Pour en finir avec les courses hippiques.

Le plus-que-parfait président jupitérien Macron est au pouvoir depuis près d’un an et demi maintenant. Avec lui est venu le temps des bavardages creux d’une ‘Révolution’ bidon : aux courses hippiques, les parieurs sont toujours perdants !

Le plus-que-parfait président jupitérien Macron est au pouvoir depuis près d’un an et demi maintenant. Avec lui est venu le temps des bavardages creux et d’une ‘Révolution’ bidon, à grands coups de susurrements gommeux et assumés, plus libéraux que les derniers des libéraux ; en guise de réformes, son premier gouvernement déplace les lignes comptables des ressources des retraités vers celles des CSP actives pour servir l’Etat centralisateur et les entreprises du CAC 40, heureux actionnaires qui viennent d’empocher quarante-huit milliards d’euros de dividendes à l’issue du premier semestre 2018 !... De l’esbroufe pour le citoyen lambda..., la grande bouffe pour les privilégiés ‘légaux’ des Panama’s Paper !!

Les mass-médias poursuivent le conditionnement subliminal de la population..., Johnny et Laeticia..., le Daval ou le Le Landais..., la coupe du monde de football..., la barbouze Benala qui, au moins, prouve aux intrépides de l’assimilation qu’il est toujours possible de bénéficier des générosités jacobines en très peu de temps. Vingt-six ans, pensez-donc... Bravo pour cette ascension professionnelle express !...

La presse hippique laisse toujours accroire que les courses seraient un sport et qu'il existerait quelque parieur heureux sur les gradins des hippodromes, toujours aussi déserts..., même sur le Longchamp nouveau, la fameuse vision d'avenir du baron de Rothschild, Edouard de son prénom. La Cour des Comptes vient de réclamer l'impérieuse nécessité de mettre fin aux paris pris par une poignée de joueurs logés à l'étranger... Une grave entorse à l'équité entre les joueurs que nous avions découverte dans un précédent rapport, bien moins explicite, il est vrai : Les dirigeants du PMU acceptent l’argent sale de mafias étrangères !’]

Rien n'a donc changé au PMU !... Les parieurs sont toujours perdants et d'autant plus qu'ils sont de moins en moins nombreux à se laisser abuser. Le contenu de mon premier billet de blog de janvier 2016 est toujours d'actualité, alors le voici..., et de boucler la boucle :

« Un site de prévention des jeux d’argent ouvert par l’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne (ARJEL), un organisme d’Etat, dévoile enfin la vérité sur l’impossibilité de gagner en pariant sur les jeux hippiques !...

Le PMU n’affiche plus le fameux slogan qui promettait aux parieurs : « On parie que vous allez gagner ! » L’abandon de cet attrape-nigaud publicitaire a suivi l’ouverture très confidentielle, en mai 2015, d’un site de prévention des jeux d’argent par l’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne (ARJEL), un organisme d’Etat qui dévoile enfin la vérité sur l’impossibilité de gagner en pariant sur les jeux hippiques !...

Suivez le lien http://www.evalujeu.fr/ puis les fenêtres ‘Conseils aux joueurs/Accepter de perdre/Accepter ses pertes sur des paris sportifs ou hippiques’. L’aveu de la tromperie délibérée de millions de parieurs est explicite et incontestable : « Les paris sont construits de manière à ce que les joueurs perdent de l’argent sur le long terme, même s'ils ont de bonnes connaissances sportives ou hippiques ou des gains réguliers : des études indiquent que ces joueurs ne sont pas gagnants à long terme. Il est donc normal de perdre, c’est pourquoi il est préférable de considérer les paris comme une activité ludique qui renforce le plaisir que l’on a à suivre un match ou une course, et dont il ne faut pas attendre un bénéfice financier. »... »

Pour en finir une fois pour toutes...

Depuis mars 2017, quelques lecteurs m’ont écrit par la messagerie de Médiapart. Tous signalent leur effort pour me lire sur la... longueur ! Un élève ingénieur des Arts et Métiers, Sylvain Gastoud, constate même à regret le jargon du milieu inaccessible au profane. Ce jeune homme m’invite à me soumettre au style journalistique : phrases courtes et textes succincts. Mais je ne suis pas journaliste... Surtout, j’écrivais pour mes enfants, qu’ils sachent l’impérieuse exhaustivité des raisonnements pour tenter de saisir la complexité des systèmes et des hommes qui s’y soumettent. J’écrivais encore pour me désaccoutumer de l’emprise d'un jeu somme toute inutile. Enfin libéré, j’en resterai là.

L’aventure de ces billets sur Médiapart est un bon souvenir : de temps en temps, Sylvain Copier de Paris-Turf et Patrick Lanabère, Opignoneur libre du Veinard, me reviennent plaisamment en mémoire. Ou encore le seul journaliste de l’intra-muros des Principautés des courses, Guy de La Brosse, mon collègue bloggeur sur Médiapart.  Merci enfin à Hmorin, mon unique et dernière passerelle d'information vers le milieu des courses !! http://hmorin.unblog.fr/

Il est midi, l’heure du déjeuner : bon appétit à tous et à chacun !

A.Gw

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.