La planche à billets du dollar nous déconnecte du réel

Le but initial de ce billet est de déconstruire la propagande de Trump qui consiste à s'approprier la hausse des marchés boursiers. L'enchaînement des idées finit par éclairer sur les raisons de l'appauvrissement de la valeur productive en faveur du capital. Un appauvrissement des travailleurs qui permet de comprendre les raisons des mouvements sociaux tels que des Gilets Jaunes...


Il est commun de comprendre les mouvements des marchés boursiers américains sous l'angle du dollar, qui comme toute monnaie FIAT, est une monnaie de singe à laquelle nous croyons tous. Est-ce bien raisonnable ?

Trump se vante très souvent d'être responsable de la hausse des marchés boursiers américains. C'est d'ailleurs un de ses critères favoris pour prouver à quel point sa politique économique est performante...

screenshot-20200201-042348-twitter

Quand on regarde l'évolution de l'indice phare américain, le graphe donne raison à Trump. La bourse américaine a progressé de 30% depuis sa prise de fonction.

Mais si on prend un peu de recul, on se rend compte que le mouvement a commencé bien avant lui, sous l'ère du Président Obama qui aurait pu se vanter d'une croissance de 200% de la bourse américaine par rapport au plus bas de 2009 lorsqu'il est arrivé au pouvoir !

Mais est-ce vraiment grâce à ces deux présidents américains que les marchés boursiers progressent ? 

Depuis la crise de 2008, la banque centrale américaine a décidé de répondre à la dégringolade des bourses par la mise en place d'une politique monétaire "accommodante", le fameux Quantitative Easing.

Cette politique consiste à créer des dollars à partir de rien, puis d'inonder le monde de la finance d'argent frais (en rachetant les obligations d'État). Une fois cet argent entre les mains de la finance, ceux-ci font ce qu'ils savent faire de mieux : acheter des actions.

Donc, au premier ordre, les bourses américaines n'ont ni été sauvées par Obama, ni par Trump, mais par la Fed, qui est rappelons-le, une banque centrale détenue par des intérêts privés (et non par l'État comme son nom le suggère : Qui détient la FED ?). 

Et qui détient cette "banque centrale américaine", cette fameuse Fed ?
Et bien ce sont les banques commerciales ! Donc c'est bien le monde de la finance qui a sauvé les marchés boursiers, et non Obama ou Trump ! Tout cela grâce à une création monétaire artificielle. 

Et si on prend encore plus de recul, on se rend compte que la hausse des bourses américaines est au premier ordre le fait de la création monétaire. Nous regardons les marchés avec une croyance dans le dollar, qui n'est rien d'autre qu'une monnaie de singe qui nous a été imposée !

Et que faut-il faire allez-vous me dire ? Corriger les performances boursières par l'inflation ? Surtout pas, même si cela aide un peu. L'inflation est calculée par l'État, qui n'hésite pas à manipuler les règles de calculs dans l'intérêt de sa politique/propagande économique.

Il faut regarder l'évolution des marchés avec une monnaie tangible, réelle, qui ne peut être créée artificiellement par une caste financière dans son seul intérêt. Cette monnaie est l'or !

Quand on étudie les marchés boursiers américains dans une monnaie tangible comme l'or, tous les biais du dollar disparaissent, et les mensonges politiques avec. La fable du Trump super-puissant tombe à l'eau !


Ainsi, depuis l'arrivée de Trump au pouvoir, celui qui a investi en bourse s'est enrichi de 30% en dollar, mais quasiment pas en or !

Les actionnaires américains se sont enrichis artificiellement car le peuple se laisse berner par une croyance aveugle dans le dollar, et qu'il accepte en même temps de se faire sous-payer dans cette monnaie de singe.

Et cette illusion ne date pas d'hier ! Depuis le 1/1/1977, un actionnaire américain a multiplié par 33 sa mise en dollar, alors qu'en or son investissement en bourse a juste doublé.

Vous allez me dire que doubler son investissement en monnaie tangible, c'est une excellente performance. Évidemment ! Encore heureux que ceux qui prennent en otage l'économie grâce à leur tour de passe-passe financier en profitent ! Mais alors qui se fait avoir dans l'histoire ?

Et bien comme d'habitude, ceux qui se font avoir, ce sont les travailleurs, c'est à dire vous ! Quand on applique la même méthodologie aux salaires, et qu'on les exprime en monnaie tangible (en or), on se rend compte que le salaire réel d'un employé a baissé de 30% depuis 1976 !

La baisse est même de 40% par rapport aux années 2000 ! Avec cette lecture épurée du blabla des financiers et des économistes mainstream, vous vous rendez ainsi compte du creusement des inégalités de traitements entre le capital roi et les travailleurs trompés !

Vous comprenez aussi pourquoi le ras-le-bol des peuples se manifeste de plus en plus, et que la situation sociale est de plus en plus chaotique !

Pour sortir de cette logique financière mortifère, une seule solution : reprendre aux financiers le pouvoir de la création monétaire. Pour cela, il faut remettre sous le contrôle des peuples la banque centrale, et il faut nationaliser les banques commerciales !

Si nous reprenons pas le pouvoir de la création monétaire à la caste financière, celle-ci pourra imprimer de l'argent à l'infini dans l'intérêt de la perpétuation du système, tout en creusant encore plus les inégalités de richesse. Nous prenons alors le risque d'un dur rappel à la réalité par l'éclatement de la bulle sociale, voir même l'éclatement de la bulle écologique.

Anice Lajnef, Février 2020

 

 

Note : par soucis de simplification, j'ai considéré l'indice phare américain, le S&P 500. Il aurait été plus adéquate de prendre en compte le S&P 500 Total Return, où les dividendes sont réinvestis. Cela aurait eu pour effet d'amplifier la captation des richesses par le capital.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.