Lettre ouverte de la CGT cheminots aux professionnels de l'information

Le traitement médiatique du mouvement de grève des cheminots, en particulier par les chaînes et antennes publiques, a été très largement bâti à partir du point de vue des usagers.

Pour mémoire, un exemple parmi d'autres, le vendredi 13 juin au sommaire du JT de 13h (voir ici) de la 2, la grève des cheminots. Le journal est présenté par Sophie Le Saint qui introduit le sujet par cette annonce « 3ème journée de galère pour les usagers… »

Les 3 premières minutes sont alors consacrées aux galériens « pris en otage » à grands renforts de micro-trottoir. On tend le micro également au chef de l’état qui désapprouve totalement ce mouvement de grève qu’il est plus que temps d’arrêter « dans l’intérêt de tous »

Les 3 minutes suivantes sont consacrées à d’autres otages potentiels que sont les bacheliers, très inquiets à en juger par les retours des micros tendus ici et là.

Enfin, ce sont encore presque 3 minutes qui sont consacrées à l’impact de la grève sur les entreprises « le casse-tête pour les entreprises ».

Au total ce sont donc pas loin de 9 minutes, soit environ 1/3 de la partie « infos » du JT qui ont été consacrées à la grève des cheminots. A aucun moment je n’ai entendu un cheminot s’exprimer pour nous dire quelles étaient leurs revendications, pourquoi avaient-ils eu recours à la grève, quels étaient les enjeux de la réforme en question…

Au 20h, rebelote, environ 8 minutes sur le même refrain avec toujours le chef de l’état qui, nous dit-on, tablerait sur l’impopularité du mouvement. Le fond de la réforme à l'origine de ce mouvement, n'a quasiment jamais été abordé. 

La lettre ouverte de la CGT cheminots aux professionnels de l'information rétablit très précisément les faits et la réalité, d'un point de vue qui n'est que le mien bien entendu.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.