"Ce sont des merdes" Marine Le Pen dément et plaide l'erreur de traduction

Vendredi 5 Mai le quotidien italien "Corriere della Sera" a publié une interview à Marine Le Pen, dans celle-ci s'est glissé un "merde", selon le journaliste, à l'intention de Fillon, que Marine Le Pen a formellement démenti et pour lequel son parti a annoncé vouloir porter plainte contre le journal

La campagne électorale française, désormais terminée, traverse les Alpes son dernier jour avec une âpre polemique entre Marine Le Pen et le quotidien italien Corriere della Sera.

Dans une interview publiée sur le journal italien, par le journaliste Aldo Cazzullo on peut lire: "Fillon, par contre, en invitant à voter pour votre adversaire, a parlé de la "violence" et de l'"l'intolérance" du Front National. Pourquoi? Marine Le Pen soupire. Elle cherche une expression, un raisonnement. Puis elle explose: "Parce que ce sont des merdes". Je m'excuse, mais je trouve pas d'autres mots.

Extrait de l'interview en italien Extrait de l'interview en italien

 

 

 

 

Le Front National a immediatament nié et plaidé l'"erreur de traduction" mais Aldo Cazzullo a confirmé ces propos (et à l'heure où ce billet est écrit - samedi 6 mai 18h) le terme est toujours sur le site du journal italien.

A ce sujet le directeur de campagne de Marine Le Pen a déclaré sur twitter:

"Le journaliste italien confirme qu'il avait mal compris et retranscrit les propos en cause. Ce qui a été repris est donc faux."

Mais ce même journaliste de répondre: "C'est ce qu'elle a dit. J'ai écrit ce que j'ai entendu".   

Un autre soutien de Marine Le Pen, Frédéric Chatillon, qui s'est dit présent lors de la rencontre entre le journaliste et la candidate d'extrême droite, s'est prononcé, niant les propos rapportés par le journaliste italien auquel Le Pen aurait plutôt dit : "Fillon a invité à voter pour Macron car il est dans la merde" 

Le FN a pris au sérieux l'affaire (tout comme les médias français et italiens) au point d'annoncer une plainte contre le journal. 

Quelle que soit la vérité, afin d'éviter les énormes frais en honoraire d'avocats, procès et dédommagements, pour le futur il serait peut être mieux (et beaucoup moins cher) de recourir à un interprete professionnel

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.