Berlusconi? le nouveau sauveur de la patrie pour la "gauche"

Si jusqu'à hier le Cavaliere était plutot mal vu par ses voisins européen, à la veille des élections, la crainte que des citoyens puissent faire court-circuiter le système, oblige l'establishment à revoir sa position...

schermata-2018-02-03-alle-12-14-30-pm

Berlusconi?!? Oui encore et toujours lui, à la veille des élections législatives italiennes de Mars 2018 , il pourrait bien etre le sauveur de la patrie. 

Si en effet par le passé le personnage ne faisait pas l'unanimité, les choses sont en train de changer rapidement dans l'establishment, que ce soit en Italie où à l'étranger.

C'est ainsi que le journal "de gauche" La Repubblica qui avait toujours laissé entendre à ses lecteurs que Berlusconi était le pire des maux se retrouve en difficulté lorsque son fondateur, Eugenio Scalfari, avoue tranquillement sur un plateau télé pouvoir voter pour ce dernier si le choix devait se résumer entre le Cavaliere et le candidat du M5S Luigi Di Maio (député sortant du M5S, trentenaire, étudiant en droit sans casier judiciaire).

Mais M. Scalfari n'est pas un cas isolé. Comme lui, de plus en plus de représentants de l'establishment européen trouvent que Berlusconi pourrait incarner l'homme qui peut sauver l'Italie du populisme [1]. C'est ainsi que Bill Emmott, ancien directeur du même The Economist qui, en 2001, titrait en une "Why Berlusconi is unfit to lead Italy" (pourquoi Berlusconi est-il inapte à diriger l'Italie) affirme désormais que le Silvio national pourrait sauver l'Italie "du populisme à la Trump"[2].

Dans le viseur, officiellement, la Lega de Matteo Salvini qui ne cache pas ses idées xénophobes, mais qui, soit dit en passant, est officiellement alliée de Berlusconi aux prochaines élections et dont le parti a déjà formé plusieurs gouvernements avec Silvio Berlusconi (Lega à l'époque dirigée par Umberto Bossi ), sans que cela ne pose aucun problème à ceux qui s'en émeuvent aujourd'hui.

Même le New York Times s'est joint à ce choeur de louanges en écrivant que "Berlusconi n'est plus la risée de la politique européenne", qu'il sera probablement le kingmaker et que "d'un coup il ne semble plus si mal" lorsque il se présente comme "un homme d'état sage et modéré".

Tout cela laisse facilement comprendre que la vraie crainte de ces personnes soit une éventuelle victoire du Mouvement 5 étoiles créée par l'humoriste Beppe Grillo et donné en tête dans les sondages.

Le directeur du journal "Il Fatto Quotidiano" Marco Travaglio, longtemps éloigné des écrans de télé italiens dans les années 2000 pour avoir osé questionner la provenance douteuse de la fortune du Cavaliere, remarque ainsi [3] avec stupeur que le journal Le Monde a du s'excuser [4] pour l'avoir associés à des affaires de Mafia "alors qu'il avait vu juste". 

Faudrait-il rappeler à ces personnes, se demande toujours Travaglio, que "l'homme d'état sage et modéré, qui serait à préférer au candidat du M5S est un condamné pour fraude fiscale, objet d'enquête pour les massacres mafieux de 1993 (vingt morts et de nombreux blessés entre Florence, Rome et Milan), un payeur en série de Cosa Nostra et un pluri-prescrit pour corruption simple et judiciaire, pour faux en écritures comptables et pour achat/vente de sénateurs adversaires? Si dans le passé la presse étrangère aidait les italiens à se souvenir de ce que la presse italienne tentait de leur faire oublier, maintenant elle travaille avec la presse italienne pour faire effacer les quelques souvenirs restés en mémoire".

Mais voilà, si le lendemain des élections le M5S sortait vraiment premier rien n'empêchera "la gauche" du Parti Démocrate de Matteo Renzi de se marier, à nouveau (ils l'ont déjà fait il y a 5 ans) avec la droite de Berlusconi, pourvu que ce ne soit pas la démocratie qui gagne et les électeurs qui décident le sort de leur pays.

----

[1] http://www.euronews.com/2018/01/23/eu-welcomes-silvio-berlusconi-as-the-man-to-save-italy-from-populism

[2] https://www.thelocal.it/20180106/berlusconi-could-save-italy-from-trump-style-populists-ex-economist-editor

[3] https://www.ilfattoquotidiano.it/premium/articoli/truffe-cammellate/

[4] http://www.corriere.it/politica/18_gennaio_10/accuse-contatti-la-mafia-monde-si-scusa-berlusconi-68c45be8-f5d2-11e7-9b06-fe054c3be5b2.shtml

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.