André Smolarz
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 juil. 2014

Ils ont perdu, mais ils ont quand même gagné !

André Smolarz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce soir les bleus, les fameux, les fabuleux bleus ont perdu. Ils ont perdu du point de vue du score, c’est-à-dire selon les règles d’un monde nommé FIFA, mais ils ont gagné selon les règles d’un monde nommé MEDIA. Bon, passons sur TF1 qui diffuse les matchs et qui est donc à ce titre « hors-jeu » du propos de ce billet. Reste le service public, par exemple et au hasard France 2.

 Dès l’ouverture du journal de 20h, présenté par l’animateur vedette du week-end, le fort joliment méché Laurent Delahousse, on apprend avec stupeur la nouvelle catastrophe qui vient de frapper notre beau pays : la France est éliminée de la coupe du Monde.

 Passé la seconde de sidération, on se dit que ce n’est pas si grave, qu’il y a encore un espoir dans 4 ans en Russie, qu’en attendant il y a de l’eau qui coule et qu'il y a encore une bonne réserve d’enfants sur la planète pour coudre des ballons qui nous vengeront d’une manière ou d’une autre. Eh bien non, foin de toutes ces considérations désuètes et hors-jeu (pour pouvoir dire hors-sujet il faudrait, dans ce monde, avoir inventé le concept de sujet), notre joli animateur nous a servi environ 12 minutes et 30 secondes sur la défaite de l’équipe de France avec force moyens et séquences sur la famille d’un des joueurs, retranchée et fort abattue dans son camping.

Bon, et alors dirons-nous, où est le problème ? Après tout c’est un peu normal non ? Elle est sympa cette équipe, elle a bien joué, elle fait rêver les Français et patati et patata…

 Certes, j’en conviens, mais aujourd’hui une institutrice a été assassinée à Albi par une mère d’élève et notre présentateur vedette a consacré 3 minutes à cette tragédie. Seulement 3 petites minutes que j’ai, pour ma part, senti intercalées entre la coupe du Monde et le Bac parce que vraiment on ne peut pas trop faire autrement, y’a mort d’humain quand même !

 Y’a mort d’humain, certes, mais le traitement fut celui d’un fait divers (l’acte aurait été commis par une femme souffrant de déséquilibres… Ouf ! on est soulagé).

Voilà, ce soir la France du foot a perdu un match de coupe du Monde, mais elle a gagné 12 à 3 (en minutes d’antenne) contre la France de l’éducation et ses vaillants acteurs.

Je ne sais pas où est l’arbitre, mais s’il est aux chiottes, qu’il y reste !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot