La Finance et les moutons

Une des premières leçons de trading que j'ai reçue est ce que je nommerai la "règle du mouton". Explications.

La finance est opaque, et c'est d'autant plus vrai concernant les produits dérivés qui reposent sur des formules mathématiques complexes.

Quand un trader est face à un client peu avisé, il est aisé de prendre une marge généreuse. Et c'est l'erreur que font beaucoup de traders juniors.

C'est là qu'intervient la "règle du mouton" : un mouton peut être égorgé, mais alors on est sûr qu'il ne reviendra pas; mieux vaut le tondre à chaque fois, pour que le business se perpétue.

En d'autres termes : le client n'a pas l'expertise nécessaire, et c'est facile de se gaver. Mieux vaut lui prendre une marge optimale à chaque fois, et non maximale, pour qu'il revienne.

C'est une règle d'or qui peut s'appliquer à n'importe quel business. Mais c'est une règle encore plus importante dans la finance car les banquiers ont un ascendant sur leurs clients du fait de l'opacité de leurs produits.

Depuis que je réfléchis plus globalement sur la finance, je me rends compte que cette règle s'applique aussi sur les taux d'intérêts.

Si les taux sont bas, ce n'est pas parce que les banquiers centraux ou les banques commerciales sont bonnes avec vous. Les taux sont bas car c'est une condition nécessaire pour que la finance continue à vous tondre et que le business se perpétue.

Si les banquiers le pouvaient, ils remonteraient les taux, mais dans les conditions économiques actuelles, et la faible croissance, ils égorgeraient les moutons que vous êtes.

Les taux resteront bas, tant que la croissance ne sera pas au rendez-vous. Mais je ne m'inquiète pas pour la finance qui continue de se gaver quand même en prélevant 160 milliards d'euros d'intérêts bancaires rien qu'en France, soit 7% du PIB !

La finance ne refera pas l'erreur de 2008 où elle détournait 18% des richesses créées !!! La règle du mouton n'avait pas été respectée. Ils se sont trop gavés. Ils vous ont alors égorgés. Et depuis ce sont les moutons qui payent les pots cassés à cause des politiques d'austérité.

Les loups de la finance ont été sauvés par vos dirigeants complices, et par les 5000 milliards d'euros de création monétaire de la BCE.
Mais promis, cette fois les loups de la finance se tiendront bien. Dormez bien les moutons ! 

 

 

Anice Lajnef, Janvier 2020.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.