Le jubilé de la dette et le Big Reset

Les êtres humains ont du mal à comprendre les phénomènes exponentiels, notamment celui lié aux intérêts composés : l'argent qui fait de l'argent au fil du temps, comme une petite boule de neige qui dévale la montagne avant de se transformer en une boule gigantesque quand elle atteint le bas de la montagne. Cette boule financière géante est prête à exploser à tout moment !

Imaginez qu'à la naissance de Jésus, un usurier ai eu comme projet de placer l'équivalent de 0.01€ de nos jours, pour les fructifier à 5% de taux d'intérêts annuel, jusqu'à l'an 2000.

C'est un investissement théorique, qui peut avoir pour mise de départ une poussière d’or, mais le but est de démontrer le caractère exponentiel de l'usure, aujourd'hui appelé "dette avec intérêts". Avec le temps, chaque année, l'investissement augmente de 5%.
Année 1 : 0.0105€ équivalent
Année 2 : 0.011025€
...
Année 10 : 0.016289€ 

Le caractère exponentiel des intérêts est l'équivalent de la boule de neige qui grossit de plus en plus lorsqu'elle dévale la montagne.
Plus le temps passe, et plus l'investissement de départ grossit.

Au bout de 15 ans, la mise de départ a doublé, et voilà l'usurier riche de l'équivalent de 0.0208€ !
Ce n'est pas encore la fortune, mais le temps joue pour l'usurier, car il est riche du passage du temps, qui transforme le travail des endettés en intérêts ! 

Les usuriers se sont passé la charge de faire fructifier le centime, de père en fils.
Nous voilà en l'an 2000, le centime initial, grâce à l'effet boule de neige des intérêts, a grossi considérablement. Le descendant de l'usurier initial gère aujourd'hui 2.39*10^40 € !

239000....000€, avec 38 zéros !
Ce chiffre est stratosphérique ! Le cerveau humain peut difficilement se l'imaginer.
Si on imagine le poids de la Terre en or, au prix de l'or en l'an 2000, l'usurier serait riche de 410 milliards Terre faites toutes d’or !!!

picture3

C'est simplement impossible. Pourtant, l'hypothèse de départ n'est pas fantaisiste, et le taux de 5% entre l'an 0 et l'an 2000 tout à fait réaliste.

picture6

Il se passe donc des choses dans l'histoire qui viennent corriger cette anomalie qu'est l'usure.

Tout d'abord, la quantité de richesse étant limitée, il arrive un moment où les endettés, que ce soit des États ou des individus, sont dans l'incapacité de payer leurs dettes.
Au temps des Babyloniens, des Grecs et des Romains, des peuples entiers étaient mis en esclavage. 

L'Ancien testament, qui interdit l'usure, considéré comme une abomination, propose l'idée du jubilé, à intervalle de 50 ans, où les esclaves sont libérés de leurs dettes, et où les terres étaient rendues à leurs propriétaires.

Le jubilé est une sorte de réinitialisation, qui permet de remettre les compteurs à zéro, et de corriger les anomalies provoquées par les usuriers. C'est une pratique ancienne, qui n'a pas été appliquée de tous temps. 

En France, au Moyen-âge, quand les usuriers accumulaient trop de richesse et de créance, ils étaient chassés et expulsés du pays par des ordonnances royales (cairn.info/revue-hypothes…)

Plus proche de nous, au XIXème siècle, la dette avec usure fut l'arme du colonialisme. La Tunisie en 1881, l'Égypte en 1882, et le Maroc en 1912, sont tous tombés à cause de l'arme usuraire. Il a fallu parfois plus de 75 ans à ces pays pour se libérer de leurs créanciers.

Parfois, les anomalies liées à l'usure terminent mal. C'est le cas avec la crise de 1929, 17 ans après la création de la FED, qui corrigea des années de désordres financiers qui ont vu les inégalités de richesse exploser aux États-Unis.

À la suite de cette crise et une deuxième guerre mondiale sanglante, les inégalités de richesse ont retrouvé des niveaux raisonnables, et le système monétaire mondial a été repensé à Bretton Woods en 1944.

picture14

Nous vivons aujourd'hui la fin d'un cycle usuraire qui a commencé après la WWII. 

L'idée de la grande réinitialisation (big reset), est une évidence qui est la phase terminale de tous les cycles de l'usure.
Cette réinitialisation peut se faire pacifiquement par un jubilé de la dette, ou dans la violence des expulsions, du colonialisme, ou de la guerre. 

C'est à nous de choisir. Faut-il laisser les décideurs qui nous ont mené dans cette situation organiser la grande réinitialisation, ou faut-il qu'on organise intelligemment le désendettement des États et des individus ? 

Les participants du Forum économique mondial qui se tient à Davos, issus du monde de la finance, des multinationales, et du monde politique, souhaitent prendre les devants et organiser ce "big reset" sous prétexte du covid, et sous l'angle de la numérisation de nos vies ! L’esprit du jubilé biblique n’est pas vraiment dans leur intention. Ces gens qui sont les dominants actuels cherchent à renforcer leur pouvoir sur nous, grâce à une monnaie numérique, l’intelligence artificielle, et ce qui peut s’apparenter à des délires transhumanistes.

Allons-nous faire confiance à ceux qui nous ont entraîné au bord de l'abîme ?
Nous devons collectivement prendre en main notre destin, et récupérer les rênes du pouvoir laissées dans les mains des exécutants de cet ordre financier chaotique. Le temps presse.

 

Anice Lajnef, Novembre 2020

 

picture2

picture4
picture5

picture7
picture8
picture9
picture10
picture11
picture12
picture13

picture15

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.