Comment l’impôt progressif sur le patrimoine amortira deux crises majeures

Le projet de réforme fiscale du Comité Bastille a répondu aux multiples objections à son projet entre 2010 et 2017. Depuis, c'est le silence, tandis que son audience augmente.... Il explique comment l’impôt sur le patrimoine permettra en France d'amortir les deux crises majeures, prévues vers 2020-24 et vers 2040-50, en rendant viables les investissements à très long terme..

La dernière objection sérieuse vint de Suisse en 2017 et a amené ses chercheurs à repenser la question de l'imprescriptibilité de la faute dans le cas de la fraude à un impôt sur la fortune..

Cependant, depuis 2017 le projet se heurte à un mur du silence, de la part :

  • Des professionnels de la Financiarisation (sauf deux banquiers et un trader repenti) dont les quatre grands cabinets d’audits en particulier (KPMG, EY, Deloitte et PwC), qui comprennent très vite que cette réforme entraînerait l’effondrement de leurs marchés les plus lucratifs.
  • Des économistes y compris la presse spécialisée, sauf trois français plus l’équipe du Tax Justice Network, qui approuvent le principe de taxer plus le patrimoine et moins le revenu, voire pas du tout.
  • Des entreprises cotées et leurs actionnaires, sauf une très petite élite qui sait voler haut (les « albatros », tel un milliardaire français qui nous approuve mais nous interdit de le citer.)
  • Mais aussi de la peur populaire, avec une extrême méfiance envers ce qui touche à la fiscalité en particulier.

Mais qu’ils soient pour ou contre, tous sont d’accord que jamais un gouvernement n’engagera une telle réforme sauf s’il y est contraint et forcé, et le Comité Bastille est bien de leur avis.

­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­Pour y voir plus clair, pour mieux comprendre comment une telle réforme fiscale pourrait s’imposer un jour, et quand, et tenir compte de ce que nous avons appris depuis décembre 2017, il propose une nouvelle approche.

Le cours de l’or et la financiarisation

D’abord suivons le cours historique de l’or, valeur refuge objective et absolue, qui, depuis toujours, monte avec la peur : les spéculateurs achètent de l’or quand ils perdent confiance dans les marchés. ... la suite sur http://comitebastille.org/mise-a-jour-du-plan-bastille/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.