Emmanuel Macron..., le Gorbatchev du jacobinisme.

La propagande est à son paroxysme. Au soir du 1er décembre, l’alignement des véhicules blindés à roues cracheurs de gaz lacrymogènes de la gendarmerie (VBRG), entre les frondaisons rougeoyantes des platanes en fête pour Noël, barraient les Champs Elysée aux derniers manifestants Gilets jaunes..., une exhibition symbolique du caractère militaro-policier d’un régime jacobin à l’agonie.

Des Bonnets rouges aux Gilets jaunes.

Depuis ce samedi 17 novembre fondateur de la crise des Gilets jaunes, le drapeau breton le Gwenn ha du , se dresse partout sur les ronds-points et sur les défilés en Bretagne, comme dans toutes les manifestations à Paris.

Cinq ans plus tôt date à date fin octobre et début novembre 2013 , les premiers Bonnets rouges prenaient d’assaut cinq portiques ecotaxes en réaction aux mesures fiscales relatives à la pollution des véhicules de transport de marchandises. Ces manifestants incendiaires furent d’abord soutenus par les ouvriers du syndicat F.O. des abattoirs Gad de Landivisiau, les fâcheux ‘illettrés’ du ministre Macron ..., en février 2014, le mouvement se propageait en Maine-et-Loire, Eure-et-Loir et dans la Manche... Quelques mois plus tard, face à ce rappel soudain de l’irrédentisme breton, le pouvoir socialiste de François Hollande maintiendra la partition de la Bretagne historique..., la Région jacobine à quatre départements amputée de la Loire-Atlantique, inaugurée par l’Etat pétainiste en 1942.

Dans un article du Figaro du 4 juin 2014, Ivan Rioufol s’insurgeait contre le président Hollande : « ... avant même d’avoir lancé la nécessaire réforme territoriale, il l’a déjà rendue impossible. Il risque même d’enflammer à nouveau les esprits, un an après le mariage homosexuel, en persistant dans son indifférenciation non plus des sexes mais des identités. » [‘Régionalisation : Hollande joue avec le feu’]. Le rédacteur du très jacobin quotidien réactionnaire ne semble pas comprendre que, si le mouvement d’émancipation des pratiques sexuelles est irréversible... celui des minorités nationales l’est aussi sûrement : la Région jacobine Corse est désormais contrôlée par les indépendantistes ; le récent référendum pour l’indépendance des Kanaks en Nouvelle Calédonie affichait au monde entier la permanence et l’incongruité du colonialisme jacobin dans l’hémisphère sud.

Les velléités belliqueuses des jacobins à l’égard des bretons sont permanentes et jusqu’au moindre détail... Si Marion Le Pen reprochait à Nicolas Sarkozy comme à Rachida Dati d’avoir donné des prénoms d’origine étrangères à leurs filles respectives, si elle accablait encore le ministre Le Driant du même forfait à l’encontre de son fils..., l’administration d’Etat n’est pas en reste et va même plus loin : actuellement, une famille bretonne est soumise aux tracasseries judiciaires pour faire enregistrer la naissance de leur fils, prénommé Fañch, sur les registres de la ville de Quimper..., une inscription refusée sous prétexte que le signe ‘tilde’ de l’orthographie bretonne ne serait pas constitutionnel ; or, malgré une décision favorable de la Cour d’appel de Rennes..., ce 22 novembre 2018, le ministère public à fait savoir qu’il formait un pourvoi en cassation !!...

Le mouvement des Gilets jaunes de la ruralité est le premier stade de la déconcentration des pouvoirs du centre jacobin vers la périphérie provinciale. Cette révolte pacifique serait en passe d’être mâtée, croient-ils..., alors, les forces de l’ordre en déshérence et fatiguées exigent et obtiennent des compensations financières en échange de leur soumission idéologique mise à mal. Sur les tréteaux des Guignols, le tout nouveau ministre des bouchons Castaner amuse la galerie de ses mouvements de bouche en cul de poule énamourée, susurre et re-susurre à l’envie ses menaces de gros bras fanfreluche, compte et recompte les manifestants en colère, les ronds-points délogés, les morts et les blessés en souffrance les flics d’abord .... Nicolas Canteloup moque le ministre bouchons qui s’y croit..., la France rigole !...

La caste politique retranchée à Paris s’évertue tant bien que mal à trouver les solutions politico-financières qui cadenasseraient durablement les colères populaires. Peine perdue !..., en ressort seulement, l’image d’un appareil administratif pléthorique, déficient, incompétent, incapable de répondre sur l’heure aux promesses des politiques..., un ensemble de machines à gaz en déliquescence qui tarde à bricoler les mesurettes promises, s’emberlificote les méninges sur un calendrier de discussions improbables et sans lendemain.

Là, les unités de gendarmes mobiles débarrassent les ronds-points des casemates de Gilets jaunes, qui les reconstruisent aussitôt un peu plus loin ; ici, les Gilets jaunes incendient leurs baraques de palettes en bois et se redéploient en actions spontanées.  Sur les plateaux de télévision, les propagandistes du régime s’exhibent et se déchaînent et insultent et réclament la traduction en justice des Gilets jaunes en vue sur les réseaux sociaux... A l’approche des veillées de Noël, les journaux misent sur une minorité d’entre eux, prête à se constituer en parti jacobin de Gilets jaunes opportunistes et esseulés aussi Libre qu’aliéné – en attente de quelques avantages à venir pour services rendus. Rien n’y fait !..., l’opinion maintient son soutien constant à 70 % depuis les premières heures du mouvement... Tout les propos haineux, toutes les flatteries et toutes les promesses de circonstance, la confortent un peu plus !...

Dans le même moment, puisque le parlement anglais bute sur les conditions drastiques du Brexit imposées par l’Europe, la propagande jacobine insiste à qui mieux mieux et insinue l’imminence d’un nouveau référendum qui l’annulerait. Et si l’Ecosse persiste à réclamer sa présence au sein de l’Union européenne, dès lors que sa volonté d’indépendance du Royaume-Uni aboutirait, la France s’y opposerait envers et contre le droit des peuples à la souveraineté qu’elle réclamait récemment en faveur de l’Ukraine. Et cet acharnement étatiste jacobin vient même d’amener l’ancien premier ministre fouettard et très franc-maçon de François Hollande, le franco-catalan Emmanuel Vals, a briguer la mairie de Barcelone contre les indépendantistes Catalans..., au service mercenaire d’une Espagne royaliste née du franquisme !! N’en jetons plus..., la répugnance est pleine !

L’Etat jacobin déliquescent réduit à la satisfaction des ventres.

On nous rabat les oreilles avec cet ‘Etat providence’ qui abonderait un mât de cocagne d’aides et d’assistance économique. En réalité, après plus d’un siècle et demi de contraintes et de soumissions, au fil des retombées de la révolution industrielle, les français décèlent de mieux en mieux le clivage social à leurs dépends et au profit d’une élite républicaine de quelques dizaines de milliers de privilégiés 4 400 haut-fonctionnaires, par exemple et de quelques centaines de milliers de subordonnés plus ou moins grassement récompensés.

Les fameux jacobins régicides qui nous gouvernent se sont bourgeoisement installés dans les châteaux de la monarchie d’antan entourés d’une cour compradore..., actionnaires prévaricateurs, courtisans pique-assiettes, gradés militaires et policiers enguirlandés de festons et de médailles, hauts-laquais en fonction publique dominant des armées mexicaines de servants dévoués et dociles et tout autant de corporations à ‘niches fiscales’ en tous genres... Et ces équipées désœuvrées occupent leur ennui en colloques et inaugurations, cérémonies et commémorations et autre solennités aussi coûteuses qu’inutiles... ; des janissaires en armes contiennent les gens du commun à distance de leurs rassemblements..., bloquent la circulation automobile pour laisser passer les colonnes de leurs véhicules de luxe..., emplissent de pleins avions privés pour des voyages officiels de représentation et de farniente tout autour de la planète...

A l’occasion des commémorations pompeuses du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918, le très hautain président ‘jupitérien’ Macron vient même de se singer en serre-la-louche de passants soigneusement sélectionnés..., sous les huées et les apostrophes belliqueuses du populo survolté,.., une semaine entière en ‘itinérance mémorielle’ hautement ridicule aux frais du contribuable.

Et toutes ces débauches sont portées au budget du pays..., au bord d’un gouffre financier nous serine-t-on depuis des lustres ; quand bien même à l’Assemblée des députés, le questeur annonce pour 2019 un budget de 567 millions d’euros près d’un million pour chacun des 577 députés ..., un budget déjà en progression de 28.4 millions d’euros cette année..., puis encore de 47 millions en 2019 !... ; quand les anciens président de république raflent chaque année quelques millions en euros d’émoluments injustifiés !!.. Mais non !... l’Etat serait endetté jusqu’au cou, assurent-ils pour justifier la fermeture d’hôpitaux, Postes et services publics désuets, obsolètes même les commissariats vont à vau l’eau , qui s’effondrent un peu partout dans les campagnes...

Et toute cette gente désœuvrée se rit et s’amuse et s’emploie à grands coups de com ..., embobine l’opinion de verbiages et de faits divers morbides et de successions à rallonge de stars décaties disparues... Elle s’assure le silence et les soumissions en flattant les ventres bien prédisposés... Sa justice condamne les récalcitrants révoltés, les traîne-savates, les sans-grades, les laissés pour compte... mais élargit les pontes du régime de peines symboliques.

Quant aux sans-dents de François Hollande, l’Etat s’applique à les calmer de subsides. Pour les plus démunis d’entre eux..., voici ses artistes chevrotants en vieuture avancée A votre bon cœur, m'sieu-dames sollicitant les bénévoles des Resto du Cœur de Coluche des décennies durant... ; voici les services de l’Etat réquisitionnant les surplus alimentaires des gaspillages d’un productivisme débile..., mobilisant l’Armée du Salut et la Croix Rouge  et le Secours Populaire ou Catholique, les associations caritatives en tous genres pour parer tant bien que mal aux situations désespérées qui s’amplifient d’une année l’autre incessamment. L’euphorie des Trente Glorieuses est oubliée depuis longtemps ; les clochards d’antan, les Sans domicile fixe (Sdf) plus présentables aujourd’hui, s’affalent sur les trottoirs des métropoles prospères en cohortes cauchemardesques de Sans toits ou de Sans abris ou de Sans papiers, Paris en tête, par milliers !...

La VIème République sera fédérale.

Le 12 novembre dernier, de retour aux Etats-Unis après les fameuses commémorations à Paris du Centenaire de l’Armistice de 1918, Donald Trump avait malicieusement qualifié la France de ‘pays nationaliste’..., un twitte que M. Macron reléguera dédaigneusement comme ‘à usage interne’ du président américain... Un nationalisme français inaudible chez-nous, chacun l’aura compris, car il ne saurait en être débattu sans risquer de dévoiler la supercherie idéologique jacobine. La question centrale française est bien celle de l’impossible uniformisation d’une société pluriethnique et multiconfessionnelle tenue sous le joug militaro-policier d’une technostructure régicide et minoritaire. Comme naguère entre les Staliniens, en Union Soviétique, et les Trotskistes de la IIIème Internationale..., le microcosme nationaliste français se scinde en deux groupes antagonistes : les jacobins d’une France qui ‘parle au monde’ au nom de droits de l’homme qu’elle bafoue et les jacobins d’une France ‘nationale’ conservatrice préoccupée d’elle-même.

Le 1er décembre, le Gwenn ha du breton flottait sur les Champs Elysée et sera le seul drapeau hissé sur l’Arc de Triomphe. La révolution numérique en cours accélère l’entropie sociale qui détruit les structures sociétales traditionnelles. Le réchauffement climatique et la transition énergétique imposent des modèles de production et de distribution locaux susceptibles de garantir les besoins de la population et d’intégrer les flux migratoires en cours et à venir. Quel que soit l’issue du mouvement des Gilets jaunes, le démantèlement de la centralisation de la Vème République est incontournable. Mais rien ne se fera sans l’émancipation des minorités nationales et l’aménagement conséquent des pouvoirs territoriaux.

Qu’attendent les milliardaires, bretons d’ici et lobbyistes à Bruxelles, les Bolloré, les Pinault et autre Leclerc.., qu’attendent les ministres et députés et élus de tout poil, ces bretons, basques, alsaciens, flamands, occitans à la solde..., qu’attendent encore les intellectuels et les philosophes de la ‘Décadence’, les Michel Onfray, le montagnard, et tutti quanti ?...

Qu’attendent-ils donc?... La VIème République sera fédérale..., si elle ne l’était, cette République là ne ferait pas plus long feu que la Seconde d’Alphonse de Lamartine .

A. Gw

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.