charge de la réglementation) fournirait des résultats bien plus fiables et pertinents que de continuer à tester sur des rongeurs, des poules et des poissons pour protéger la santé humaine et l’environnement. Pourtant, ces méthodes fiables sont souvent ignorées par les industriels et leur utilisation n'a pas été rendue obligatoire par les autorités mêmes qui les ont validées !

Pour que cette nouvelle annonce de la Commission européenne ne soit pas un coup d'épée dans l'eau comme l'a été, on le voit par les résultats, l'entrée en vigueur de REACH en 2007, il est impératif pour les associations qui suivent ces dossiers de près d’agir sur deux axes supplémentaires. Le premier serait de braquer le projecteur sur les failles du règlement REACH en exigeant une  enquête parlementaire européenne qui commencerait par souligner le fait que REACH n’a pas empêché de produire chaque année 12 000 substances jugées dangereuses pour la santé ou l'environnement.

Le deuxième axe serait d’informer les actionnaires de l’industrie chimique de leur responsabilité morale et de les inciter à faire changer les habitudes des entreprises. Ces dernières devraient adopter sans délai les technologies ayant fait leurs preuves pour remplacer les essais sur des animaux, essais qui provoquent une souffrance épouvantable chez ces animaux et sont sans pertinence pour la santé humaine, comme le démontre le triste bilan de REACH.

(1) "L'Europe lance un plan d'interdiction massive de substances chimiques toxiques pour la santé et l'environnement", S. Mandard, Le Monde, 25/4/2022 ; https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/04/25/l-europe-lance-un-plan-d-interdiction-massive-de-substances-chimiques-toxiques-pour-la-sante-et-l-environnement_6123596_3244.html

(2) https://antidote-europe.eu/public/Medleg&bioethFR.pdf

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement