Andrev Gueguen
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 janv. 2017

Demande de suspension à vie pour dopage à l'encontre de l'entraîneur Fabrice SOULOY

Le 26 décembre, l’entraîneur français M. Fabrice Souloy a été suspendu d’entraîner et interdit d’hippodrome pendant un an pour avoir dopé au cobalt l’un de ses pensionnaires, en juillet 2016 à Cherbourg. En mai et juin 2016, quatre de ses chevaux avaient été dépistés positifs au cobalt lors de courses internationales de premier plan en Scandinavie où les autorités réclament sa suspension à vie.

Andrev Gueguen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En Scandinavie, les courses hippiques sont un sport : M. Souloy risque une suspension à vie en Norvège et de deux ans minimum à la suspension à vie en Suède. En France, elles sont un spectacle à finalité fiscale. Voici les deux communiqués des autorités Scandinaves (traduction de Mme Kristin Riise Odegard)

Communiqué suédois

Fabrice Souloy poursuivi pour dopage délibéré

« Après le week-end de l’Elitloppet à Solvalla et le week-end du Grand Prix d’Oslo à Bjerke, il a été constaté que plusieurs chevaux sous la responsabilité de l’entraîneur français Fabrice Souloy ont couru avec des niveaux de cobalt largement au-dessus du niveau réglementaire international. La société de courses suédoises a maintenant signalé à la commission supérieure que Fabrice Souloy a violé le paragraphe 44 du code des courses avec l’intention d’influencer la performance d’Un Mec d’Héripré dans l’Elitloppet 2016. La société de courses norvégienne a en même temps dénoncé l’entraîneur auprès de la commission norvégienne pour violation délibérée du règlement afférent au dopage (paragraphe 2, 1a) et a demandé une suspension à vie s’il est jugé coupable. »

Des violations délibérées et systématiques

« Svensk Travsport et Det Norske Travselskap veulent souligner dans cette affaire qu’il s’agit de violations délibérées et systématiques au plus haut niveau. De plus, elles sont condamnables au niveau du bien-être animal. Il n’existe aucune raison valable d’injecter des métaux lourds à un animal sans défense. Il est aussi reconnu que les hautes concentrations de cobalt sont nuisibles pour la santé animale et humaine et que la substance est utilisée pour augmenter la production d’EPO de l’organisme et améliorer les capacités physiques. Svensk Travsport et Det Norske Travselskap pensent en priorité à la crédibilité des courses hippiques et les valeurs qu’elles véhiculent notamment concernant le bien-être animal, la sécurité du jeu et la compétition sur un pied d’égalité. Le représentant de Fabrice Souloy, l’avocat Staffan Uvabeck, a trois semaines pour répondre aux notifications de ST et DNT. »

Communiqué norvégien

La société de courses norvégienne a publié en même temps le communiqué suivant :

« La direction de « Det Norske Travselskap » (DNT) a décidé de poursuivre l’entraîneur Fabrice Souloy pour violation grave et délibérée du règlement afférent au dopage (paragraphe 2, 1 a) et demande une suspension à vie ainsi qu’une amende de 250 000 couronnes norvégiennes.

Après le week-end de l’Elitloppet à Solvalla et le week-end du Grand Prix d’Oslo à Bjerke, il a été constaté que plusieurs chevaux sous la responsabilité de l’entraîneur Fabrice Souloy ont concouru avec des niveaux de cobalt largement au-dessus du seuil réglementaire international fixé pour cette substance.

L’affaire a été étudiée et évaluée par la DNT et la ST en association. Le comité anti-dopage scandinave a examiné les rapports de l’évaluation et l’aspect juridique de l’affaire. Après les conclusions du comité anti-dopage scandinave, la DNT a poursuivi Souloy pour dopage délibéré et a demandé une suspension à vie ainsi qu’une amende de 250 000 couronnes norvégiennes s’il est jugé coupable.

Svensk Travsport et Det Norske Travselskap veulent souligner dans ce cas l’importance de préserver la crédibilité des courses hippiques et ses piliers notamment concernant le bien-être animal, la sécurité du jeu et la compétition sur un pied d’égalité.

Le cobalt est un métal lourd et il n’existe aucune raison de le donner à des chevaux en quantité élevée. Les hautes concentrations de cobalt sont nuisibles pour la santé des humains et des animaux. Il est aussi admis que la substance est parfois utilisée illégalement pour augmenter la production d’EPO de l’organisme.

ST et la DNT précisent que les personnes qui commettent volontairement des atrocités contre les animaux et qui nuisent à la réputation des courses sont indésirables à perpétuité. Souloy a trois semaines pour répondre au comité de DNT.

Les communiqués sont signés par Johan Lindberg et Svein Morten Buer, les directeurs respectivement des sociétés de courses suédoises et norvégiennes. »

 A. Gw

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Migrations
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut